Colloque international « Les « ministres des arts », les ministres et les arts sous Louis XV » – Blois et Tours – 3 et 4 juillet 2012

Le colloque « Les « ministres des arts », les ministres et les arts sous Louis XV », organisé par l’Équipe d’accueil InTRu (Interactions, transferts, ruptures artistiques et culturels) de l’université François-Rabelais de Tours et le Conseil général de Loir-et-Cher, avec la participation du GHAMU, se tiendra à Blois et Tours, les 3 et 4 juillet 2012.

Présentation

L’exposition organisée sous le patronage du Conseil général du Loir-et-Cher Le naturel exalté Marigny, ministre des arts au château de Menars (du 30 juin au 22 septembre 2012) est l’occasion pour la communauté scientifique de s’intéresser à la part que les ministres de Louis XV ont prise dans l’évolution des arts, qu’il s’agisse de politique publique ou à l’échelle individuelle, du goût et du mécénat.

C’est sous le règne de Louis XIV qu’on atteint le point culminant d’une instrumentalisation des arts au service du pouvoir, dont Versailles et ses collections d’œuvres d’art sont sans doute l’illustration la plus spectaculaire. Louis XV, malgré la transformation de la Surintendance des bâtiments du roi en Direction générale (moins prestigieuse), conserve l’attachement de son aïeul aux académies dont il accepte d’être le « Protecteur ». Afin d’égaler la gloire de Louis le Grand, Louis XV se sert à son tour des arts, poursuit « la folie de la bâtisse », continue de commander peintures, sculptures, et objets d’art pour marquer son règne.

Cette continuité politique est néanmoins marquée par une rupture esthétique au tournant du xviiie siècle et vers 1750, la France, sous l’impulsion de la Direction des Bâtiments du roi, passe du règne de la rocaille à l’empire du goût à la grecque. Si le marquis de Marigny reste le personnage clé de cette mutation, s’arrêter à cette seule figure serait par trop restrictif car cette remarquable évolution s’inscrit dans un mouvement continu des arts tout au long du règne. Il convient ainsi de s’intéresser également à l’œuvre conduite par les prédécesseurs et les successeurs de Marigny sous le règne de Louis XV : le duc d’Antin, Philibert Orry, Charles-François Le Normant de Tournehem, l’abbé Terray, sans oublier également, dans une certaine mesure, les autres ministres.

Fait remarquable l’abbé Terray et Philibert Orry furent également surintendants des finances. Ainsi, à deux reprises au cours du règne, deux des axes majeurs de la politique de Louis XV sont-ils rassemblés sur la tête d’un même ministre. Dans quel but, avec quels résultats ? Au-delà de cette situation conjoncturelle, on se demandera si la politique des arts influe ou non sur la commande des ministres, si ces derniers sont porteurs d’un message régnicole ou s’ils se comportent « comme de simples particuliers » lorsqu’ils commandent pour eux-mêmes bâtiments et œuvres d’art. À cet égard, les artistes choisis révèlent des partis pris, un goût, des réseaux qu’il conviendra également d’étudier. Enfin, ce colloque se propose d’étudier également la réception de la commande ministérielle.

Programme

Programme pdf

Mardi 3 juillet, Conseil général de Loir-et-Cher à Blois

1ère session : architecture privée des ministres – présidence Monique MOSSER

09h30 :             Accueil des participants

Ouverture du colloque par M. Maurice LEROY, Ancien Ministre, Président du Conseil général de Loir-et-Cher

10h00 : Michaël DECROSSAS, docteur en histoire de l’art, ÉPHÉ

Philippe II d’Orléans à Saint-Cloud : une étape du développement des arts au début du règne de Louis XV

10h30 : Claire OLLAGNIER, doctorante, université Paris 1-Centre Ledoux

La maison de Bertin à Chatou

10h50 :             Pause

11h : Alexia LEBEURRE, maître de conférences, université Bordeaux III

Un décor intérieur inédit pour Pierre-Étienne Bourgeois de Boynes, secrétaire d’État à la marine

11h30 : Miki OTA, doctorante, université Paris 1-Centre Ledoux

Philibert Orry, ministre des arts et mécène à La Chapelle-Godefroy

12h :                Discussion

 

2e session : commande privée peinture sculpture – présidence Anne-Cécile TIZON-GERME

14h : Christophe HENRY, docteur en histoire de l’art, université Paris 1-Centre-Ledoux

Peindre l’Éros politique : le « cabinet de nudités » d’Abel-François Poisson de Vandières

14h30 : Alden GORDON, professeur, Trinity College (USA)

Marigny et les arts

15h :                Pause

15h20 : Magalie LENOIR-QUINTARD, docteur en histoire de l’art, ÉPHÉ

Joseph Marie Terray, abbé de cour et ministre fastueux ?

15h40 : Anne-Cécile TIZON-GERME, directrice des archives départementales de Loir-et-Cher

Présentation du fonds de Saizieu des archives départementales

 

Mercredi 4 juillet, Université François-Rabelais à Tours, 5e étage bibliothèque universitaire

3e session : l’action ministérielle – présidence Alexia LEBEURRE

9h :                  Accueil des participants

9h30 : Chao-Ying LEE, professeur associé à l’université nationale de Dong Hwa (Taïwan)

Les relations franco-chinoises au xviiie siècle. Henri Bertin et les arts.

10h : Amalia PAPAIOANNOU, docteur en histoire de l’art, université Paris 1-Centre Ledoux

M. le Directeur général a disposé de la place ». Marigny et la suppression de l’envoi des architectes à l’Académie de France à Rome : Voyage et séjour italien des lauréats des Grands Prix de 1767 à 1772

10h30 :             Pause

11h : Pauline LEMAIGRE-GAFFIER, docteur en histoire IDHE/Paris 1

Des pratiques d’amateur à l’administration royale des arts, les intendants des Menus Plaisirs sous Louis XV

11h30 : Carlo MAMBRIANI, professeur, université de Parme

Intendant des Bâtiments et Premier ministre : la toute puissance de Guillaume Du Tillot à la cour de Parme (1749-1771)

12h : Guillaume NICOUD, doctorant ÉPHÉ

Marigny et la Russie : rapports, interlocuteurs et témoignages artistiques

12h30 :             Discussion

 

4e session : commande publique et manufactures – présidence Christophe MORIN

14h : Cécilie CHAMPY, conservateur du patrimoine (Paris, musée du Petit Palais) et doctorante, université Paris IV-Sorbonne

Les ministres des arts et les portraits royaux sous le règne de Louis XV : l’exemple de Jean-Baptiste Lemoyne (1704-1778)

14h30 : Alessandro MALINVERNI, professeur, université de Milan

Les commandes d’art publiques et privées de Guillaume Du Tillot un ministre français en Italie 1749-1774

15h : François MARANDET, docteur en histoire de l’art, ÉPHÉ

« Tableaux flamands et hollandais qui ont été choisis » : un projet d’acquisition inédit par Philibert Orry

15h30 :             Pause

16h : Anne PERRIN KHELISSA, docteur en histoire de l’art, collaboratrice scientifique au Centre allemand d’histoire de l’art à Paris

L’intendant des Finances Louis Fagon et ses amis académiciens. Argent et goût au service des manufactures avant le ministère de Marigny

16h30 :             Discussion et conclusion

 

Informations

Colloque organisé par l’équipe InTRu (Interactions, transferts, ruptures artistiques et culturels, EA 6301)

Responsable : Christophe Morin

Comité scientifique :

Dominique Massounie, maître de conférences université Paris-ouest-Nanterre
Christian Michel, professeur université de Lausanne
Véronique Moreau, conservateur au musée des Beaux-arts de Tours
Christophe Morin, maître de conférences université François-Rabelais de Tours
Monique Mosser, ingénieur CNRS
Daniel Rabreau, professeur émérite université Paris 1-Panthéon-Sorbonne
Anne-Cécile Tizon-Germe, directrice des Archives départementales de Loir-et-Cher
Michel Vergé-Franceschi, professeur université François-Rabelais de Tours

Organisation : Pauline Chambrier, Frédéric Herbin

Contact : intru@univ-tours.fr


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *