Publication de „Pariser Lehrjahre. Ein Lexikon zur Ausbildung deutscher Maler in der französischen Hauptstadt. 1793-1870“

CINQUANTENAIRE DU TRAITÉ DE L’ÉLYSÉE

À l’occasion de la publication du premier volume „Pariser Lehrjahre. Ein Lexikon zur Ausbildung deutscher Maler in der französischen Hauptstadt. 1793-1870 et de la célébration des 50 ans du Traité de l’Elysée et de l’amitié franco-allemande, sera présentée  à l’Institut français de Berlin une conférence-débat sur l’expérience des artistes allemands à Paris au XIXe siècle.

Institut français Berlin, Salle Boris Vian, Kurfürstendamm 211, 10719 Berlin

28 janvier 2013, 19h00 – 22h00

 

Cette soirée fera entendre la voix des jeunes peintres qui entreprirent un voyage initiatique vers Paris à travers la lecture de sources inédites et l’interprétation d’œuvres d’art ou de documents singuliers. Les conditions mêmes de la recherche bilatérale, voire transnationale, seront évoquées comme pistes fertiles pour un renouvellement de l’historiographie des arts. Un science slam animé par les jeunes chercheurs associés au projet clôtura la manifestation.

En présence de :
Andreas Beyer, directeur du Centre allemand d’histoire de l’art à Paris
Sven Fund, Directeur des Editions De Gruyter
France Nerlich, maître de conférences à l’université de Tours
Bénédicte Savoy, professeure à la Technische Universität

Florian Lukas, comédien

Lisa Zeitz, rédactrice en chef de Weltkunst et de Kunst und Auktionen


« Pariser Lehrjahre » : Devenir artiste, c’est aussi faire l’expérience de l’expatriation et de la migration. Pour les jeunes peintres allemands, Paris devient au cours du XIXe siècle une étape importante de ces voyages initiatiques. Mais contrairement aux idées reçues sur l’attractivité irrésistible du « mythe de Paris », les raisons de ces expatriations plus ou moins temporaires étaient très variables, du voyage de formation financé par une bourse prestigieuse à l’émigration économique, de l’attirance pour l’œuvre d’un grand maître parisien (comme Jacques-Louis David, Paul Delaroche, Thomas Couture) au ralliement à un programme idéologique révolutionnaire. Entre attirance et répulsion, indifférence et impatience, les expériences, solitaires ou collectives, vécues par les peintres allemands à Paris au XIXe siècle sont autant de révélateurs de ce qui animait alors la jeunesse artistique. Paris devient le lieu de la construction individuelle, mais aussi générationnelle, fondant les codes de reconnaissance et de discours au-delà des frontières. C’est à Paris que les jeunes peintres trouvent le chemin vers eux-mêmes, et que se dessine une page importante des expériences partagées par la jeunesse européenne.

En allemand. Entrée libre !

En collaboration avec la TU Berlin, le Centre allemand d’histoire de l’art, les Editions ’De Gruyter’, l’Université François-Rabelais de Tours, l’Agence Nationale de la Recherche (ANR) et la DFG.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *