Microhistoire et monographie: programme du séminaire doctoral du 13 juin

Logo INTRU Seminaire archi

Journée doctorale d’histoire de l’architecture, organisée par Jean-Baptiste Minnaert (InTRu, Université François-Rabelais, Tours), et par Anne-Marie Châtelet (Arche, École nationale supérieure d’architecture de Strasbourg).


jeudi 13 juin 2013

Institut national d’histoire de l’art, 2, rue Vivienne et rue des Petits-Champs 75002 Paris,
métros Palais-Royal, Bourse, RER Châtelet-Les Halles.
Salle Walter Benjamin, galerie Colbert, rez-de-chaussée.

 

9h30 Accueil et café

10h Anne-Marie Châtelet, Jean-Baptiste Minnaert : Introduction.

10h15 Dave Lüthi, professeur, université de Lausanne :
De la mention isolée au changement de paradigme : la remise en question de la prédominance de l’architecture « à la française » en Suisse romande au XIXe siècle.

11h Discussion

11h15 Guy Lambert, maître de conférences, École nationale supérieure d’architecture de Paris-Belleville :
Questions d’échelles et de points de vue : approches monographiques autour de Julien et Paul Guadet.

12h Discussion

 

12h15 Déjeuner au restaurant de l’INHA

14h Timothée Bartkowiak, doctorante, université de Tours :
Chambord XIXe siècle, la famille de Bourbon-Parme et l’État. Étude d’un château et de son domaine vue par le prisme de la microhistoire.

14h30 Discussion

14h45 Ariela Katz, doctorante, Ausser, CNRS / Institute of Fine Arts, New York University :
Les Maisons du Peuple en France : modernismes architecturaux, réseaux municipaux et identité ouvrière, 1910-1940

15h15 Discussion

15h30 Hugo Massire, doctorant, université de Tours :
« Le plus vieux métier du monde » : Pierre Dufau (1908-1985), architecte pamphlétaire des Trente Glorieuses.

16h Discussion

16h15 Claudine Houbart, doctorante, KU Leuven, université de Liège :
Raymond M. Lemaire et la conservation de la ville historique : l’éclairage nécessaire de la microhistoire.

16h45 Débat et conclusions

 

« Le terme de microhistoire (microstoria) est entré il y a une trentaine d’années dans le vocabulaire de l’historiographie. Il identifie d’abord le projet développé par un groupe d’historiens italiens dans le courant des années 1970 : […] Carlo Poni (1927), Edoardo Grendi (1932-1999), Giovanni Levi (1939). Carlo Ginzburg (1939) s’était très tôt fait connaître par ses travaux sur les hétérodoxies et sur les rapports entre culture savante et culture populaire dans la première modernité. […] Il n’existe pas de charte fondamentale de la microstoria. Les textes de méthode, quand ils existent, ne proposent jamais les éléments d’une doctrine. »[1]

La microhistoire « a permis de modifier en profondeur notre manière de faire de l’histoire en offrant une alternative aux approches macrohistoriques, structuralistes et fonctionnalistes. Elle propose aux historiens de réduire l’échelle d’observation, de faire l’histoire ‘au ras du sol’ et de délaisser l’étude des masses ou des classes pour s’intéresser à des groupes plus restreints ou des individus. »[2] L’un des initiateurs de la microhistoire, Edoardo Grendi, parle « d’exceptionnel normal » et montre qu’une société se comprend souvent mieux par ses marges que par son centre. La microhistoire s’occupe volontiers « de l’individuel et de l’exceptionnel dans l’histoire »[3], bat en brèche l’idée que l’importance d’un phénomène est proportionnelle à sa taille, sans céder pour autant au mirage du small is beautiful. La microhistoire tend aussi à réhabiliter le récit, ce qui nous encourage à nous interroger sur les croisements qu’elle pourrait opérer avec la méthode, classique et ancienne, de la monographie.

Selon ses détracteurs, la monographie tend, ne serait-ce que par ses origines vasariennes, à sacraliser l’œuvre et son créateur, générant ou confortant une vision linéaire et téléologique des phénomènes appréhendés et restitués. Les réinventions de la méthode monographique sont nombreuses, que ce soit à l’aune de la microhistoire ou d’autres approches comme celle des Annales dès le milieu du XXe siècle, ou plus récemment des gender studies qui « minent en particulier le vieux fétichisme de l’artiste en génie libre, forcément mâle et dominant ».[4] Dès lors que l’artiste est restitué non comme démiurge, mais comme « agi et finalement dépassé par son œuvre »[5] et acteur de son milieu et des phénomènes qui le constituent, la monographie pourrait n’être plus l’exercice d’autisme qui a été longtemps dénoncé. La mort de l’auteur selon Roland Barthes (1968), Qu’est-ce qu’un auteur ? pour Michel Foucault (1969), L’illusion biographique de Pierre Bourdieu (1986) ont sonné le glas de la monographie célébrant l’artiste comme figure et trajectoire créative au statut d’exception.

La microstoria cependant, appréhendant l’histoire à l’échelle de petites communautés humaines, requalifie non pas directement la monographie, mais au moins l’échelle à laquelle celle-ci est habituellement pratiquée en histoire de l’art[6]. Encore faut-il déjà pouvoir stabiliser en histoire de l’art quelques passerelles entre la microstoria et la méthode monographique. Certes, Carlo Ginzburg a signé un livre consacré à Piero della Francesca[7], mais son approche est-elle répétable, voire transposable en histoire de l’architecture ?

L’un des éléments de réponse pourrait venir des architectes eux-mêmes. Théorisant la Bigness, Rem Koolhaas parle en 1994 de l’architecture prise dans « un réseau de cordons ombilicaux reliés à d’autres disciplines, dont l’efficacité est aussi cruciale que celle de l’architecte : comme les alpinistes, attachés les uns aux autres par des cordes de survie, les hommes qui font la Bigness sont une équipe (un mot qui n’a pas été prononcé durant les quarante dernières années de polémique sur l’architecture). Se situant au-delà de la signature, la Bigness implique de se rendre aux technologies ; aux ingénieurs, aux entrepreneurs, aux fabricants ; à la politique ; aux autres. Elle promet à l’architecture une sorte de condition post-héroïque – un réalignement accompagné de neutralité. »[8]

C’est là une inflexion qui intéresse la manière dont les architectes peuvent penser leur métier (et que Rem Koolhaas ne relie ni à la microhistoire, ni d’ailleurs à la théorie des systèmes d’acteurs), mais les historiens de l’architecture n’ont certes pas attendu la théorisation de la Bigness pour appréhender le geste architectural comme processus post-héroïque et irréductiblement collectif. Depuis plus de vingt ans, la monographie en histoire de l’architecture s’est ouverte aux sciences sociales. Elle pourrait devenir un genre plus ouvertement microhistorique. La journée doctorale proposera quelques pistes concrètes et fécondes à cette importation possible, ou déjà menée implicitement.

Jean-Baptiste Minnaert


[1] Jacques Revel, « Microstoria », dans Christian Delacroix, François Dosse, Patrick Garcia, Nicolas Offenstadt, Historiographies, concepts et débats, Paris, Gallimard, 2010, Folio Histoire, vol. 1, p. 529.

[2] Loïc Le Pape, Microhistoire et pratiques historiennes, programme de la journée d’étude sous la direction de Antoine Franzini et Didier Lett, mis en ligne le 6 avril 2012, http://calenda.org/207128

[3] István Szijártó, « Puzzle, fractale, mosaïque. Pensées sur la micro-histoire », L’atelier du Centre de recherches historiques, revue électronique du CRH, septembre 2012, http://acrh.revues.org/4241

[4] Françoise Bertrand-Dorléac, « Le sujet dans l’histoire », dossier « La monographie d’artiste », Perspectives, 2006-4, p. 499.

[5] Ibid.

[6] Bernard Lepetit, « De l’échelle en l’histoire », dans Jacques Revel (éd.), Jeux d’échelles. La micro-analyse à l’expérience, Paris, Gallimard-Seuil, 1996, p. 71-94.

[7] Carlo Ginzburg, Enquête sur Piero della Francesca, Paris, Flammarion, 1983.

[8] Rem Koolhaas, Bigness, 1994, dans Junkspace, Paris, Payot & Rivages, 2011, p. 40. Voir aussi Pieter Uyttenhove, « Qu’importe qui conçoit ? Questionnement sur la monographie d’architecte », Perspectives, op. cit., p. 585-613.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *