5 juin, journée doctorale – Femmes, architecture, ville et paysage

Le 5 juin 2015, salle Benjamin à l’INHA (Paris) aura lieu la prochaine journée d’étude doctorale en histoire de l’architecture, organisée dans le cadre du séminaire d’histoire de l’architecture par Anne-Marie Châtelet (université de Strasbourg), Hélène Jannière (université Rennes 2) et Jean-Baptiste Minnaert (université de Tours). On trouvera ci-dessous l’argument de la journée ainsi que le programme.

-1Deux étudiantes de l’École régionale d’architecture Strasbourg en 1926
(Photo Pierre-Jules HAAS, ancien élève).

Femmes, architecture, ville et paysage

Journée d’étude doctorale en histoire de l’architecture

Le 5 juin 2015 à l’INHA, salle Benjamin, galerie Colbert, 2 rue Vivienne, Paris

La création architecturale, urbaine ou paysagère est un acte qui engage l’exercice d’un pouvoir et une action sociale, ce qui explique peut-être que les femmes n’y soient venues que tardivement, malgré un intérêt précocement manifesté. Dès l’Antiquité, des bâtisseuses se sont exercées à la maîtrise d’ouvrage, dirigeant des chantiers qui témoignent de leur goût pour l’architecture, mais, à quelques exceptions près, ce n’est qu’au XXe siècle qu’elles ont accédé à la maîtrise d’œuvre. Les premières d’entre elles admises dans un établissement d’enseignement l’ont été à la fin du XIXe siècle et rares sont celles qui ont exercé avant la Première Guerre mondiale. C’est donc véritablement au XXe siècle qu’est apparue la femme architecte, urbaniste ou paysagiste, un siècle qui a été à la fois celui de la professionnalisation de ces métiers, de leur démocratisation et de leur féminisation. En ce début du XXIe siècle, le bilan est en demi-teinte : dans bien des établissements, le nombre des étudiantes atteint ou dépasse celui des étudiants, mais elles ne sont, selon les pays, qu’entre 12 et 40 % à exercer en leur nom propre.

Si elles sont plus en plus nombreuses à suivre des études dans ces domaines, elles restent peu étudiées, particulièrement en France. Les difficultés posées par l’enquête sont nombreuses, de leur identification à la documentation de leur carrière dont les évolutions sont souvent inhabituelles et foisonnantes. C’est ce silence que l’on cherche à briser, en scrutant les voies d’approche explorées jusqu’ici, de l’étude biographique à l’enquête historiographique, et en s’intéressant à la multiplicité des parcours de ces actrices ignorées, qu’elles soient impliquées du côté de la maîtrise d’ouvrage ou de la maîtrise d’œuvre, de l’écriture de l’histoire ou de la diffusion culturelle, de la pratique professionnelle ou de l’enseignement…

Programme

9h30 accueil des participants / 9h45 introduction, Anne-Marie Châtelet

Parcours de femmes, architecture

Modération Anne-Marie Châtelet

  • 10h20 Julie PIRONT (Transitions, Université de Liège), « Les religieuses aux Temps modernes : architectes, gestionnaires de chantier et manouvrières »
  • 10h00 Sylvain DEMARTHE (UMR 6298 ARTeHIS, Université de Bourgogne), « Alix de Vergy et l’architecture religieuse en Bourgogne au XIIIe siècle »
  • 10h40 Stéphanie MESNAGE (ex LéaV ENSA Versailles), « A la recherche des femmes architectes, diversité des pratiques, 1890-1975 »
  • 11h00 débat / pause

Parcours de femmes, ville et paysage

Modération Hélène Jannière

  • 11h50 Bernadette BLANCHON (LAREP, ENSP Versailles), « Trois femmes paysagistes pionnières en France »
  • 12h10 Paola ZANOTTO (Istituto Universitario di Architectura di Venezia), « Eclectic Networks. Jaqueline Tyrwhitt and three episodes of successful inter-disciplinary collaboration »
  • 12h30 débat / pause

Espace domestique, genre et création

Modération Jean-Baptiste Minnaert

  • 14h30 Maribel CASAS (LéaV ENSA Versailles), « Les femmes au théâtre : un critère de composition »
  • 14h50 Florencia FERNANDEZ CARDOSO (Université libre de Bruxelles, Katholiejke Universiteit Leuven), « Transgressions des constructions genrées de l’espace domestique à partir de deux cuisines médiatisées : les cas de Bernège et Hefner »
  • 15h10 Élise KOERING (LACTH, ENSA Lille), « Créatrices du chez soi. De la décoratrice ensemblière à l’architecte ménagère dans les années 1920 »
  • 15h30 débat / pause

Conférence : historiographie et genre

  • 16h30  HOESKSTRA Risk (Goethe Universität Frankfurt), « Women and Power in the History of Modern Architecture: the case of the CIAM Women »
  • 17h15 débat

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *