8 novembre 2011 – Séminaire « série culturelle » – Laurent Gerbier, « Naissance d’un genre, naissance d’un medium : les séries culturelles et la question des origines (science fiction et comic books) »

8 novembre, 17h-20h, salle 12 de l’extension.

Laurent Gerbier, Maître de conférences, Université François-Rabelais, Tours

Naissance d’un genre, naissance d’un médium : les séries culturelles et la question des origines (science fiction et comic books)

La notion de « série culturelle », telle qu’André Gaudreault l’applique à la question des « origines » du cinéma pour en dynamiter les présupposés essentialistes, se présente avant tout comme un outil problématique extrêmement adapté à la mise en crise de la sempiternelle question des « origines ». L’exposé tentera d’appliquer cette notion, en mettant en oeuvre les fécondes équivocités que Gaudreault y laisse subsister, à l’examen des origines d’un genre (la science-fiction) et d’un medium (les comic books), dont la quasi contemporanéité (Etats-Unis, années 1910-1935) permet d’étudier la manière dont elles investissent conjointement plusieurs séries et pratiques culturelles qui dominent la culture de l’imprimé en Amérique depuis le milieu du XIXe siècle (dime novels, pulps), tout en y articulant l’héritage d’un certain nombre de séries culturelles d’horizon très différent (publicité, attraction, dime museums). On essaiera ainsi de vérifier que, comme l’usage qu’en fait Gaudreault semble l’indiquer, la notion de série culturelle contribue à problématiser l’idée même d’une « naissance » ou d’un « point d’origine » en matière de production culturelle, invitant à se détourner de toute vision téléologique des produits culturels pour leur restituer leur nature de bricolage pragmatique. C’est ainsi le « devenir-livre » des productions de la science-fiction ou du comic book qui peut être compris comme un événement au fond contingent, témoignant de l’institutionnalisation d’un genre (dans le cas de la science fiction) ou d’un medium (dans le cas du comic book), mais masquant en même temps le processus de composition tâtonnante et diverse qui a accompagné sa mise au point.


Laurent Gerbier

Maître de conférences en histoire de la philosophie à l’Université de Tours (Département de philosophie / Centre d’Études Supérieures de la Renaissance), membre associé de l’InTRu. Rédacteur de Du9 (http://www.du9.org), membre du comité de lecture de Comicalités (http://comicalites.revues.org), ses travaux se partagent entre la philosophie morale et politique de la Renaissance et l’histoire de la bande dessinée.

Publications récentes

• « L’art de lire comme patrimoine immatériel : une histoire empirique de la bande dessinée » (compte-rendu critique de Thierry Smolderen, Naissances de la Bande Dessinée, de William Hogarth à Winsor MacCay, Bruxelles, Les Impressions Nouvelles, 2009), Fabula, août 2010 [http://www.fabula.org/revue/document5840.php)].

• « ‘Tout mouvement nous descouvre’ : l’art de l’essai dans I, 50 », Bulletin de la Société des Amis de Montaigne, n° 53, 1er semestre 2011, p. 19-35.

• « Le machiavélisme problématique de Valdés dans le Diálogo de las cosas acaecidas en Roma », Quaderns d’Italia, n° 16, Barcelone, 2012, p. 115-142 (à paraître).

• (ed., avec S. Geonget), Amitié & Compagnie. Actes des 5e Rencontres Internationales La Boétie, Paris, Garnier, à paraître au printemps 2012.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *