8 décembre, séminaire: René HARTMANN, “Vision and reality in Motopia…”

Le mardi 8 décembre de 17h00 à 20h00, en salle 325 (site Tanneurs), l’INTRU aura le plaisir d’accueillir à son séminaire de méthodologie René Hartmann, post-doctorant à la Technische Universität de Berlin. Il viendra présenter ses recherches sur les imaginaires artistiques et architecturaux de la ville automobile. La séance est, comme à l’habitude, ouverte à tous sans inscription.

Ci-dessous l’affiche de l’événement à télécharger.

Séminaire INTRU 08.12.15_web

1925_Der Industriebau_Heft 3_S. 74_Max Schroeder_Automobildepot_1924

Max Schroeder, projet de parking, 1925.

“The street wants to be a building.” Vision and reality in Motopia: automobility, megastructures and carscapes in the city of yesterdays tomorrow

À quoi ressemblera la ville de demain ? Cette question n’a pas seulement obsédé les architectes et urbanistes, mais elle s’est aussi posée aux artistes qui ont développé des visions de la ville du futur. Imaginer comment nous vivrons demain a été autant une préoccupation des experts scientifiques que des avant-gardes artistiques. Pour tous, le monde urbain de demain semble être avant tout : immense, adapté à la circulation et entièrement « technologisé ». La ville apparaît comme mégastructure dans laquelle il n’y a plus de césure entre les bâtiments et les niveaux de circulation.

Ce sont en particulier les transformations attendues et effectives dues à l’automobile qui ont généré l’idée de la ville comme lieu de la mobilité constante sur terre et dans les airs. L’automobile a provoqué une réorganisation des villes, aussi bien d’un point de vue théorique que pratique, qu’aucun autre artefact n’avait jamais déclenché. Entre les plans et les projets des urbanistes et les visions des créateurs artistiques s’opère alors un échange constant. Il s’agira ici d’exposer certains de ces transferts et re-transferts d’idées et d’images ainsi que quelques projets effectivement réalisés. Ils montrent que l’idée de la ville comme mégastructure fut le motif le plus lourd de conséquences pour l’espace urbain au XXe siècle.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *