Publication – Dossier « Parcours photographique » de la revue Pour mémoire

Couverture Pour Mémoire (16/hiver 2015) Plage du Mirado, Royan, août 1955,  photographe Pierre Mourier, collection MEDDE / MLETR.

Pour Mémoire (n°16/hiver 2015) – Plage du Mirado, Royan, août 1955, photographe Pierre Mourier, collection MEDDE / MLETR.

Le dossier « Parcours photographique, desseins et destins des clichés institutionnels » de la revue Pour mémoire du Comité d’histoire des ministère de l’Ecologie, du Développement Durable et de l’Energie et du Logement, de l’Egalité des Territoires et de la Ruralité (n°16 / hiver 2015) a été coordonné par Raphaële Bertho.

Edito 

Voilà plus d’un siècle que les institutions en charge aujourd’hui de l’écologie et du logement   usent de la photographie. Tourisme, aviation civile, équipement, transports, mer, habitat et logement, sécurité routière, écologie : les thématiques varient, les usages se modifient, mais l’image photographique reste invariablement l’un des médiums privilégiés de la mise en visibilité de l’action publique. D’un maniement aisé et facilement reproductible, elle est rapidement adoptée par les agents de l’Etat. Son intégration est sans aucun doute facilitée par la mise en place d’un atelier photographique au sein de l’Ecole nationale des Ponts et Chaussées dès 1859, soit vingt ans à peine après la publicisation du procédé en 1839. Elle se poursuit ensuite au fil du temps, traversant les époques, les administrations et les changements du procédé lui-même. Sur plaque de verre, films gélatino-bromure ou fichiers numériques, en noir et blanc comme en couleur, l’image photographique accompagne l’action de l’Etat sur le territoire depuis lors.

L’histoire de cette administration s’est ainsi liée de longue date avec l’histoire de la photographie. La constance de cette collaboration sur plus de cent cinquante ans, l’importance de la production concernée de l’ordre de plusieurs dizaines de millier d’images suggèrent que l’on peut identifier ici un champ de la photographie à part entière. Au côté des photographies dites « de famille »,   « de presse » ou   « d’art », on discerne un ensemble singulier, celui de la « photographie institutionnelle ». Cette dernière se définit ainsi comme l’ensemble des images photographiques réunies par une institution  publique  dans le cadre de son activité, comprenant tout autant la production des agents de l’Etat et des photographes salariés que les commandes, à titre de documentation de l’action ou de sa valorisation, à des fins opérationnelles comme communicationnelles.

L’ambition de ce dossier est de proposer un premier aperçu de l’histoire de cette photographie institutionnelle. Dans l’idée qu’il s’agit là d’un travail d’amorce et non conclusif, suivant la volonté d’ouvrir un pan de la recherche  encore peu développé au regard de l’importance des fonds concernés, nous avons voulu proposer un premier recensement de ces fonds, photothèques et collections en nous concentrant sur ceux constitués par les administrations centrales. Celui de l’Ecole nationale des Ponts et Chaussées y figure du fait de sa nature fondatrice. Sans être directement relié à l’administration centrale, il témoigne ici de la constitution d’une culture visuelle professionnelle qui irrigue l’ensemble des services. D’autres ensembles se distinguent par leur notoriété et leur singularité, comme celui de la Mission photographique de la DATAR.

(…)

Si le recensement est un point de départ indéniable dans l’identification d’un champ, l’ambition de ce dossier est aussi de proposer une première approche d’une histoire encore largement à écrire. Le parti-pris ici n’est pas chronologique mais archéologique. L’idée a été de rendre intelligible un parcours photographique sans pour autant adopter un angle historicisant, lequel aurait conduit à revenir sur les différentes pratiques et les divers usages à travers le temps. Nous avons choisi de procéder de manière synthétique, en retraçant le parcours d’une image photographique au sein de l’institution à travers plusieurs études de cas considérées comme représentatives. La lecture de ce dossier permet ainsi de donner à voir les différents temps de l’image, de sa production à ses usages, de son archivage à sa patrimonialisation.

(…)

En abordant le champ de la photographie institutionnelle, nous n’avons pas envisagé de tenter une histoire totale et achevée car le projet, par-delà son ampleur déraisonnable, n’aboutirait finalement qu’à une somme indigeste et vide de sens. L’histoire de la photographie au sein des institutions de l’Etat est bien plus celles de ses desseins et destins. Celui du parcours d’une image, de sa première exposition à sa présentation finale.

Sommaire

« Etre photographe au ministère », Entretien avec Bernard Suard par Raphaële Bertho et Daniel Coutelier

« Le paysage autoroutier, une invention photographique? » par Raphaële Bertho

« Des histoire de paysage: analyse croisée des itinéraires bretons de l’Observatoire National Photographique du Paysage » par Caroline Guittet

« Pratiques et usages de la photographie dans l’administration. L’exemple des fonds produits par les ministères chargés de l’Equipement et de l’Environnement conservés aux Archives nationales » par Sandrine Bula et Marie-Eve Bouillon

« Une histoire d’exposition(s): redécouvrir le fonds photographique du ministère de la Reconstruction et de l’Urbanisme (1945-1958) » par Daniel Coutelier et Didier Mouchel

Pour télécharger le numéro


Vous aimerez aussi...