Colloque à l’IUAV de Venise – Basilico et la « lenteur du regard » – juin 2016

Raphaële Bertho interviendra lors du colloque international financé dans le cadre du programme ANR Photo-Paysage co-organisé par Monique Sicard (CNRS – Item) et Malvina Borgherini (IUAV de Venise) les 16 et 17 juin 2016. Intitulé « Ce que la photographie fait au paysage », le programme, dans son ensemble, analyse les effets de la photographie et de ses pratiques sur le paysage, qu’il s’agisse  d’espaces potentiellement aménageables ou du concept de paysage lui-même.  Il vise à décrire les relations fines tissées entre photographie et paysage à l’époque contemporaine, à en produire une analyse critique.

Les pratiques photographiques concernées émanent soit d’auteurs photographes indépendants, soit de professionnels œuvrant pour des paysagistes, des urbanistes, des architectes. Elles sont ici évaluées à l’aide d’une analyse des processus d’élaboration des images à l’aide des traces matérielles laissées par cette création (génétique photographique). Les pratiques de reconduction (photographie d’un même lieu à intervalles de temps réguliers) et, d’une manière générale, les procédés itératifs. seront privilégiés. Les dispositifs collectifs tels que commandes, résidences d’artistes, observatoires photographiques du paysage, atlas du paysage seront pris en compte au même titre que les pratiques artistiques individuelles. Des hypothèses relatives aux effets matériels et symboliques de la photographie  de paysage sur les paysages eux-mêmes seront formulées.

Deux approches complémentaires seront présentées. D’une part, les différents usages de la photographie dans le projet de paysage conduit par des paysagistes, des urbanistes, des architectes seront recensés et évalués. D’autre part, l’analyse d’œuvres d’artistes indépendants aidera à prendre la mesure de la médiation photographique dans les définitions d’un paysage porteur d’une double face intime et collective.  En ancrant le paysage dans un héritage pictural issu de la Renaissance, les traditions culturelles invitent à l’opposer à la modernité, lui conférant un caractère immuable porteur de sa valeur. Les études produites lors du colloque, prenant appui sur les pratiques photographiques contemporaines, devraient montrer que ces notions sont toutes deux dynamiques, relatives aux lieux, aux époques, au savoir mais que cet entremêlement est complexe, parfois même ambivalent.

Raphaële Bertho présentera une analyse de la construction par Gabriele Basilico d’un « lent regard » à l’occasion de sa campagne sur les bords de la Manche pour la Mission photographique de la DATAR en 1984. Cette expérience va être déterminante pour le photographe qui modifie sa pratique avec l’utilisation de chambre photographique qu’il substitue au petit format. C’est aussi l’expérience du voyage vers la France, de ses retours réguliers sur les lieux qu’il cherche « à voir et à revoir » afin d’en saisir au mieux les détails, les modulations. A partir d’une analyse des planches contacts, des écrits et des archives de l’auteur, il s’agit ici de revenir sur la mise en œuvre de ce travail photographique fondateur afin de saisir au mieux la manière dont cette « observation insistante » transforme peu à peu l’expédition en une rencontre, comment cette expérience du paysage transforme le regard du photographe italien sur le littoral du Nord de la France.

Voir le programme  


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *