« La photographie : un chemin d’accès au monde? » – BnF – 3 décembre 2015

La Bibliothèque nationale de France propose depuis plusieurs années, une série annuelle de colloques autour des nouveaux enjeux de la pédagogie et des nouveaux Chemins d’accès au patrimoine culturel. Les 13e rencontres des musées, bibliothèque, archives et théâtres abordera plus spécifiquement la question photographique.

La photographie : un chemin d’accès au monde?

De l’ethnographie à la photographie documentaire contemporaine que décrit l’image, qu’enseigne-t-elle et que peut-elle changer du monde ? À quelles conditions produit-elle de l’information ? Qu’est-ce qui a changé dans la croyance en ce medium et dans son utilisation comme reflet de la réalité ? Comment échapper au trop plein d’images qui use notre regard et aplatit la force du message ? Documenter, constater, témoigner ou « prendre position », prouver ou convaincre, manipuler… la question de l’utilisation de la photographie par son auteur, par les médias, par le chercheur ou par l’expert sera au cœur du débat de cette 13eédition des « Chemins d’accès ». On étudiera son pouvoir de vérité, ses carences, sa faculté à susciter l’émotion ou à fabriquer un discours, à brouiller la frontière entre réel et fiction.On interrogera aussi des pratiques de transmission qui accompagnent les collections dans les institutions/musées. Comment confronter le travail de description sociale du photographe et la démarche du sociologue et de l’ethnologue ? Trace précieuse de l’histoire, l’archive photographique est néanmoins une ressource complexe pour l’historien. L’instantanéité de l’information véhiculée par les médias doit rendre attentif à la profusion d’images mais aussi à leur absence. Dans le domaine judiciaire où la photographie a été utilisée dès la fin du XIXesiècle, de nombreux photographes démontrent aujourd’hui la fragilité de la crédibilité de ce médium utilisé en tant que témoin et arbitre de justice. Face à la circulation aussi rapide qu’incontrôlable de l’image, c’est dès le plus jeune âge qu’il est urgent d’éduquer le regard. Par quels chemins apprendre à lire une photographie, à la décoder, la décrypter ? Comment replacer l’image dans son contexte, imaginer ce qui se passe hors champ, analyser le point de vue (unique ?) et l’intention du photographe, ralentir le regard, ménager le recul par rapport à l’évidence ? On sait que l’image n’est que le support du discours. Dès lors, comment faire parler ce langage non verbal qu’est l’image fixe ?

Voir le programme ici

Raphaële Bertho participera à la table ronde « Faire face aux images : comment documenter le monde ? Dans son regard sur la société, la photographie permet aussi de figer l’éphémère, de montrer « l’invisible » et de conserver la mémoire de ce qui n’est plus » animée par Christian Caujolle, professeur à l’école Louis Lumière, commissaire d’exposition indépendant, avec Valérie Perlès, directrice du musée départemental Albert-Kahn, Sylvain Maresca, professeur de sociologie, Université de Nantes, et Mathieu Pernot, photographe.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *