Séminaire-atelier « La mise en image du rebut » – 14 & 15 janvier 2016

Raphaële Bertho participera au séminaire atelier « La mise en image du rebut » organisé à la MSH Val de Loire / pOlau les 14 et 15 janvier 2016 par Claudia Cirelli et Bénédicte Florin (Tours / CITERES).

Argumentaire
Les déchets posent des défis importants pour l’organisation des villes et interrogent les sociétés sur leurs modes de production et de consommation qui génèrent davantage de restes. Dans le cadre de nouvelles politiques de protection de l’environnement et de gestion urbaine, les déchets font l’objet de pratiques de valorisation, par le tri et le recyclage. Ces processus de valorisation, impliquant une requalification et une redéfinition des matières, des pratiques et des métiers associés (Corteel, Le Lay, 2011), s’accompagnent de changements profonds : de rebut, le déchet est devenu une ressource et même un produit, prêt à être réintégré dans un cycle vertueux économique et urbain (Barles, 2005). Dans ce contexte, il gagne une nouvelle visibilité et véhicule de nouvelles représentations. En effet, l’univers des déchets semble acquérir une dimension esthétique, inusitée et inattendue : les récupérateurs des déchets, leurs conditions et sites de travail — décharges à ciel ouvert, bennes à ordures, ateliers de récupération — et les matières en décomposition, sont alors immortalisés et saisis dans des images qui évoquent une certaine “beauté” du rebut (Dagognet, 1997), une noblesse de l’abject.
L’objectif de ce séminaire est de faire se croiser deux enjeux, l’un épistémologique, à savoir la réflexion autour de la “mise en image sociale” (Gunthert, 2007) et l’autre, méthodologique, à savoir ce qu’expriment ou informent ces images sur l’évolution de la place des déchets et des travailleurs des déchets dans nos sociétés urbaines. Nous faisons l’hypothèse que la mise en image et l’esthétisation dont les déchets font l’objet participent des processus de requalification et de valorisation évoqués plus haut. Il s’agit donc d’engager une réflexion sur la fabrication de ces images et leur réception, travailler sur les modes de lecture de contenu des images en rapport avec les contextes de production et de diffusion pour entrer dans une interrogation plus fondamentale sur le besoin que l’on a de représenter les déchets et les usages sociaux que l’on fait de ces images.

Se déroulant sur une journée et demie, ce séminaire-atelier est organisé en trois temps  :

– une première journée est consacrée à la construction d’un cadre de réflexion théorique et méthodologique pour analyser la mise en image des déchets. Lors de la matinée, des chercheurs spécialistes de l’image en sciences sociales, de l’esthétique de l’image, apporteront des éléments afin de développer une réflexion conjointe ;
– l’après-midi sera consacrée à une approche davantage centrée sur nos pratiques et constituera un moment d’échanges à partir des images des chercheurs, puis de celles des photographes. À partir d’un travail de lecture et d’explicitation de photos représentant l’univers des déchets (hommes, objets, activités, pratiques, matières), nous tenterons de définir un positionnement théorique pour la construction du corpus (exhaustivité, thématiques, traitement, etc.) ;
– l’atelier de la seconde demi-journée sera consacré à la construction du corpus de l’exposition, à partir des images produites par les chercheurs et les photographes du projet.

Le programme du séminaire-atelier est à retrouver ici


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *