Conférence « Le Grand Paris à ma Porte » – 19 mars 2016

Conférence R. Bertho Malakoff 19 mars 2016

Raphaële Bertho présentera une conférence sur invitation de l’association L’Ecole de la Ville Buissonière dans le cadre de son projet « Le Grand Paris à ma porte » financé par la région Ile-de-France et la Ville de Malakoff.  « Le Grand Paris à ma porte » a pour objectif d’interroger les transformations que notre commune connaît depuis le 1er janvier 2016 en intégrant la Métropole du Grand Paris. Limites administratives nouvelles, organisation, règles et pratiques politiques affaiblissant la commune et la proximité, une vision du territoire s’appuyant sur la rapidité des flux et la compétitivité… Ces transformations interrogent l’état de la démocratie urbaine aujourd’hui en France. Pour contribuer à cette réflexion ainsi qu’à l’instauration d’une dynamique de coopération et de solidarité dans l’espace urbain pour construire du bien commun,  l’Ecole de la ville buissonnière propose trois rencontres-débats entre janvier et juin 2016, suivis d’ateliers de travail collectif, pour s’offrir le bonheur de réfléchir ensemble. Avant cela, pour présenter le projet et échanger au fil des rencontres dans l’espace public, les membres de l’association iront à la rencontre des Malakoffiots avec leur tribune mobile d’intrusion urbaine (un triporteur aux couleurs de l’association) qui va parcourir les rues de Malakoff. Un événement public clôturera le cycle et se déroulera dans l’espace public à Malakoff en septembre 2016, dans le cadre d’une restitution du travail accompli avec l’ensemble des participants aux ateliers. Des supports pédagogiques et une brochure de synthèse seront produits dans l’objectif de diffuser, mutualiser et échanger avec d’autres associations ou structures.

Conférence le 19 mars 2016

Des grands ensembles au Grand Paris.  Clichés de la périphérie francilienne.

Depuis près d’un siècle la représentation de la périphérie francilienne s’est construite en creux. La zone comme la banlieue s’identifient avant tout à ce qu’elles ne sont pas : Paris. Cerclée par une enceinte de pierre puis de béton, la capitale française se distingue de manière ostentatoire de ses abords. La rupture physique des fortifications puis du périphérique alimente une distance symbolique entre les clichés humanistes de la ville haussmannienne et la figure de la démesure que sont les grands ensembles. Le projet métropolitain du Grand Paris pose le défi de la réconciliation de ces contraires, en cherchant à associer centre et périphérie dans une vision sinon harmonieuse, tout du moins cohérente.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *