26 octobre, journée d’études : « La prison de la Santé – 1861-2016 – L’architecture carcérale du XIXe siècle à l’épreuve du XXIe siècle »

La prochaine séance du séminaire « Architectures restaurées » lancé en 2015 par Arnaud Timbert, conseiller scientifique pour l’histoire de l’architecture à l’INHA, aura lieu le mercredi 26 octobre de 14h à 18h, à Paris (INHA, salle Giorgio Vasari, 1er étage).

Cette séance, co-organisée par Elsa Besson, chargée d’études et de recherche à l’INHA, et Caroline Soppelsa, chercheur associé à l’InTRu, aura pour thème La prison de la Santé – 1861-2016 – L’architecture carcérale du XIXe siècle à l’épreuve du XXIe siècle, dans le contexte de l’opération actuellement en cours de réhabilitation-reconstruction de l’établissement.

Henri Manuel, Prison de la Santé. Pont roulant permettant de distribuer la nourriture, vers 1929-1931 [BNF, Estampes et photographie, S198 Qe 1123].

Henri Manuel, Prison de la Santé. Pont roulant permettant de distribuer la nourriture, vers 1929-1931 [BNF, Estampes et photographie, S198 Qe 1123].

Le cycle « Architectures Restaurées » propose de confronter, à l’occasion des travaux engagés sur un monument, le regard de l’architecte chargé de la restauration et celui du chercheur en histoire de l’architecture, mais aussi, dans une approche plus large et collective, de réunir l’ensemble des intervenants du gros-oeuvre et du second-oeuvre : administrateurs, affectataires, commanditaires, conservateurs, restaurateurs, entrepreneurs etc. afin d’offrir la vision la plus complète des contraintes et des enjeux inhérents aux travaux de restauration. Il ne s’agit donc pas de mettre un chantier sous les projecteurs de « la critique » ; mais, au contraire, de valoriser son déroulement, ses contingences et ses acteurs pour mieux saisir la diversité de son histoire économique, technique, matérielle et, pour finir, sociale.

Pour cette séance sur la prison de la Santé, il s’agira de réunir historiens de l’architecture, chefs de projet de l’APIJ, architectes lauréats de l’appel d’offre, restaurateurs / entrepreneurs en charge du chantier, pour évoquer les conditions d’édification, les évolutions successives du bâtiment, jusqu’au chantier en cours, avec les choix patrimoniaux particuliers qui ont été faits.

Pour étudier aujourd’hui, quelques 150 ans après son ouverture, le cas de la prison de la Santé, ouverte en 1867 et toujours maintenue dans sa fonction d’origine, s’ajoutent aux problématiques de restauration celles du phénomène encore nouveau de la patrimonialisation d’établissements carcéraux. Si « les prisons font aussi partie de notre patrimoine », pour reprendre le titre d’un appel lancé par plusieurs historiens dans Libération le 18 septembre 2014, le chantier de la prison la Santé est particulièrement révélateur des difficultés liées aux ajustements successifs et à la
réhabilitation d’un programme à la charge symbolique grande, emblématique de l’enfermement du XIX siècle en France, et aux contraintes multiples.

PROGRAMME :

14h – Elsa Besson (Doctorante en histoire de l’architecture, chargée d’étude et de recherche à l’INHA) Introduction.

14h15-14h35 – Fabienne Doulat (Historienne de l’art, membre visiteur du Clamor)
Entre disparitions et transformations, évocation d’une difficile patrimonialisation de la prison.

14h35-15h – Caroline Soppelsa (Docteur en histoire de l’art, Laboratoire InTRu, université de Tours)
La prison modèle d’Émile Vaudremer à l’épreuve de 150 ans d’histoire pénitentiaire.

15h-15h20 – Nicolas Fournel (Directeur de Programme à l’APIJ)
Le programme.

PAUSE

15h40-16h – Jean-François Lagneau (Architecte en chef des Monuments historiques)
Conserver le patrimoine : mythes et réalités.

16h-16h20 – Brigitte Scharff (Architecte associée chez Vurpas Architectes)
Une prison dans la ville du XXIe s.

16h40-17h – Brigitte Loye Deroubaix (Architecte Directeur opérationnel)
La prison de la Santé : l’acte de faire.

Le programme et les informations pratiques sont à retrouver par ici :
Architectures restaurées_La Santé_prog


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *