La photographie comme méthode – Ecole thématique du CNRS Mob’Huma’Nip

Mob’Huma’Nip. Atelier Icono. Retour réflexif sur une résidence artistique et scientifique Hélène Bailleul, Raphaële Bertho, Brieuc Bisson, Rahaf Demashki, Didier Faureau, Érika Flahault, Lucinda Groueff, Caroline Guittet, Alban Lécuyer, Frédérique Mocquet, Benjamin Pradel, Gabriella Trotta-Brambilla, Sandrine Wenglenski - 2016

L’InTRu a le plaisir de vous annoncer la mise en ligne de  Mob’Huma’Nip. Atelier Icono. Retour réflexif sur une résidence artistique et scientifique

Par Hélène Bailleul, Raphaële Bertho, Brieuc Bisson, Rahaf Demashki, Didier Faureau, Érika Flahault, Lucinda Groueff, Caroline Guittet, Alban Lécuyer, Frédérique Mocquet, Benjamin Pradel, Gabriella Trotta-Brambilla, Sandrine Wenglenski – 2016 (54 p.)

Cette publication présente une synthèse des travaux photographiques réalisés dans le cadre de l’école thématique « Arts et sciences sociales en mouvement, iconographies et parcours pour revisiter l’in situ » qui s’est déroulée du 1 au 5 septembre 2014 à Rezé. L’ambition de cette résidence scientifique et artistique du CNRS était de questionner les postures respectives et les apports réciproques de l’artiste et du chercheur autour d’un objet commun : les territoires en mouvement. Entre conférences, tables rondes et ateliers, il s’agissait d’échanger sur les savoir-faire et les questions épistémologiques, tout en éprouvant en commun des processus expérimentaux au sein de l’espace urbain au sein de trois ateliers: Narrations, Iconographies et Parcours.

L’atelier Iconographies a été organisé par Hélène Bailleul, Raphaële Bertho, Caroline Guittet et Alban Lécuyer. Le principe de départ est de croiser les pratiques d’une urbaniste, d’une historienne, d’une géographe et d’un photographe pour questionner les potentialités du médium photographique dans le cadre des recherches urbaines et environnementales. Une interdisciplinarité en actes qui s’est amplifiée du fait même des profils des participant.e.s , urbanistes, sociologues, architectes, plasticiens, géographes, historienne et vidéaste.

L’ensemble du travail s’est organisé autour d’expérimentation collective de protocoles sous contrainte d’une part (photographier sans voir, s’en tenir à une position fixe et des valeurs de plan préétablis, s’imposer des figures de style ou des prises de vue à intervalle régulier) et la production de travaux d’inspiration plus personnelle, également soumis à protocole propre, d’autre part. Des échanges dont on retrouve la trace dans les comptes rendus journaliers publiés chaque soir sur le carnet de recherche Territoire des images. Ces notes prises sur le vif, précipités d’expériences diverses et communes, ont été l’amorce d’un travail réflexif de mise en forme de ces dialogues entre l’image et le terrain, entre chercheurs et artistes, entre disciplines, regards, approches… dont ce livret présente la synthèse. Les travaux qui sont restitués par les participant.e.s et leurs encadrant.e.s dans cet ouvrage n’ont cessé de contrarier les repères et pratiques d’observation habituels voire les questionnements préexistants pour « laisser sa chance au terrain » ; contourner les représentations de l’observateur pour déstabiliser ses prénotions et dénaturaliser le social ancré dans le réel.

Ou la photographie comme méthode.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *