Publication : « Les photonautes de la cosmoroute » par Raphaële Bertho

Les inventions photographiques du paysage - PUR, 2016

La contribution de Raphaële Bertho « Les photonautes de la cosmoroute, A la recherche d’un paysage photographique de l’autoroute en France » vient de paraître dans l’ouvrage Les inventions photographiques du paysage, sous la direction de Pierre-Henry Frangne et Patricia Limido (PUR, 2016). Il s’agit de la publication des actes du colloque organisé à Rennes en février 2015.

De manière générale l’ouvrage explore le paysage photographique des origines (vers 1850) à nos jours, des paysages des frères Bisson aux artistes actuels comme Walter Niedermayr, Jean-Marc Bustamante ou Éric Bourret. Il déploie la triple thèse suivante : 1) le paysage photographique achève ou accomplit l’ensemble du genre du paysage tel que la peinture l’a inventé à la Renaissance; 2) en l’accomplissant, le paysage photographique se libère de la tradition paysagère elle-même et ouvre au paysage un champ indéterminé d’inventions presque infinies dont les études rassemblées ici explicitent quelques-unes des possibilités; 3) cette continuité et cette rupture créent ainsi un paysage « sans qualité » selon l’expression de Robert Musil, paysage dont la polymorphie alimente les autres arts et la créativité de l’art contemporain. Voilà pourquoi le livre dessine un parcours permettant d’articuler – c’est son originalité – invention du paysage pictural, invention du paysage photographique et inventions photographiques du paysage. L’ouvrage fondamentalement pluridisciplinaire entend se plier à la logique photographique elle-même qui permet d’engendrer de nouvelles images non picturales, des images machinées, non métaphoriques, profondément documentaires, et dont la reproductibilité permet un archivage du réel, une exploration de nouveaux territoires naturels ou urbains, la multiplication infinie de points de vue sur eux.

Vous pouvez consulter ici la table des matières 

Raphaële Bertho retrace une histoire photographique de l’autoroute en France, des fonds institutionnels de la Direction des routes aux travaux des artistes contemporains. Le royaume de la vitesse est peu à peu envahit par les flâneurs qui cherchent à « herboriser le bitume » (Benjamin). « Leurs dérives s’écartent cette fois de la ville pour aborder cet « entre-lieux » singulier qu’est l’autoroute, frange urbaine traversant la campagne, cette ligne qui ne semble valoir que par ses extrémités. S’infiltrant dans les creux de ce territoire du flux, ils fouillent patiemment les entrailles du serpent. »

Pour le plaisir une reproduction de cet article de l’Illustration d’octobre 1927, « Les autoroutes s’imposent » (p. 100-101) avec cette vue d’un  « audacieux projet ».

 

« Les autoroutes s’imposent », L’Illustration, octobre 1927, p. 100-101


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *