L’Histoire de l’architecture entre histoire et patrimoine : quelles pratiques, entre distance critique et engagement ?, journée d’études, 03 février 2012

Vendredi 03 février 2012, Institut National d’Histoire de l’Art, Salle Chastel
Galerie Colbert, 2 rue Vivienne, 75002 Paris

Une journée d’études proposée par Karen Bowie (École nationale supérieure d’architecture de Paris- La Villette ; IPRAUS,UMR AUSSER n°3329 CNRS)

dans le cadre du Séminaire doctoral libre en histoire de l’architecture
organisé par Anne-Marie Châtelet (École nationale supérieure d’architecture de Strasbourg, Arche université de Strasbourg) et Jean-Baptiste Minnaert (InTRu, Université François-Rabelais, Tours), avec le concours de l’INHA (Institut National d’Histoire de l’Art) et de l’EAHN (European Architectural History Network).

Dans son introduction à la monumentale collection d’études Les Lieux de mémoire, l’historien Pierre Nora postulait une opposition radicale entre les deux termes de « mémoire » et « d’histoire ». Cette opposition lui semblait d’autant plus importante à affirmer que selon lui nos sociétés actuelles tendent à télescoper les deux registres.

« Mémoire, histoire : loin d’être synonymes, nous prenons conscience que tout les oppose. La mémoire est la vie, toujours portée par des groupes vivants et à ce titre (…) ouverte à la dialectique du souvenir et de l’amnésie (…), vulnérable à toutes les utilisations et manipulations. (…) L’histoire, parce que opération intellectuelle et laïcisante, appelle analyse et discours critique. (…) La mémoire sourd d’un groupe qu’elle soude, ce qui revient à dire qu’il y a autant de mémoires que de groupes ; qu’elle est, par nature, multiple et démultipliée, collective, plurielle et individualisée. L’histoire, au contraire, appartient à tous et à personne, ce qui lui donne vocation à l’universel. La mémoire s’enracine dans le concret, dans l’espace, le geste, l’image et l’objet. L’histoire ne s’attache qu’aux continuités temporelles, aux évolutions et rapports des choses (…) » [Pierre Nora, dir., Les Lieux de mémoire, Paris, Gallimard, 1984-1992, 7 vol., t. I, p. xix.]

Ces quelques lignes, prises en elles-mêmes, ne peuvent manquer d’interpeller l’historien de l’architecture. De par ses connaissances et compétences spécifiques, il ou elle est souvent sollicité(e) pour donner des avis sur des choix patrimoniaux : de conservation ou non de tel ou tel élément de notre environnement construit. La belle élégance de l’opposition érigée par Pierre Nora entre « mémoire » et « histoire » se heurte dans son cas à une réalité pratique bien plus complexe et ambiguë. Dans son rôle d’expert, l’historien de l’architecture opère des allers-retours constants précisément entre ces deux registres, entre établissement de faits historiques objectifs et énonciation de jugements de valeur. Cette ambigüité est d’autant plus saillante dans le champ de l’histoire de l’architecture que son historiographie en a été si fortement marquée : les ouvrages fondateurs de Sigfried Giedion sont notoires pour la manière dont ils mélangent les postures d’historien et de critique, proposant des lectures historiques engagées en faveur d’un courant architectural – le Mouvement Moderne – qui leur était contemporain.

Cela dit, la question de la complexité des relations entre « histoire » et « mémoire » se pose sans doute en fait pour les autres spécialisations historiques aussi : leurs productions sont elles aussi nécessairement liées à des demandes sociales et marquées par des choix et des jugements de praticiens individuels. « L’histoire universelle » évoquée par Pierre Nora apparaît ainsi surtout comme une sorte d’idéal, un rappel des exigences de rigueur et de recul critique que tout historien se doit d’ambitionner.
Il n’empêche que c’est la figure de l’historien de l’architecture, dont la production et les pratiques peuvent relever autant de la critique et de l’expertise que de l’histoire proprement dite, qui met particulièrement clairement en évidence le caractère problématique et paradoxal de ces relations entre histoire et mémoire, ou entre histoire et patrimoine.

On ne peut ainsi que saluer un certain nombre d’efforts plus récents pour soumettre ces relations complexes à des analyses plus fines, que ce soit par rapport à la pratique et la production de l’histoire de l’architecture ou par rapport aux processus de patrimonialisation. En France, le séminaire de recherche « Histoire de l’architecture du temps présent » organisé par le ministère de la culture et de la communication s’adresse à des problématiques proches de celles qui nous intéressent ici, incitant à réfléchir sur les manières dont l’historien de l’architecture navigue entre postures de critique, d’expert et de historien. Et, de manière particulièrement salutaire, depuis quelques années on observe la parution d’études tendant à « historiser » le champ du patrimoine, à le « mettre en histoire » soit du point de vue de l’histoire des institutions (Fr. Bercé, X. Laurent, E. Lengereau, les travaux du comité d’histoire du ministère de la culture), soit dans une perspective plus sociologique (N. Heinich).

Sans prétendre pouvoir proposer un bilan par rapport à des évolutions toujours en cours, la journée d’études se veut un moment d’échanges prenant comme point de départ les témoignages et réflexions de « praticiens » de l’histoire de l’architecture ayant une expérience dans le domaine du patrimoine.

Deux volets sont ainsi proposés. La matinée est consacrée aux conférences de deux intervenants invités :

Mme Anja Kervanto NEVANLINNA de l’Université de Helsinki est l’auteur entre autres de Forces that built Helsinki. Architectural history of Helsinki, 1945–2010 (Helsinki, 2012) ; Tracing the Lost City. Industrial transformations in the historical heart of Helsinki, (2002) ; Dangerous Liaisons, Preserving Post-War Modernism in City Centers (ICOMOS Finland, 2001) ; et Interpreting Nairobi. The Cultural Study of Built Forms (Helsinki, 1997).

M. Andrew SAINT, qui dirige actuellement la publication du Survey of London, est l’auteur notamment de Architect and Engineer, a study in sibling rivalry (New Haven, 2008) ; Richard Norman Shaw (1831-1912), (New Haven, 1976, 2010) ; et Towards a social architecture. The role of school building in post-war England, (New Haven, 1987).

L’après-midi est consacré à la présentation des travaux des doctorants.

PROGRAMME DE LA JOURNEE

9h30 Accueil

10h00 : Introduction, Karen Bowie

10h30 : Andrew SAINT, General Editor, Survey of London, UK .
«Can architectural history ever be truly scientific? »

11h30 : Anja Kervanto NEVANLINNA, PhD, Senior Research Fellow, Department of Philosophy, History, Culture, and Art Studies, University of Helsinki.
« Writing history, interpreting values »

12h30 Discussion

13h00 : Déjeuner

14h00 : Présentation de travaux de doctorants

• Marie Pottecher, Conservatrice du Patrimoine, Service de l’Inventaire, Région Alsace ; doctorante, Université de Strasbourg .
« De l’analyse architecturale et la définition d’une identité patrimoniale. Evolution des missions des chercheurs de l’inventaire du patrimoine d’Alsace »

• Laurence Baissière, architecte ; doctorante, Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines .
« Quel patrimoine pour la banlieue ? »

• Nesrine Azizi, architecte ; doctorante, Université Paris-Est .
« La cathédrale de Bizerte, oeuvre de référence de Jean Le Couteur »

• Marco di Nallo, architecte ; doctorant, Politecnico di Torino, Academy of Architecture of Mendrisio .
« Patrimonialisation de l’architecture scolaire d’après-guerre en Suisse »

17h00 : Débat/conclusions


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *