ArtTransForm – Formations artistiques transnationales

Consacré à la formation transnationale des artistes entre la France et l’Allemagne (1793-1870), ce projet de recherche dirigé par France Nerlich (Université François-Rabelais, Tours) et Bénédicte Savoy (Technische Universität Berlin) réunit une équipe de chercheurs allemands et français autour d’une vaste entreprise de recensement des artistes allemands formés à Paris entre 1793 et 1870. Les résultats de cette recherche seront mis à disposition de la communauté de chercheurs par le biais d’une base de données exhaustive. Ils donneront également lieu à la publication d’un dictionnaire des artistes allemands formés en France et à un ouvrage de synthèse qui abordera les problématiques soulevées par ces parcours transnationaux.

Présentation du projet

Le XIXe siècle apparaît dans les manuels scolaires comme le siècle des nationalismes ; en histoire de l’art, c’est la notion d’école qui commence à cristalliser les tendances idéologiques de ces définitions identitaires. Or ces constructions intellectuelles se heurtent non seulement à des difficultés d’ordre historique, mais aussi à la mobilité ininterrompue des artistes et aux réseaux de relations denses et croisés qu’ils tissent avec les artistes d’autres pays. De fait, retracer les parcours transnationaux des artistes du XIXe siècle au cours de leurs années de formation permet de prendre conscience de la complexité de parcours qui se limitent rarement à des cursus nationaux et qui rendent difficiles les définitions exclusives. Après 1800, les artistes allemands ou autrichiens déferlent en masse pour étudier dans l’atelier de Jacques-Louis David, quarante ans plus tard, ils sont tout aussi nombreux dans les ateliers de Paul Delaroche ou de Thomas Couture. Dans l’autre sens, Jules Ziegler se rend en stage de perfectionnement auprès de Peter Cornélius à Munich alors qu’il est sur le point de devenir en France le réinventeur de la peinture religieuse monumentale. Enfin, loin de leurs académies d’origine, ces artistes français et allemands se retrouvent à Rome et tissent des relations qui durent souvent bien au-delà de leur séjour italien.

Les itinéraires de formation des artistes sont au XIXe siècle loin d’être linéaires : leur caractère nomade reflète au contraire les réseaux qui lient artistes, amateurs, marchands, savants, les affinités artistiques entre partisans de nouvelles idées esthétiques, les modes qui font d’un atelier particulier le creuset international où il faut être, les volontés idéologiques d’exil ou de prise de distance par rapport à l’institution ou encore les diktat économiques qui poussent à la délocalisation précoce. Si le parcours individuel peut être connu dans le cadre d’une monographie d’artiste, l’étude d’ensemble de ce phénomène de formation transnationale mérite d’être entreprise de manière systématique. Fondé sur des dépouillements exhaustifs d’archives, appuyé sur les résultats les plus récents de l’histoire de l’art (monographies, études sur le fonctionnement des formations artistiques, travaux sur les échanges artistiques), ce projet propose d’offrir un nouvel outil à la communauté de chercheurs, une synthèse qui permettra enfin de saisir la complexe circulation des artistes et les logiques de ces croisements culturels.

Projet de recherche financé par l’Agence Nationale de la recherche et la Deutsche Forschungsgemeinschaft dans le cadre du programme franco-allemand en sciences humaines (N°ANR-09-FASHS-014-01)

Durée du projet: mars 2010-mars 2012

http://atf.needsolutions.fr/documents/site/atf_accueil.aspx


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *