Les axes de recherches

La pratique traditionnelle de l’histoire de l’art se contente souvent de retracer la circulation des modèles et de suivre la généalogie d’une image au cours du temps. S’il n’est pas question de remettre en cause ces approches, il est cependant impératif que l’histoire de l’art renouvelle ses outils et ses méthodes pour penser son objet différemment. Sans minorer l’intérêt d’une approche positiviste des objets singuliers, plus ou moins contextualisés (notamment dans le cadre d’une histoire du goût), il pourrait être plus fructueux de s’interroger sur la façon dont ces objets sont à la croisée d’interactions complexes, étant à la fois les supports et les résultats de processus de transferts (réception, circulation et influence sont variablement des termes pertinents pour décrire ces processus), d’interactions et de ruptures. Il est notamment urgent de forger les outils théoriques de ce type d’analyse, en examinant à nouveaux frais les modèles épistémologiques, souvent implicites, en cours : théorie de la réception (Jauss), de l’intertextualité (Kristeva), de la rupture (Foucault), de l’influence (Bloom), etc.

L’histoire de l’art et des pratiques culturelles se trouve en effet à un moment charnière, dans la mesure où le modèle alternatif des « cultural studies » dominant le monde universitaire anglo-américain est entré en crise, tandis qu’il n’a guère affecté encore l’Europe. Un modèle européen, qui doit être approfondi, devient donc une nécessité.

C’est de cette façon que la singularité des objets et des productions pourra être comprise en profondeur, sans pour autant, comme souvent dans le cadre des « cultural studies », les niveler et les égaliser. La notion de hiérarchie devra être interrogée dans son rapport à la masse, mais aussi dans sa fonction institutionnelle et intellectuelle : quelle histoire de quel art ? Repenser les fondements de cette hiérarchie et ses enjeux historiographiques paraît indispensable au risque sinon de répéter le même discours sans tenir compte des modifications de perception et de réception qui font de l’histoire de l’art une discipline vivante et légitime. L’invention permanente de l’objet de notre discours sera donc au cœur de cette interrogation collective.

La question de la circulation des modèles et des médias apparaît comme l’un des enjeux majeurs de la réflexion actuelle de l’histoire de l’art : elle ne se limite pas aux questions de transferts et de réception mais s’étend aux processus de glissement d’un medium à un autre, à la récupération, la traduction voire la trahison d’une image, d’une pratique, d’un savoir-faire. A partir d’études de cas spécifiques, il devrait être possible de redéfinir là encore une démarche méthodologique fructueuse en spécifiant les termes épistémologiques sur lesquels elle repose.

- Axe 1 – Du banal au savant / exceptionnel : hiérarchie et invention des objets en histoire de l’art et des pratiques culturelles
- Axe 2 – Intermodalité des pratiques artistiques à l’époque contemporaine
- Axe 3 – Transferts, réception et interactions
- Axe 4 – Iconotextes