Du banal à l’exceptionnel

Hiérarchie et invention des objets en histoire de l’art et des pratiques culturelles

Les nouveaux corpus et les nouvelles méthodes qui impliquent de qualifier le banal et qui soulèvent la question du quantitatif ont fait voler en éclat le primat des généalogies fonctionnalistes et formalistes construites au milieu du XXe siècle. Pour autant, l’histoire de l’art, bien qu’ayant profondément évolué dans ses pratiques, ne s’est guère employée, à notre connaissance, à penser systématiquement la tension entre le banal et le savant / exceptionnel, ni à en tirer des conséquences d’ordre épistémologique, ni a fortiori à construire explicitement de nouvelles représentations d’elle-même.

C’est en effet à un renouvellement des rapports avec d’autres sciences de l’homme et de la société que nous invite l’analyse du banal, en particulier avec l’histoire culturelle qui, elle aussi, traite autant des masses que des élites. C’est aussi à un réinvestissement de l’histoire quantitative, motivé par l’usage des outils informatiques de spatialisation des données et des questionnements, qu’invite la construction de ce rapport à l’histoire culturelle.

Très souvent, les objets scientifiques aujourd’hui reconnus, ont émergé et se sont agrégés sur les chemins de traverse de l’expertise et de la critique, dans l’empirisme et l’urgence de réponses scientifiquement légitimées à apporter à des questionnements de la société, du politique ou du marché. Les jeux croisés de l’expertise-critique et de la recherche fondamentale constituent l’un des grands axes de l’historiographie de l’histoire de l’art, mais aussi l’un de ses principaux angles morts. Entre ces deux registres, une frontière a été établie a posteriori pour instaurer un minimum d’ordre déontologique face à une certaine confusion des rôles. Il serait intéressant aujourd’hui de prendre de la distance et de réfléchir à cette frontière comme une interface historiquement et culturellement construite, comme un réseau complexe de porosités (interactions, transferts et ruptures) institutionnelles, professionnelles, intellectuelles, personnelles.

S’il est entré dans la vulgate que l’historien « invente » ses objets, les historiens de l’art prennent-ils toute la mesure du statut culturellement construit de leurs sources et de leurs objets, repérés, validés, puis mis dans l’ordre de l’intelligibilité historiographique ?

Ces perspectives appellent à construire une hiérarchie, une graduation méthodologique, dont les terrains pourraient être les suivants :

  • Les masses et les élites, le banal et le savant. Ces rapports s’expriment, par exemple, dans la banalité de l’espace bâti restituée par des photographes comme Ed Ruscha ou Walker Evans, ainsi que de la manière dont l’architecture ordinaire prise en compte par les décideurs infléchit les politiques d’urbanisme, les politiques patrimoniales et les méthodes de l’histoire de l’architecture.
  • L’expertise, la critique et la recherche fondamentale. Ces registres de la pratique de l’historien d’art s’excluent et s’interpénètrent. Il serait par exemple fécond d’étudier les interactions entre les politiques muséales, les cycles économiques du marché de l’art, le mouvement des idées qui traversent l’histoire de l’art, trois registres où l’historien d’art est actant fragmentaire et multirationnel, parfois acteur, toujours agent, dans un complexe système dont il a une conscience partielle et au sein duquel ses visées cognitives sont inextricablement liées à des objectifs strictement opérationnels.
  • Les modalités d’invention des objets en histoire de l’art, que peut pister par exemple une réflexion sur « l’invention » de l’archive et une réflexion sur les origines et les attentes culturelles de l’élection d’un phénomène quelconque au statut d’objet scientifique. L’invention de l’archive locale aujourd’hui détermine le renouvellement de l’historiographie de l’histoire de l’architecture et du patrimoine en situations coloniales.