Intermodalité des pratiques artistiques à l’époque contemporaine

La réflexion moderniste sur la spécificité du médium (prolongeant notamment le projet lessingien) a longtemps gommé les interactions et les circulations entre les pratiques artistiques, avant qu’une réaction ne conduise à valoriser au contraire les hybridations et autres pratiques pluralistes. Pour autant, sans nécessairement revenir au Paragone de la Renaissance (mais sans l’exclure), nous nous proposons de considérer les nombreuses réalisations artistiques dont la création repose sur le transfert et l’importation d’un modèle externe.

Il ne s’agit pas seulement d’envisager une circulation des images et des thèmes à travers les âges et les pratiques (sur un mode dualiste qui distinguerait image et medium), mais bien de mettre en valeur une véritable intermodalité des pratiques artistiques, qui envisage la particularisation de chacune d’entre elles en même temps que les transferts qui peuvent la constituer et la transformer – univoques ou réciproques, selon des proportions variables. C’est ainsi que pourront être étudiés par exemple (liste indicative) :

  • l’emprunt par les photographes de la première moitié du vingtième siècle d’un mode de composition formelle et/ou de signification emprunté à l’histoire contemporaine de la peinture moderniste ;
  • le recours par des peintres de la seconde moitié du vingtième siècle et du début du vingt-et-unième à des modes proprement photographiques de génération et de traitement de l’image (sans nécessairement se limiter à l’utilisation d’images de provenance photographique) ;
  • la diffusion, l’interprétation, la récupération transnationales d’images par le biais de la gravure ou de la lithographie par les peintres du dix-neuvième siècle.
  • la redéfinition des rapports entre tableau peint et étude dessinée au début du dix-neuvième siècle et ses interactions avec la recherche des spécificités nationales de la pratique artistique ;
  • les croisements entre les pratiques technicistes de l’ingénieur, de l’architecte et de tous les acteurs de la production du bâti et la volonté de symbolisation ornementale dans l’architecture coloniale du vingtième siècle ;
  • les transferts, les circulations et les ruptures entre modèles artistiques et hygiénistes dans l’histoire de l’architecture et de l’urbanisme.

Un premier colloque international a été organisé en 2005 sur le thème « Les utopies de l’abstraction », considérant plus particulièrement les transferts entre la pratique (et l’exposition) de la peinture abstraite et les nouvelles techniques de communication caractéristiques de l’age des mass médias, notamment autour de la figure du critique et théoricien anglais Lawrence Alloway. Une anthologie des écrits « anglais » de Lawrence Alloway sera publiée en 2009-2010 par les éditions du MAMCO, Genève (version française) et JRP-Ringier, Zurich, pour l’édition anglaise. Une aide du Getty Research Institute est en cours d’étude.