Gitta HO

Docteure en Histoire de l’art de l’Université de Hambourg

Chercheuse associée du laboratoire InTRu, Université François-Rabelais, Tours

Expériences professionnelles et universitaires

2016-2017 : Assistante scientifique au Musée Unterlinden, Colmar, dans le cadre de l’exposition « Otto Dix – Le Retable d’Issenheim »

2011-2015 : Collaboratrice (post-doctorat) au projet de recherche binational ArtTransForm (ANR/DFG) sous la direction de France Nerlich (professeure à l’Université François-Rabelais, Tours) et Bénédicte Savoy (professeure au Collège de France/TU Berlin)

2013-2014 : Chargée de cours en histoire de l’art à l’Université François-Rabelais, Tours

2005-2010 : Collaboratrice (pré-doctorat) au projet de recherche Relations artistiques franco-allemandes 1789-1870 au Centre allemand d’histoire de l’art Paris

2002-2004 : Boursière au projet de recherche Relations artistiques franco-allemandes 1870-1945 au Centre allemand d’histoire de l’art Paris

Formation

2011 : Thèse de doctorat en histoire de l’art à l’Université de Hambourg sous la direction de M. le professeur Uwe Fleckner (George Grosz et la France).

2004 : D.E.A. d’histoire de l’art à la Freie Universität Berlin (mention très bien) sous la direction de M. le professeur Uwe Fleckner (La controverse Walden-Westheim et le cubisme).

2000 : Licence d’histoire de l’art à la Freie Universität Berlin.

Publications et communications

Ouvrages et collaborations éditioriales :

George Grosz und Frankreich, Berlin, Reimer, 2016.

Pariser Lehrjahre. Ein Lexikon zur Ausbildung deutscher Maler in Paris, t. 1, 1793-1843/ t. 2, 1844-1870, éd. par France Nerlich et Bénédicte Savoy avec la collaboration de Lisa Hackmann, Nina Struckmeyer et Gitta Ho et al., Berlin/Boston, De Gruyter, 2013/ 2015.

Dialog und Differenzen. Deutsch-französische Kunstbeziehungen 1789-1870, éd. par Isabelle Jansen et Friederike Kitschen avec la collaboration de Gitta Ho, Berlin, Deutscher Kunstverlag, 2010.

Articles dans ouvrages collectifs :

« « … my peaceful campagne in Paris’ » : Braunschweig portrait artist Caroline Pockels’s period of training in the French capital », in Disrupting Schools: Transnational Art Education in the 19thCentury, éd. par France Nerlich, Bénédicte Savoy et Eleonora Vratskidou, Bruxelles, Brepols (à paraître).

« « …schwingt sich hier zum neuen Grünewald auf. » Otto Dix’ Schützengraben (1923) », in Otto Dix – Isenheimer Altar, éd. par Frédérique Goerig-Hergott, Paris, Hazan, 2016, p. 26-31.

« « Ganz einfache Sachen, sehr simpel, puritanisch. » George Grosz‘ Entdeckung des Stilllebens in Südfrankreich 1927 », in Der Künstler in der Fremde. Migration – Reise – Exil, éd. par Uwe Fleckner, Maike Steinkamp et Hendrik Ziegler, Berlin/Boston, De Gruyter, 2015, p. 153-169.

« « Jedem seine Realität(en) » : Réalité(s). Utopie dans l’art des années 1960 à 1989 en France, RFA, RDA et Pologne, Paris, DFKG, avril 2013 », in Kunstchronik, N° 8, 66.2013, p. 390-394.

« « und schwerlich würde man sichs denken können, wenn man es nicht vor Augen sähe ». Friedrich Schlegel und die französische Kunst in der Zeitschrift Europa », in Dialog und Differenzen. Deutsch-französische Kunstbeziehungen 1789-1870, éd. par Isabelle Jansen et Friederike Kitschen avec la collaboration de Gitta Ho, Berlin, Deutscher Kunstverlag, 2010, p. 109-122.

« Les origines de l’art gothique. Enquête, 1930 », in Deutsche Kunst. Französische Perspektiven, 1870-1945. Quellen und Kommentare zur Kunstkritik, éd. par Julia Drost et Friederike Kitschen, Berlin, Akademie-Verlag, 2007, p. 201-206.

Interventions dans des journées d’études et colloques internationaux à comité de sélection, ayant donné lieu à publication (sélection) :

« Von Jägern und Heiligen. Otto Dix’ Zeichnungen im Chemnitzer Gästebuch von Otto Köhler Anfang der 30er Jahre », actes des journées d’études Otto Dix – «  Crois en tes yeux », novembre 2016, Colmar, Musée Unterlinden (à paraître).

« «… il lui faut Paris » : les séjours de formation de Clara Biller, Maria Bashirtseff et Paula Modersohn-Becker 1860-1910 », actes du colloque Passages à Paris. Artistes étrangers à Paris, de la fin du XIXIe siècle à nos jours, novembre 2013, Paris, INHA (à paraître).

« Les Peintres femmes allemandes dans les réseaux d’artistes à Paris au XIXe siècle : l’exemple de la portraitiste Friederike O’Connell (1823-1885) », actes de la journée d’études Création au féminin: Territoires et réseaux, novembre 2013, Dijon, Université de Bourgogne (à paraître).

Interventions dans des journées d’études et colloques internationaux à comité de sélection, n’ayant pas donné lieu à publication (sélection) :

« German Art Pupils in Paris 1793-1843 » dans le cadre de la conférence internationale INTER-CULTURE 1400-1850. Art, Artists and Migration, avril 2013, Liverpool, Hope University.

« Les Gravures de mode entre Premier Empire et Restauration: Le Journal des Dames et des Modes (Paris) et le Journal des Luxus und der Moden (Weimar) » dans le cadre de la journée d’études La France entre le Premier Empire et la Restauration. Médias et politique culturelle dans une phase de bouleversement politique, avril 2009, Paris, Institut historique allemand.

Notices dans des catalogues d’exposition (sélection) :

« Stephan Balkenhol – « Torso (männlich), Torso (weiblich), Mund, Auge » (2000) », in Im Blick des Sammlers. Neuerwerbungen der Sammlung Würth von Kirchner und Schlemmer bis Kiefer, éd. par Werner Spies et al., Museum Würth, Künzelsau, 2009, p. 32.
« Günther Uecker  – « Wasser » (1994) », in ibid., p. 206.

« Henry Moore – « Large Interior Form » (1982) », in Liebe auf den ersten Blick. Hundert Neuerwerbungen der Sammlung Würth, éd. par Werner Spies/ C. Sylvia Weber, Museum Würth, Künzelsau 2007, p. 137.
« Henry Moore – « Two Nuns » (1966/68) », in ibid., p. 138.

« Max Beckmann – « Bildnis Sarika II » (1922) », in Das wahre Gesicht unserer Zeit, éd. par Uwe Fleckner et Dirk Luckow, Kunsthalle Kiel, 2004, p. 34-36.
« Max Beckmann – « Liegender  weiblicher Akt » (1929) », in ibid., p. 38-40.

« Max Beckmann – « Figures (1919) », dans : Allemagne Années 20. La Nouvelle Objectivité, Musée de Grenoble, 2003, p. 44-45
« Raoul Hausmann – « Portrait de Conrad Felixmüller en tête mécanique » (1920) », in ibid., p. 148-150.