Léthicia OBONO NGOU MILAMA

Lethicia.ngou [at] gmail.com

Doctorante en études cinématographiques sous la direction de Valérie Vignaux.

Sujet de la thèse : Visages d’enfants dans le cinéma africain.

Formation

2012 : Master 2 Culture et médiation des arts du spectacle / Master 2 Lettres Modernes (université François Rabelais de Tours)

Mémoire de recherche : L’héroïne maupassantienne portée à l’écran par Max Ophuls, sous la direction de Valérie Vignaux.

2011 : Master 1 Culture et médiation des arts du spectacle / Master 1 Lettres Modernes (université François Rabelais de Tours)

2010 : Licence Lettres Modernes, spécialité Arts du spectacle (université François Rabelais de Tours)

2009 : Licence Journalisme (Institut des médias, ISCPA, Lyon)

Mémoire de recherche : Le journaliste face aux exigences déontologiques.

Colloques

« L’Afrique à hauteur d’enfants. Yaaba, A Karim na Sala, Le cri du coeur d’Idrissa Ouedraogo », Festicoll Images sur l’Afrique, images d’Afrique, 27, 28 et 29 avril 2017, Saint-Louis, Sénégal.

« La mémoire cinématographique en Afrique francophone : un patrimoine en danger », Dynamiques culturelles dans le cinéma africain du XXIe siècle. Acteurs, formats et réseaux, 27-28 novembre 2015, Sarrebruck, Allemagne (à paraître en  2017 aux Presses universitaires de la Sarre).

PRÉSENTATION DU PROJET DE RECHERCHE

L’aventure cinématographique de l’Afrique noire commence avec la sortie, en 1954, du premier film tourné par des Africains (Paulin Soumanou Vieyra et Mamadou Sarr) Afrique-sur-Seine. Ce moyen-métrage marque le début d’une production cinématographique proprement africaine, même si, faute d’autorisation, il n’a pu être tourné en Afrique. Avant les Indépendances de 1960, les images d’Afrique étaient celles des films ethnologiques ou du cinéma colonial, les Africains n’avaient pas le droit de faire de cinéma. Ce n’est qu’après les Indépendances que les Africains vont pouvoir se réapproprier leur espace et leur image.  Assumant une vocation pédagogique, les films africains se sont fréquemment penchés sur les désordres des sociétés du Continent en reconstruction. D’où la place privilégiée laissée au regard de celles et ceux qui allaient devenir l’avenir de ces sociétés : les enfants. De nombreux réalisateurs africains vont ainsi porter l’enfance à l’écran  et construire leurs films autour de héros enfantins singuliers, émouvants et mémorables. Des films comme Wend-Kuuni de Gaston Kaboré (César du Meilleur Film Francophone en 1985), Nyamanton de Cheick Oumar Sissoko (Prix du public en 1987 au FESPACO), Yeelen de Cissé Souleymane (Prix du jury du Festival de Cannes en 1987), ou encore Yaaba d’Idrissa Ouedraogo (Prix de la critique internationale au Festival de Cannes 1989) ont séduit le public aussi bien en Afrique qu’à l’étranger. Pourquoi un tel succès ? Pourquoi cette image de l’enfant a-t-elle plu ? Cette reconnaissance des films africains sur l’enfance permet de s‘interroger sur cet âge où tout semble possible, ce paradis perdu, ce monde à construire mêlant tour à tour pureté, douceur, violence, brutalité et mensonges. L’objectif majeur de cette étude est de questionner la figure de l’enfant dans le cinéma d’Afrique francophone : Que révèle ce personnage ? Comment regarde-t-il le monde ? Où commence et où s’arrête l’enfance dans ce cinéma africain? Comment l’enfant sert-il de charnière importante entre le passé colonial et le présent africain ? Nous souhaitons analyser la présence de l’enfant dans ce cinéma, en nous penchant sur les moyens employés par les cinéastes sur le plan narratif et sur le plan esthétique. Notre travail visera à étudier dans le détail des films d’Afrique francophone plaçant l’enfant au centre de leurs dispositifs, proposant grâce aux moyens propres du cinéma, des manières nouvelles d’approcher au plus près et de caractériser ce personnage.