Nataliya PUCHENKINA

Email : natpoutchenkina[at]gmail.com

Nataliya Puchenkina est une chercheuse d’origine russe : son intérêt pour les interactions culturelles et esthétiques l’ont amenée à poursuivre ses études en France. Après un Master Culture et Médiation des Arts du spectacle, conclu par la réalisation d’un mémoire de recherche portant sur la représentation de la « Grande Guerre patriotique » dans le cinéma soviétique du « dégel », elle s’intéresse aux différentes interprétations que les films soviétiques ont pu recevoir en France. Doctorante en deuxième année, Nataliya Puchenkina prépare actuellement une thèse intitulée La diffusion du cinéma soviétique et sa réception critique en France dans l’entre-deux-guerres, sous la direction de Valérie Vignaux, MCF HDR en études cinématographiques. Elle est également chargée de cours à l’université François-Rabelais de Tours.

Domaines de recherche

Cinéma russe et soviétique, les rapports entre le cinéma et l’histoire, la diplomatie culturelle, la critique cinématographique française, la réception des œuvres filmiques, les politiques de la diffusion cinématographique, l’interdisciplinarité, les rapports entre les différents domaines artistiques, l’étude du contexte historique et culturel, l’impact de la tradition littéraire sur les différents domaines culturels.

Parcours universitaire

2012-2014. Master 2 Culture et médiation des arts du spectacle (mention « bien ») à l’université François-Rabelais, Tours.

Mémoire de recherche : « Représentation de la “Grande Guerre patriotique” 1941-1945 dans le cinéma soviétique dans le cadre politique, historique et culturel du “dégel” (1956-1968) ».

2011. Diplôme de spécialiste (équivalent Master 2) avec mention « très bien » à l’ Université d’État N.I. Lobatchevski de Nijni Novgorod, Russie : Philologie, étude des langues étrangères, option histoire et théorie du cinéma, du théâtre et de la dramaturgie.

 Mémoire de fin d’études : « La conception du monde dans les scénarios littéraires Les Enfants du Paradis et Les Visiteurs du soir de Jacques Prévert ».

Prix et bourses

2008-2009 : boursière de l’Oxford Russia Fund.

2006-2011 : bourse au mérite accordée par l’Université d’Etat N.I. Lobatchevski de Nijni Novgorod, Russie.

Communications

« Réception critique ou construction d’un mythe : la presse cinématographique française face au cinéma soviétique de l’entre-deux-guerres », intervention au séminaire mensuel de Kinétraces, 31 janvier 2017.

« L’Écran français et la réception des films soviétiques en France », journée d’études, AFRHC/Cinémathèque française, le 26 janvier 2017.

« L’invention du regard : la réception du cinéma soviétique en France dans l’entre-deux guerres », Colloque international « Une histoire du regard est-elle possible ? », Institut Européen de cinéma et d’audiovisuel, Université de Lorraine, 5-6 janvier 2017 (avec publication des actes).

« D’Eisenstein à Tarkovski : la diffusion du cinéma soviétique et sa réception critique en France » intervention au séminaire des doctorants InTru, Université François-Rabelais de Tours.

« Le cinéma au service du Parti : les enjeux d’une politique cinématographique communiste dans l’entre les deux guerres en France », Colloque international « Un parti global. Le Parti communiste français dans une perspective transnationale (1917-1991) », Maison des Sciences de l’Homme, Dijon, 25-27 mai 2016 (avec publication des actes).

« À la recherche d’un public perdu : Les films soviétiques sur les écrans français (1944-1964) », intervention aux Doctoriales interdisciplinaire de l’Association française des russisants, Paris, 2016.

« Une recherche sur le pays d’origine menée à l’étranger : double avantage ou double étrangeté ? » intervention au séminaire des doctorants « Terrains à l’étranger », MSH, Université François-Rabelais de Tours.

« La conception philosophique proposée par Jacques Prévert et son interprétation filmique dans le film Les Enfants du Paradis de Marcel Carné », dans le cadre du séminaire «Littérature et l’intégration des arts » à l’Université N.I. Lobatchevski de Nijni Novgorod, 2009.

« L‘esthétique du cirque dans les films de Federico Fellini La Strada et Otto é mezzo, dans le cadre du séminaire «Littérature et l’intégration des arts » à l’Université N.I. Lobatchevski de Nijni Novgorod, 2010.

Publications

« À la recherche d’un public perdu : Les films soviétiques sur les écrans français (1944-1964) », Revue russe, juin 2017 – à paraître.

« Les motifs impressionnistes dans le film Un Adieu long adapté de la nouvelle de Yuri Trifonov ». Nijni Novgorod : Vestnik NNGU, 2012, no 1, p. 222.

Expérience d’enseignement universitaire

2016-2017 : TD de L3 « Etudes d’un genre ou d’un auteur » (24h) ; TD de L2 « Esthétique du cinéma » (24h).

2013-2015 : TD de L2 « Esthétique du cinéma » (24h)

Autre expérience professionnelle

Depuis novembre 2016 : Assistante administrative, Compagnie Remue Menage, Ivry-sur-Seine, France.

Janvier-avril 2016 : Assistante de gestion administrative, Université François-Rabelais de Tours.

Mai-juillet 2016 : Coordinatrice de projets artistiques à l’étranger (mission en Russie en partenariat avec l’Institut Français à Moscou et Nijni Novgorod).

Avril 2013-octobre 2014 : Assistante de production de projets internationaux, Les Ateliers du Vent, Rennes, France.

PRÉSENTATION DU PROJET DE RECHERCHE

Tout au long du XXe siècle, la situation du cinéma soviétique en France s’avère très complexe. La production cinématographique venant de l’URSS a du mal à trouver sa place sur le marché français : plusieurs films sont interdits par la censure (dont le fameux Cuirassé Potemkine d’Eisenstein), d’autres ne parviennent pas à satisfaire des attentes du grand public. En effet, à leur sortie, les films soviétiques se trouvaient confrontés, d’une part, à la concurrence rude des films américains, et d’autre part à l’absence de l’intérêt de la part des grandes sociétés de distribution. Toujours est-il que de nombreux critiques ne cessent pas d’évoquer les grands classiques soviétiques en les plaçant parfois au sommet de l’art cinématographique.

Entre le goût de l’interdit et la qualité parfois médiocre des films présentés sur les grands écrans, un paradoxe se dessine : malgré l’échec commercial des films soviétiques en France, le cinéma venant de l’URSS trouvait des échos souvent positifs dans la presse cinématographique spécialisée, et ce grâce aux intellectuels et cinéphiles, militants ou sympathisants communistes.

Dans cette thèse, nous proposons d’interroger ce paradoxe en croisant différentes sources sur la diffusion et la réception critique du cinéma soviétique en France. Le travail sera appréhendé à partir des archives des institutions chargées de l’exportation des films soviétiques (Sovintorgkino, Sovexportfilm et ses représentants en France) ainsi qu’en consultant des sources écrites qui témoignent de la réception de ces films : la presse spécialisée (Positif, Cahiers du Cinéma, Ecran Français, etc.) ainsi que la presse généraliste (L’Humanité et son supplément Les Lettres Françaises).

Afin d’appréhender la problématique choisie dans toute son ampleur, la recherche se structurera autour de deux axes principaux:

Le premier axe portera sur l’étude des mécanismes de diffusion du cinéma soviétique en France, que ce soit par le biais des sociétés de distribution, et donc des projections à des fins commerciaux, ou par des canaux dits non-commerciaux (ciné-clubs, projections privées, événements organisés par l’Ambassade de Russie ou encore par des Associations des Amis de l’Union Soviétique). L’objectif de cette étude sera de comprendre les enjeux politiques et culturels de la diffusion de la production cinématographique soviétique en France, ainsi que d’évaluer le rôle des organismes proches du PCF – comme, par exemple, l’Association France-URSS ou l’Association Les Amis du Spartacus – dans ce domaine.

Le deuxième axe se construit naturellement autour de la réception du cinéma soviétique en France : il s’agira d’analyser les différentes manières d’aborder le cinéma soviétique dans les revues spécialisées ainsi que dans la presse critique, et regarder de près le discours porté sur le cinéma par les sources réputées « porte-parole » de l’idéologie communiste, à savoir L’Ecran Français, Les Lettres Françaises, L’Humanité. Par ailleurs, cette partie de recherche mettra en lumière le rôle des personnalités phares dans l’histoire de la critique cinématographique française, comme Georges Sadoul, Léon Moussinac, Marcel Martin, etc.

L’une des ambitions de cette thèse sera donc d’appréhender les films non seulement à partir de leur esthétique, mais également d’évaluer leur dimension sociale.