Valérie VIGNAUX

P1170803Maître de conférences en études cinématographiques, habilitée à diriger les recherches

Université François-Rabelais de Tours.

e-mail : valerie.vignaux@univ-tours.fr

Carnet de recherche : http://cinedidac.hypotheses.org/

Formations universitaires

1985 Licence de Philosophie (Paris I) option Logique dominante histoire des sciences et épistémologie.

1987 Maîtrise de Philosophie en Esthétique (Paris I). « L’art conceptuel ou l’idée mise en image, (On Kawara, Sol Lewitt, Arakawa) », Olivier Revault-d’Allones (dir.).

1991 DEA en Histoire du cinéma (Paris I). Mémoire sur Jacques Becker et écriture d’un scénario, Jean-Paul Torök (dir.).

1994 Doctorat en Histoire et Esthétique du cinéma (Paris I). « Le temps à l’œuvre dans les films de Jacques Becker », Claude Beylie (dir.).

2010 Habilitation à diriger les recherches, « Le cinéma est-il un humanisme ? Propositions pour une histoire des usages non commerciaux du cinéma », Jean-Pierre Bertin-Maghit (dir.).

Recherches

Thèmes de recherche

− Histoire et esthétique du cinéma français
− Historiographie du cinéma : histoire de la critique, archives et histoire du cinéma
− Usages non commerciaux du cinéma en France : éducateurs, amateurs, militants

Depuis ma thèse consacrée au cinéaste Jacques Becker, je poursuis des réflexions concernant l’histoire et l’esthétique du cinéma français. Pour analyser les écritures filmiques, je m’attache tout autant à restituer la genèse des œuvres (scénario, etc.), le cadre industriel dans lequel elles se déploient que les modalités de leurs réceptions. Je m’efforce également de réfléchir mes usages des documents lors de l’écriture analytique sur le cinéma. J’ai ainsi dirigé plusieurs ensembles qui affirmaient la multiplicité des approches méthodologiques (analyse génétique, réalisation audiovisuelle, questions de conservations, etc.) mais aussi des sources, puisqu’associant aux documents papiers, des réflexions sur le cinéma amateur ou expérimental, et interrogeaient de surcroît les transmissions au travers de dispositifs de médiation. Pluridisciplinarité et transversalité qui structurent nombre de mes travaux, puisque je me suis intéressée aux croisements de sources non exclusivement cinématographiques afin de conduire une histoire culturelle du cinéma. Tandis que l’intérêt pour les emplois non-commerciaux inscrivaient le cinéma dans une histoire de longue durée liée aux usages éducatifs des images. Réflexions qui m’ont conduite à interroger les discours et l’historiographie du cinéma ce dont témoignent les recherches concernant les critiques et historiens français.

Recherches en cours

1. Georges Sadoul, Le cinéma une politique de l’histoire, à paraître.

2. Pour un cinéma social ou une histoire des usages non commerciaux du cinéma en France (1917-1967).

Curriculum vitae détaillé 2017.
2017_cv_vignaux_intru