Séminaire Cultures Visuelles, mardi 28 janvier – Audrey Jeanroy, « C’est une architecture industrielle !/? »

 

Photo © P. Bérenger

La première séance du séminaire « Cultures Visuelles », initialement programmée le 10 décembre et annulée pour cause de grève, aura lieu le mardi 28 janvier 2020, à 18h, en salle Rapin (CESR), entrée via le 8 Rue Rapin, portail vert. Merci de vous y présenter entre 17h45 et 18h. Elle sera assurée par Audrey Jeanroy, récemment élue maître de conférences en histoire de l’architecture contemporaine, et chercheuse à l’InTRu.

Après réflexions et délibérations, l’équipe de l’InTRu a décidé de maintenir son séminaire de méthode « Cultures visuelles » le mardi 28 janvier prochain. 
Nous avons appelé à la mobilisation le 14 janvier dernier et sommes convaincu•es qu’il est indispensable de lutter pour le retrait des projets de retraite par points et de la Loi de Programmation Pluriannuelle de la Recherche (LPPR) qui menacent nos vies et nos métiers. 
Qu’est-ce donc un laboratoire en lutte qui poursuit ses activités de recherche? 
C’est une équipe qui est consciente que la mobilisation peut prendre plusieurs formes. En l’occurrence le séminaire de méthode de l’InTRu fait partie intégrante de la formation de nos doctorants et doctorantes. Son annulation, geste certes fort, aurait pour conséquence immédiate la fragilisation des jeunes chercheurs et chercheuses qui s’y sont inscrits. Les doctorants et doctorantes font partie des catégories les plus précaires de la recherche française, nous ne souhaitons pas que notre mobilisation leur porte préjudice. 
Ce séminaire sera suivi d’une AG du laboratoire pour élaborer ensemble, doctorants, doctorantes, associés et associées, titulaires, une stratégie de lutte commune et concertée contre les dispositions proposées par les deux projets de lois du gouvernement, sur la retraite et l’enseignement supérieur.

Sous le titre « C’est une architecture industrielle !/? Questionnement collectif autour d’un objet hybride de l’histoire de l’art »,  l’intervention d’Audrey Jeanroy reviendra sur l’histoire d’un corpus mal connu en histoire de l’architecture, celui des centrales nucléaires françaises.

Longtemps déconsidérés, ces ensembles industriels tendent à devenir des objets d’étude emblématiques, car ils sont révélateurs d’une période de croissance « révolue » ou en passe de le devenir. Faire l’histoire de ces bâtiments, et de leurs maîtres d’œuvres, posent de nombreuses questions méthodologiques à l’historien de l’art. Nous tenterons d’y répondre à travers l’analyse de plusieurs images fortes (plan et dessin, extrait de campagne photographique, reportage télévisuel) ou d’Épinal (affiche), en interrogeant à la fois les effets de la perception, les positionnements critiques du temps et l’histoire fabricable que nous donnent finalement à lire les sources.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search