Lire aux bébés: un programme de recherches de l’InTRu

Annoncé dès l’Assemblée générale du laboratoire InTRu en juin 2019, la programme de recherches “Lire aux bébés” a subi de plein fouet les effets de la crise sanitaire. L’automne 2019 étant consacré aux recherches de subventions, les actions indispensables à la recherche devaient débuter au printemps 2020, pour des dépôts de candidatures aux appels à projet recherche à l’automne 2020. Le Covid en a décidé autrement. Le retard pris dans la mise en œuvre a pourtant permis de donner au projet une ouverture inattendue.

On peut, à la place de lire ce qui suit, visonner une présentation du programme dans le cadre du séminaire de méthode de l’InTRu, le 9 mars 2021:

Ce projet est né à l’occasion d’une rencontre, à l’école d’orthophonie de la Faculté de médecine de Tours, avec Laurence Lambert, orthophoniste dans le service de néonatologie. Le CHRU venait d’ouvrir, en 2018, son nouveau service de néonatologie, transférant le soin des bébés prématurés au plus près du Centre Olympe de Gouges dédié à la gynécologie et à la maternité (et le séparant de l’hôpital pédiatrique de Clocheville, où il était à l’étroit). Au sein de ce service de pointe, les parents peuvent vivre auprès de leur enfant prématuré pendant toute la durée de son hospitalisation en service de réanimation, de soins intensifs, puis de soins de suite ou en unité kangourou, jusqu’au moment où l’enfant est apte à rejoindre le foyer familial. Le projet du service a en effet été centré sur la parentalité. L’espace de la chambre du bébé inclut du mobilier pour les parents (lit, fauteuil).

Or pendant toute la durée de cette hospitalisation, pendant laquelle le bébé bénéficie de soins hospitaliers d’une grande technicité, il importe aussi qu’il puisse se construire en tant que petit humain, enfant de ses parents ; les parents, quant à eux, doivent trouver la place nécessaire pour construire leur rapport parental à ce bébé, alors même qu’ils ne vivent pas chez eux, qu’ils doivent parfois s’occuper du reste de la fratrie, qu’il faut composer avec l’environnement hospitalier, les soins médicaux et la présence de nombreux soignants.

Ce qu’observe au quotidien l’équipe soignante, c’est que la construction de la parentalité est freinée par de nombreux facteurs :

  • Le fait de ne pas être « chez soi »
  • L’inquiétude des parents quant à la santé de l’enfant
  • La culpabilité de la mère (de ne pas avoir pu mener la grossesse à son terme ; de ne pas pouvoir « nourrir » son nouveau-né ; de ne pas savoir comment apaiser ses souffrances)
  • Le sentiment de « non-compétence » des parents, comparativement aux équipes soignantes
  • L’isolement de la mère par rapport à son milieu culturel

Ces facteurs produisent chez les parents une forme de sidération, qui freine notamment le développement d’une parole naturelle adressée à l’enfant. Or il est fondamental pour le bon développement général de l’enfant (psychique, affectif, cognitif) qu’il puisse bénéficier, malgré sa prématurité, du « maternage » actif qui lui permet d’exister en tant que sujet. À cet égard, tout ce qui, au sein des services de néonatologie, favorise la construction du lien parent-enfant, et en particulier mère-enfant, améliore le développement de l’enfant . Dans ce domaine, la parole joue un rôle crucial (Filippa, Kuhn & Westrup 2017). C’est autour de ce constat qu’est née l’idée du projet “Lire aux bébés“.

Lire aux bébés

Psychologues, psychiatres, linguistes et pédiatres ont montré, depuis les années 1980, que le partage de la culture orale de la première enfance (berceuses, comptines, nursery rhymes), puis le partage d’histoires (contage ou lecture d’albums) était un élément fondamental d’une pleine construction du sujet (Bruner 1991 ; Bonnafé & Diatkine 1994 ; Trevarthen 2011 ; Quartier-Frings 2015 ; Law et al. 2018). Plus récemment, psychologues du développement, linguistes et musicologues ont souligné à quel point ce partage de mots et de musicalité (rythme, rimes, assonances) au sein de la dyade mère-enfant dans les premiers temps de la vie était constitutif d’une relation épanouissante (Terrier & Van Waeyenberghe 2004), mais aussi pleinement porteur d’une identité culturelle singulière (Gratier 2000, 2003 ; Gratier & Trevarthen 2007 ; Gratier & Devouche 2011).

Ce projet s’appuie sur la conviction qu’intégrer au sein du service de néonatologie une pratique active, par les équipes, de cette première culture orale de l’enfance (berceuses et comptines, jeux chantés, albums pour le premier âge), contribuerait à établir, autour des dyades parent-enfant, une atmosphère de parentalité à la fois plus « naturelle » (au sens de « banale, ordinaire, familière ») et plus « culturelle » (faisant entrer le petit enfant dans une communauté de partage, à travers le plaisir de l’écoute), contrebalançant la dimension très technique de l’établissement. On fait le pari que les pratiques développées par les soignants inviteraient les parents, de manière plus ou moins incitative, à engager eux-mêmes une pratique de chant, jeu chanté, comptine, partage d’albums avec leur enfant. L’une des hypothèses de ce projet, étayée par plusieurs décennies d’actions comparables, est notamment que l’album de littérature pour la jeunesse, s’il est judicieusement choisi en fonction de sa qualité poétique et symbolique, « prête » aux parents les mots et les rythmes permettant de s’adresser à leur bébé, notamment dans un contexte où le parent peine à trouver le registre sur lequel partager, par le langage, un univers d’images, de promesses, de valeurs et d’imaginaire enfantin. Plus que les propos ordinaires des échanges quotidiens, les mots des livres disent notre humanité: ils sont alors une passerelle entre les adultes et les bébés, exprimant l’émotion et la tendresse des adultes, construisant la confiance des bébés.

Très vite est apparue la nécessité d’une collaboration large et ouverte. Ce projet s’est donc monté en partenariat entre le service de néonatologie du CHRU, le laboratoire InTRu de l’université de Tours, l’association d’éducation populaire Livre Passerelle, très familières des lectures d’albums aux bébés (notamment en PMI), enfin la section jeunesse de la Bibliothèque Municipale de Tours. Le projet comporte plusieurs aspects:

  • les lectures faites aux bébés et à leurs parents;
  • la formation des personnels soignants, afin de les convaincre du bien-fondé de ces partages, et de construire avec eux les conditions d’intégration du livre au sein de la pratique de soin, sans qu’elle surcharge le quotidien professionnel, mais pour qu’elle allège au contraire;
  • la modélisation de ces pratiques, en se fondant sur des indicateurs transférables.

Figé par le covid

L’automne 2019 a été intégralement consacré aux démarches permettant aux différents partenaires de s’entendre sur les modalités de lancement, puis sur la rédaction des demandes de financement. De nombreux dossier sont été soumis à de nombreuses instances… En février 2020, nous avons appris que la DRAC et l’ARS de la Région centre soutenaient le projet dans le cadre du programme “Culture & Santé“. À cette bonne nouvelle s’est ajoutée la joie d’obtenir le Grand prix du jury « Lecture, enfance et parentalité » décerné par la fondation Crédit mutuel pour la lecture. Les actions étaient financées, nous pouvions démarrer la première phase du projet, autour des lectures aux bébés d’une part, de la formation des soignants d’autre part. C’était sans compter la crise sanitaire, qui nous a durablement fermé les portes du service de néonatologie depuis mars 2020…

Renaissance inattendue

Au début de l’été, alors que certaines activité culturelle reprenaient sous l’effet du déconfinement, l’association Livre passerelle a été sollicitée par certains de ses partenaires qui, à Amboise, faisaient vivre le tout nouveau service “Hope” (hôpital parent-enfant) créé au sein du service de périnatalité du Centre Hospitalier Intercommunal Amboise-Château-Renault. Cette structure régionale pluridisciplinaire (psychiatre, pédopsychiatre, puéricultrice, psychologue, psychomotricienne, EJE, auxiliaires) offre des soins psychiques conjoints aux parents avec leur enfant de moins de deux ans. L’unité est spécialisée dans la prise en charge des difficultés relationnelles précoces père-mère-bébé. Elle accueille, dans un cadre sécurisant, les mères présentant des troubles psychiques dans la période périnatale. Ce service offre un accueil aux familles sous deux formes: une hospitalisation à temps plein (3 dyades mère-enfant de 0 à 1 an + 1 place pour femme enceinte) et un hôpital de jour (3 dyades mère-enfant de 0 à 2 ans + 1 place pour femme enceinte). Après une matinée de lecture ponctuelle organisée en juillet, il a été proposé à l’association de réfléchir à une intervention plus durable au sein du service. Le CHRU interdisant toujours l’accès du service de néonatologie, c’est avec l’accord de la DRAC et de l’ARS que nous avons obtenu l’autorisation de “déplacer” le projet “Lire aux bébés” à Amboise. Les séances de lectures et d’analyses de pratiques avec l’équipe soignante ont commencé en novembre 2020. Le CHRU accueille maintenant lui aussi des lectures, depuis janvier 2021.

Le projet “Lire aux bébés” s’est donc étendu aux deux services, avec quelques différences dans la mise en œuvre pratique, mais un même objectif: faire apparaître l’intérêt des pratiques de lecture auprès de dyades parent-bébé, dans le cadre d’une hospitalisation précoce, en vue d’accompagner la création du lien.

L’étape suivante sera le montage, avec chacune des structures, d’un dispositif permettant l’évaluation et la validation scientifique des actions engagées auprès des bébés et de leurs parents. “Lire aux bébés” devrait donc s’adjoindre un programme de recherches soumis à l’automne 2021 à la campagne des appels à projets de la Région centre. Le suivi régulier du projet est évoqué sur le Carnet de recherches Album ’50.

*

Bibliographie

Bonnafé Marie et Diatkine René, Les livres, c’est bon pour les bébés, Paris, Calmann-Lévy, 1994.

Bruner Jerome Seymour, Car la culture donne forme à l’esprit: de la révolution cognitive à la psychologie culturelle, Yves Bonin (trad.), Paris, Eshel, 1991. [Traduction de Acts of Meaning, Harvard University Press, 1990.]

Filippa Manuela, Kuhn Pierre et Westrup Bjorn (éd.), Early Vocal Contact and Preterm Infant Brain Development. Bridging the Gaps Between Research and Practice, sans lieu, Springer, 2017.

Gratier Maya et Emmanuel Devouche, « Imitation and repetition of prosodic contour in vocal interaction at 3 months », Developmental Psychology, vol. 47, no 1, janvier 2011, p. 67-76.

Gratier Maya et Trevarthen Colwyn, « Musical narrative and motives for culture in mother-infant vocal interaction », Journal of Consciousness Studies, vol. 15, no 10-11, 2008, p. 122-158.

Gratier Maya et Trevarthen Colwyn, « Voice, Vitality, and Meaning: On the Shaping of the Infant’s Utterances In Willing Engagement with Culture (Commentary on Bertau) », International Journal for Dialogical Science, vol. 2, no 1, Fall 2007, p. 169-182.

Gratier Maya, « Expressions of Belonging: The Effect of Acculturation on the Rhythm and Harmony of Mother-Infant Vocal Interaction », Musicae Scientiae, vol. 3, 1er septembre 2000, p. 93-122.

Gratier Maya, « Expressive timing and interactional synchrony between mothers and infants: cultural similarities, cultural differences, and the immigration experience », Cognitive Development, vol. 18, no 4, coll. « The Sociocultural Construction of Implicit Knowledge », 1er octobre 2003, p. 533-554.

Gratier Maya, « Les rythmes de l’intersubjectivité », Spirale, vol. 44, no 4, 2007, p. 47-57.

Gratier Maya, « Liminal spaces and narratives of voice and body in infant vocal interchange (commentary on Morioka) », International Journal for Dialogical Science, vol. 3, no 1, Fall 2008, p. 143-154.

Imberty Michel et Gratier Maya, Temps, geste et musicalité, Paris, L’Harmattan, 2007.

Quartier-Frings Florence, Casanova Alain, Diatkine Gilbert et Golse Bernard (éd.), L’héritage vivant de René Diatkine, Paris, Presses universitaires de France, 2015.

Terrier Simone, Van Waeyenberghe Madeleine (éd.), Du jasis… à la parole: acquisition du langage : actes du colloque du 6 mars 2004 au Centre Alfred Binet, Montreuil, Éditions du papyrus, 2004.

Trevarthen Colwyn, « Les histoires se créent en bonne compagnie : va-et-vient entre narration partagée et lecture », dans On ne lit pas tout seul !, Toulouse, ERES, coll. « Enfance & parentalité », 2011, p. 187-201.

Law James, Jenna Charlton, Cristina McKean, Fiona Beyer, Cristina Fernandez-Garcia, Atefeh Mashayekhi et Robert Rush, Parent-child reading to improve language development and school readiness: A systematic review and meta-analysis (Final report), Newcastle University and Queen Margaret University, 2018.


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Dominique Perrin dit :

    Je me joins – auditrice décalée – aux récepteurs directs de cette présentation pour en saluer la mise en ligne. Mon enthousiasme est celui d’une chercheuse en littérature pour un projet extrêmement singulier, audacieux et soupesé, qui s’impose à ce stade comme relevant de l’« évidence nécessaire » au même titre que toute recherche originale rendant formulables et structurantes des questions collectives renouvelées. La vitalité des études littéraires et des objets qu’elles mettent en lumière, se manifeste là très à distance des discours produits sur elle à d’autres niveaux du débat public.

    Trois questions s’imposent à moi après écoute des échanges très productifs enregistrés ici. Je ne doute pas que ces points ont été et seront abordés ailleurs, mais j’en partage ma perception ici.

    . Les résultats les plus significatifs de la recherche ne vont-ils pas concerner aussi les parents, l’évolution de leur posture en tant que tels, mais aussi, plus généralement et dans le même temps, de leur posture « inter »- et « intra »subjective (sur la base d’entretiens par exemple) ? Cela en lien avec l’objectif explicite de la médiation culturelle proposée, où le tandem relationnel importe à la fois en tant que tel et pour l’équilibre des sujets adultes comme des sujets enfants ?
    . Comment la question de la « qualité » des textes et des images est-elle précisément abordée dans un dispositif de médiation qui vise une prise en compte de la diversité culturelle dans le domaine de la parentalité – configuration qui donne une certaine acuité au problème de l’« ethnocentrisme lettré » ? (je ne doute pas qu’une réflexion de longue date soit menée à ce sujet dans le cadre de l’association Livre Passerelle)
    . La question du statut de l’image pour les bébés prématurés n’a pas (je crois) été posée ici. Est-elle « montrée » symboliquement aux bébés prématurés ? quelle variété et jeux d’orientation des regards, des mouvements peuvent-ils être observés en direction des livres et des visages ? Dans le même ordre de questionnement, quelles sont les observations et contraintes en termes d’oralisation (volumes, débits, passages à la mélodie) ?
    En remerciant chaleureusement Cécile Boulaire et l’ensemble des intervenants, et en me préparant à lire la suite des pages dédiées à ce très passionnant « feuilleton ». D. P.

    • Ces questions arrivent à point nommé, puisque, quelques mois après la mise en place des lectures elles-mêmes, nous travaillons au protocole de recherche.
      1) la question des parents: en effet, dans le protocole tel qu’il est élaboré actuellement, il est envisagé de conserver un contact avec les parents de l’un des services hospitaliers (la néonatologie), à moyen terme, pour des entretiens semi-directifs probablement (Imbert Geneviève, « L’entretien semi-directif : à la frontière de la santé publique et de l’anthropologie », Recherche en soins infirmiers, 2010/3 (N° 102), p. 23-34. DOI : 10.3917/rsi.102.0023. URL : https://www.cairn.info/revue-recherche-en-soins-infirmiers-2010-3-page-23.htm )
      2) la question de la qualité des textes et des images: elle fait elle aussi l’objet de réflexions toujours vives – une nouvelle “valise” vient d’être achetée pour le projet, et son contenu diffère sensiblement de celles qui circulent actuellement, remplies à partir du corpus élaboré en amont du projet. Dans la mesure où certains de ces bébés manifestent assez peu lisiblement leur réception des textes, il est clair que les choix sont orientés en fonction des parents, et de l’image que ces parents se font (ou pourraient se faire) de leur bébé et ce qui convient à celui-ci. La pression des publications dites “populaires” est sans doute moins forte dans la population des parents de bébés prématurés, qui parfois n’ont pas encore pu se faire à l’idée d’être parents – donc ne se sont pas encore interrogés sur “les livres qui conviennent”. Il convient cependant d’être vigilants aux représentations portées nativement par ces familles, et d’en tenir compte dans les gestes de médiation.
      3) la question de la position, de la gestuelle et de la prosodie est en effet au cœur des réflexions de l’équipe. Le travail avec d’autres médiateurs (Association Grandir Ensemble, Compiègne; Association Trois petits tours, Perpignan), avec comédien et conteuses (planifiés en 2020, en attente de re-programmation pour raisons sanitaires) est aussi organisé dans ce sens.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search