“La Ville racontée aux enfants”: compte rendu d’une première journée d’atelier

Le vendredi 24 septembre s’est tenue la première journée de l’atelier “La Ville et l’enfant”, organisé conjointement par l’InTRu et l’Afreloce, sous la houlette de Christophe Meunier. Elle a réuni une trentaine de personnes (+ 4 à distance) pour les communications du matin, et, 7 chercheurs et chercheuses (dont 1 à distance) pour la table ronde de l’après-midi. Pour une première expérience, c’est une réussite : le format permet de bien travailler. Les enregistrements des interventions du matin sont disponibles sur le web.

Matinée

À la suite de changements dans l’organisation, la matinée ne comptait que trois présentations, dont l’introduction générale. Cela a permis d’une part de prendre son temps, d’autre part de commencer à échanger en fin de matinée.

Christophe Meunier a commencé, comme de juste, en introduisant le projet dans son ensemble : un ensemble de démarches associant des chercheurs de toutes disciplines, mais aussi, espérons-le, des praticiens. Son propos liminaire a mis en évidence la rupture qui semble se cristalliser autour de l’année 1971. Avant cette date, on semble considérer que la nature est le lieu évident de l’enfance, celui dans lequel la majorité des fictions pour enfants se déroule. Or à partir des années 1970, on voit se développer la ville, notamment sous la pression de l’automobile, et les relations ville-enfant s’en ressentent, en particulier dans les fictions. Une autre scansion majeure semble le cap de l’année 2000, avec le développement de travaux de recherches sur les liens de l’enfant à la ville.

Puis la parole a été confiée à Patricia Mauclair, qui a exploré les représentations de la ville dans les albums espagnols récents, puis à Ana Margarida Ramos, qui présentait l’exemple de l’album A cidade comme une réflexion métaphorique sur l’espace de la ville. On peut réécouter ces interventions ici, car la matinée a été enregistrée! Les bibliographies de ces diverses interventions figurent au bas de ce billet.

Après-midi

La table ronde de l’après-midi, en plus petit comité (6 chercheur et chercheuses présents : Christophe Meunier, Ana-Margarida Ramos, Patricia Mauclair, Florence Gaïotti, Eléonore Hamaide-Jaeger, Cécile Boulaire, et une doctorante en visio, Cheyenne Olivier), permet de dresser une première liste d’axes de réflexion qui vont structurer l’ensemble des séances d’ateliers.

Vocabulaire : de quoi parlons-nous ?

Les interventions du matin ont fait émerger à intervalles réguliers des flottements sur les termes : ciudad/pueblo/barrio ? quartier/quartier populaire ? le « bled » ? bairro social ? voisins/habitants/neighbourhood ? cité/ville ? banlieue/suburbs ? civitas, citoyenneté/citadin, citoyen ? Comme dans toute réflexion en sciences humaines, on s’aperçoit que le langage est tout sauf neutre, et que les circulations transfrontalières se heurtent, dès l’abord, au non-recoupement des catégories linguistiques.

Ville et campagne

L’imaginaire de la ville, tel qu’il a été présenté dans ces premières interventions, semble systématiquement se construire en référence ou en contraste avec un imaginaire de la campagne, lui-même tributaire d’une vision romantique de l’enfance. Il s’agira sans doute régulièrement de confronter les deux corpus de représentations.

L’enfant dans la ville

Jouabilité de la ville

Il est entendu que l’activité première, fondamentale de l’enfant est le jeu. Dès lors, quelle « jouabilité » reconnaître à l’espace urbain ? Là encore, il semble naturel d’opposer la « jouabilité » de la ville et celle de la campagne : quelles réalités, quelle part de fantasme ? Il sera intéressant, bien entendu, d’opposer sur ce sujet le point de vue des adultes (parents, éducateurs, urbanistes et élus), et le point de vue des enfants. Un aperçu historique, dans la lignée par exemple des travaux de Loïc Boyer sur les structure set espaces de jeux1, serait sans aucun doute très utile, notamment pour réinterroger la scansion majeure de 1971 repérée dans son introduction par Christophe Meunier.

Usage de la ville : cartes et parcours

Un exemple de cartes « vécues » (la collection « my city » de l’éditeur portugais Pato Logico) ouvre une discussion sur la manière dont les enfants peuvent retransmettre leur vécu de la ville : leur aire de circulation, peur manière de parcourir l’espace, à leur hauteur. L’une des chercheuses fait remarquer que les règles du confinement à la française ont obligé à voir la ville « à la mesure d’un enfant » : en se limitant à un cercle d’un kilomètre, chacun devait se restreindre à un parcours de ville assez typique de celui d’un enfant d’âge scolaire. On évoque aussi la question des conflits d’usage, notamment autour de la jouabilité, à travers l’exemple des skate-parks.

La question de la cartographie rejoint celle, plus littéraire, de la narration : dans les albums qui « raconte », montre la ville ? Quel est le point de vue de ce narrateur, en quoi est-il légitime ? Comment connaître, retransmettre la perception des enfants sans la trahir, la caricaturer, la recouvrir sous des vécus d’adultes (souvenirs mythifiés ?) ou des stéréotypes commodes ?

Appropriation par les enfants

  • Peter Brown, Le Jardin Voyageur, Namur Lagny-sur-Marne, Mijade, 2012. Le titre original est The Curious Garden : pas de voyage !

On fait remarquer que dans les fictions romanesques, l’appropriation des territoires urbains est plutôt le fait des « bandes » d’enfants (dans Les gars de la rue Paul de Ferenc Molnar en 1905 ; dans Le Cheval sans tête de Paul Berna en 19552 – voir le numéro 30 (2011) des Cahiers Robinson intitulé « bandes d’enfants »3 – mais aussi dans les photographies de Robert Doisneau). Or, dans les albums, on trouve peu de bandes, peu de collectif : les enfants des albums sont seuls en ville

  • Komako Sakaï, La fée des renards, Paris, L’Ecole des Loisirs, 2005.
  • Sydney Smith et Rosalind Elland-Goldsmith, Perdu dans la ville, Paris, Kaléidoscope, 2020 : le titre original est Small in the city, il n’est pas question d’y être perdu !

Une remarque : si la figure maternelle domine symboliquement l’espace de la maison, l’espace urbain est symétriquement celui de la liberté… mais une liberté qui butte sur la question de la sécurité, même si certaines maisons d’édition continuent à véhiculer des images de l’urbain typiques d’une enfance qui n’existe plus (Planeta Tangerina par exemple).

La rue vs le « terrain »

Il est beaucoup question de la rue, des enfants dans la rue. Cette représentation des « enfants dans la rue » est-elle liée à une exaltation d’un passé enfui ? On rappelle que cette présence n’a jamais concerné toutes les catégories sociales : les enfants de la bourgeoisie n’investissaient pas la rue. L’album étudié dans sa présentation par Ana Margarida Ramos, A cidade, met en avant un modèle de « ville sans rue », de même que le livre O livro dos quintais met en valeur l’espace entre les maisons côté jardin, pas la rue.

Après la « ville récréative » des années 1970, la rue serait donc prioritairement l’espace destinée à aller d’un espace à un autre pour être productif / si on n’est pas productif, on n’a plus de place dans la rue.

Exclus de la rue, les enfants sont cantonnés aux espaces dédiés, « terrains d’aventures » dans le meilleur des cas4 ou aires de jeux très balisées. On cite le cas d’un espace non-clos dans le quartier de la Madeleine à Lille, finalement doté de barrières autour de l’aire « réservée » aux enfants, officiellement pour les mettre à l’abri des chiens. Ces lieux « pour enfants » sont en réalité les lieux d’un hyper-interventionnisme adulte – l’exact inverse du concept, par exemple, de « jardin punk »5.

L’obsession de la sécurité de l’enfant

Cet hyper-interventionnisme est souvent justifié par des prétextes de sécurité : c’est ce qu’invoquent les maires, acculés par une société devenue très procédurière (il est question du renforcement de la législation sous le quinquennat de Nicolas Sarkozy6, mais aussi des critères auxquels doivent se soumettre les parcs en Espagne) ; c’est ce qu’invoquent aussi parfois les parents, qui ont peur des « salissures ».

NB : cette attitude est typique des pays latins, tandis que les pays nordiques pratiquent depuis longtemps l’école de plein air, et le principe de la combinaison intégrale exigée pour les temps d’école, parce que se salir fait partie de l’activité. Heureusement, on parle de plus en plus, pour des motifs éducatifs autant qu’écologiques, de « désimperméabiliser « et dé-bitumiser » les cours d’école.

On revient donc aux questions fondamentales :

  • quelle place pour l’enfant dans la ville ?
  • quelle possibilité pour lui de s’approprier l’espace, les espaces ?
  • quelle possibilité pour exprimer ses désirs quant à l’espace urbain ?

Quelques albums nourrissent cette réflexion :

  • Olivier Dain-Belmont et Fachri Maulana, Permacité! La ville de mes rêves, Paris, Sarbacane, 2021.
  • Emma Adbåge, Le repaire, Paris, Cambourakis, 2021.
  • la trilogie Garman

Croisement international

Ville et sociabilité, usages culturels de la ville

Les interventions ont permis de mettre en évidence que les usages de la ville étaient intrinsèquement liés aux types de sociabilité qui s’y déployaient, ce qui signifie que ces usages sont culturellement déterminés – par des pratiques, par le climat. Par exemple, en Espagne, il est courant que les familles se retrouvent dans l’espace public en fin de journée, toutes générations confondues, ce qui n’est pas une coutume en France.

Villes mondialisées / villes ancrées / stéréotypes de villes ?

Les deux interventions de cette première matinée portant sur des villes hors de France (Espagne, Portugal) ont montré tout l’intérêt des croisements internationaux des perspectives. Nul doute que des interventions portant sur d’autres perceptions européennes et mondiales viendront complexifier et enrichir ce tableau – il est probablement intéressant de penser d’ores et déjà à solliciter des chercheurs au-delà du cercle de ceux qui ont manifesté leur intérêt pour cet atelier. Quid des villes du Nord de l’Europe ? de l’Est de l’Europe ?

La discussion fait émerger aussi un constat : les livres pour enfants ont tendance à user de stéréotypes pour évoquer la ville. Celle-ci serait forcément dense, surpeuplée, polluée, caractérisée par gratte-ciels et usines –ces dernières, dessinées sur le modèle des sheds typiques du XIXe siècle. Or ces représentations, comme l’a montré l’exemple portugais, ne sont pas forcément en accord avec la ville telle qu’elle peut être vécue, localement, par les enfants (pas de gratte-ciel dans les grandes villes portugaises…). Quelle place ces fictions en images réservent-elles à l’ancrage culturel des villes ? Patricia Mauclair a cherché en vain des traces d’hispanité dans les villes dessinées dans les albums espagnols… Cet axe de réflexion fera écho à d’autres travaux de recherche portant sur les stéréotypes en littérature pour la jeunesse, mais aussi à des réflexions sur les transferts culturels et les traductions : est-ce qu’une représentation stéréotypique de la ville « à l’américaine » est un gage donné à l’industrie du livre, pour faciliter d’éventuelles ventes de droits à l’étranger ? Plus localement : peut-on lutter contre l’idée reçue selon laquelle en France, « la ville », c’est forcément Paris ? Inversement, quels espaces urbains peut représenter l’album, à l’instar par exemple des albums de Véronique Vernette qui donnent à voir des espaces africains ?

  • Véronique Vernette, Chez Adama, mécanique générale, Paris, Points de Suspension, 2001.

Cette réflexion sur les stéréotypes sera à mettre en parallèle avec la mythification de la vie au village ou à la campagne – et là encore, pourra s’enrichir de perspectives plus largement internationales (il est question de la représentation mythifiée du bush dans les albums australiens, par exemple).

Vision sociale de la ville : quid de la pauvreté ?

Une discussion s’engage sur la représentation ou l’évitement de la pauvreté dans les représentations de villes – alors même que, dans certains pays de tradition catholique où le livre pour enfants reste imprégnée de l’idée de « transmission de valeurs morales », on aurait pu attendre un accent mis sur cette question. Pour ce qui est du phénomène croissant des sans-abris, les albums oscillent entre déni absolu, représentation comme « élément de décor », ou traitement au titre de personnage. Quelques titres émergent :

  • Betty Bone, Balade, Paris, Editions du Sorbier, 2005.
  • Gaëtan Dorémus, Plus tard, Rodez, Editions du Rouergue, 2000.
  • Olivier Douzou et Isabelle Simon, Les petits bonshommes sur le carreau, Editions du Rouergue, 1998.
  • Guillaume Guéraud et Marc Daniau, Raspoutine, Rodez, Editions du Rouergue, 2008.
  • Louis Joos et Rascal, Eva, ou, Le pays des fleurs, Paris, L’Ecole des loisirs, 1994.
  • Joëlle Leblond et Véronique Willemin, Petits bleus dans Paris, Illustrated édition. Paris, L’Ecole des loisirs, 1995.
  • Claude Martingay et Philippe Dumas, Le Mendiant, Genève, La Joie de Lire, 2003.
  • la série Ernest et Célestine de Gabrielle Vincent.

Au Brésil, peut-être plus largement en Amérique du Sud, les livres peuvent très spontanément situer l’action dans une favela, avec une représentation positive de l’espace approprié, de la transformation ludique ou politique de l’espace.

  • Kurusa et Monika Doppert, La rue est à tous, Paris, Flammarion, 1982 (Ekare, 1981). [extrait numérisé par Numilog] (nb: l’image illustrant ce billet est empruntée à la couverture de cet album)

Bibliographie

Ouvrages analysés par Ana Margarida Ramos

  • Almeida, Carla Maia; Gozblay, Alex (2009). Ainda Falta Muito?. Lisbon: Caminho.
  • Boisrobert, Anouck; Rigaud, Louis (2009). Popville. Paris: Hélium (final text by Joy Sorman).
  • Brown, Peter (2009). The curious garden. New York : Little, Brown and Company.
  • Brown, Peter (2013). Mr. Tiger goes wild. New York : Little, Brown and Company.
  • Carvalho, Bernardo (2010). Trocoscópio. Carcavelos: Planeta Tangerina.
  • Machado, David (2018). Não te afastes. Lisbon: Editorial Caminho.
  • Martins, Isabel Minhós; Carvalho, Bernardo (2007). A grande invasão. Oeiras: Planeta Tangerina.
  • Martins, Isabel Minhós; Carvalho, Bernardo (2008). O mundo num segundo. Oeiras: Planeta Tangerina.
  • Martins, Isabel Minhós; Carvalho, Bernardo (2009). As Duas Estradas. Oeiras: Planeta Tangerina.
  • Martins, Isabel Minhós; Matoso, Madalena (2009). Andar por aí. Oeiras: Planeta Tangerina.
  • Monteiro, Susa (2016). Beja. A minha cidade. Lisbon: Pato Lógico.
  • Pessoa, Ana; Carvalho, Bernardo (2020). Desvio. Carcavelos: Planeta Tangerina.
  • Santos, Inês Fonseca (2018). A Cidade. Lisbon: Imprensa Nacional-Casa da Moeda (ill. by Beatriz Bagulho)
  • Seixas, Ana (2017). Viseu. A minha cidade. Lisbon: Pato Lógico.
  • Sobral, Catarina (2014). O meu avô. Lisbon: Orfeu Negro.
  • Sobral, Catarina (2019). Coimbra. A minha cidade. Lisbon: Pato Lógico.
  • Thebas, Cláudio; Lópiz, Violeta (2014). Amigos do peito. Figueira da Foz: Bruáa.
  • Vieira, Alice (1980). Lote 12, 2.º frente. Lisbon: Editorial Caminho (illustrations by Maria Keil).

Ouvrages analysés par Patricia Mauclair

  • Aliaga Roberto, Ranucci Claudia. El camión de papel, Madrid: Macmillan, 2009.
  • Almudena Suárez. Exploradores, Barcelone : Juventud, 2020.
  • Alonso Fernando, El hombrecillo de papel, León: Everest, 1979.
  • Altés Marta. Nuevo en la ciudad, Barcelone : Little Blackie, 2020.
  • Ángel Sáez Miguel. Leo y Lisa más allá de la ciudad única , Barcelone :Thule, 2021.
  • Berrio Juan. El castaño. Madrid: Macmillan, 2007.
  • Bruno Pep, Mullerova Lucie. Un lugar donder ser feliz. Jaén: M1C, 2009.
  • Buitrago Jairo, Yocktenas Rafael. Eloísa y los bichos. Madrid: El jinete azul, 2012.
  • Campanari José, Cisneros Jesús. ¿Y yo qué puedo hacer?. Pontevedra: OQO, 2008.
  • Cañas Damián. El parque enfermo, León: Everest, 2012.
  • Capdevila Roser et Carles. Las tres mellizas y las tres erres. Barcelaon: Fund. Intermon Oxfam, 2003.
  • Chandro Juan Carlos, Izquierdo Gonzalo. Un sueño redondo, Valencia: Tandem, 2001.
  • Comotto Agustín. El mar dijo basta. Barcelona: La Galera, 2006.
  • Cuesta Miguel Ángel. Historia de un árbol, Barcelona: Juventud, 2011.
  • De Barros Jackeline, Padilla David. Al atardecer. Jaén:M1C, 2010.
  • De Deu Joan. Noche de reyes. Barcelona: Edebé, 2002.
  • Del Río Carmina. En la calle. Barcelona: Salvatella, 2006.
  • Denou Violeta. Nico y Ana guardias de tráfico, Barcelona: Timun Mas, 2001.
  • Denou Violeta. Teo descubre la ciudad. Barcelona: Timun Mas, 2001.
  • Feijoo J.R.. Marta y los buenos modales. Valencia: Monterrey Grupo, 2008.
  • García Pedro, Peña Miguel, El árbol generoso. Madrid: Enclava creativa, 2004.
  • García Sánchez J.L., Pacheco M.A.. La ciudad perdida. Calvi, Barcelona : Altea, 1978.
  • Gil Carmen, Pérez Óscar T.. ¡Cuánta gente que va y viene! La ciudad no se detiene!, Alzira : Algar, 2015.
  • Gómez Alfredo. El árbol de la esquina. León: Everest, 2009.
  • Gómez Alfredo. Un perro con suerte. León: Everest, 2007.
  • Grassa Carlos, Ferrer Isidro. Una casa para el abuelo. Barcelona: Zorro rojo, 2014.
  • Lisson Asunción. Ya voy solo al colegio. Barcelona: La Galera, 1976.
  • Llamazares  Julio. El valor del agua. Pozuelo de Alarcón: Cuatro azules, 2011.
  • Martí Meritxell, Vila Jordi, Papel de diario. Barcelona: La Galera, 2004.
  • Martín Gustavo. Los niños del aire. Madrid: SM, 2008.
  • Morales Judit, Godia Adriá. No eres más que una pequeña hormiga. Madrid: SM, 2000.
  • Moure Gonzalo, Girón Maria. Mi Lazarilla, Mi capitán, Pontevedra: Kalandraka, 2020.
  • Muñoz Vicente. Los animales de la ciudad. Alzira:Algar, 2006.
  • Nanclares Silvia, Brieva Miguel, Al final. Madrid: Kókinos, 2010.
  • Nuñez Marisa, Caetano João. Lucinda y el inspector Vinagre. Pontevedra: Kalandraka, 2001.
  • Ordóñez Rafa, Fragoso José. Peluquería Alegría, Bookolia, 2020.
  • Ormazabal Joxantonio, Belmonte José. Un pájaro sobre el cuerno de un toro. Barcelone: La Galera, 1999.
  • Pita Charo, Matoso Madalena, ¡Magia!. Pontevedra: OQO, 2012.
  • Pomez Juliet. Simón en: Sábado, ¿qué vamos a hacer hoy?. Barcelona: Tusquets, 2003.
  • Pujol Esteve, González Inés. Valores para la convivencia. Barcelona: Parramón, 2014.
  • Rocca Paco. Historias un poco raras de una sola imagen, Jaén: M1C, 2010.
  • Rodríguez Inés, Ramos Maribel, Los habitantes del jardín mediterráneo. Córdoba: Reina Sofía, 2008.
  • Sánchez Paloma, Concejo Joanna. Cuando no encuentras tu casa. Pontevedra: OQO, 2010.
  • Serna Ana, Menéndez Margarita. Los buenos modales.Madrid: Susaeta, 2002.
  • Sola Ana, Martin Díaz Paula. Alaia en la aldea, Madrid: Gunis, 2021.
  • Tassies Josep Antoni, Nombres robados. Madrid: S.M., 2010.
  • Teixidor Emilio. Ring 1-2-3 y el mundo nuevo. Barcelona: Planeta, 2003.
  • Torres Encarna, Amago Antonio. La ciudad sin semáforos. Alicante:Miniland, 2015.
  • Urberuaga Emilio. Animales parecido. Madrid: Anaya, 2012.
  • Ventura Antonio, Delicado Federico. La espera, Salamanca: Lóguez, 2004.
  • Vicente Antonio, Ordoñez Miguel.  Marina y el niño verde: en la ciudad/ Marina ant the little green boy: in the city, Bilingual Readers, 2010.
  • VV.AA.. Un cuento para el futuro. Sevilla: Kalandraka Andalucía, 2006. Zubizarreta Patxi. Sola y Sincola. Madrid: Eldevives, 2005.

Ouvrages analysés par Christophe Meunier

  • Baum. (2018). La nuit des Géographes. Amaterra.
  • Clair, A., & Després, B. (1976). Nicole et le grand pré. La Farandole.
  • Daufresne, M., & Lagrange, J. (2021). Gabriel. La Joie de Lire.
  • Després, B. (1965). Annie fait les courses. La Farandole.
  • Dorémus, G. (2000). Plus tard. Éd. du Rouergue.
  • Lalumière, J.-C. (2019). Cabane en péril! La Joie de lire.
  • Lamorisse, A. (2014). Le ballon rouge. L’école des loisirs.
  • McKee, D., & Duval, É. (2003). Qui est madame Legris ? Kaléidoscope.
  • Harris, I., François, A., & Morvan, F. (2011). Le petit Brown : Little boy Brown. Éd. MeMo.

Bibliographie critique

  • Authier, J.-Y., & Lehman-Frisch, S. (2012). Il était une fois… Des enfants dans des quartiers gentrifiés à Paris et à San Francisco. Actes de la recherche en sciences sociales, n° 195(5), 58‑73.
  • Balça, Ângela; Azevedo, Fernando (2017). A cidade e as crianças na literatura infantil. Um estudo explo­ratório a partir de três obras. Álabe, 15, pp. 1­–11. DOI: 10.15645/Alabe2017.15.1
  • Bavidge Jenny (2011) Vital Victims: Senses of Children in the Urban. In: K. Lesnik-Oberstei (Ed.), Children in Culture, Revisited. Palgrave Macmillan, London, pp. 208–222. https://doi.org/10.1057/9780230307094_12
  • Bavidge, Jenny (2006). Stories in Space: The Geographies of Children’s Literature. Children’s Geographies, 4(3), pp. 319–330, DOI: 10.1080/14733280601005682
  • Cardinali Philippe, Lévy Jacques, Mongin Olivier, Paquot Thierry, Roncayolo Marcel. De la ville et du citadin. Marseille: Parenthèses, 2003.
  • Danic I., David O., & Depeau S. (dir.), Enfants et jeunes dans les espaces du quotidien. Presses universitaires de Rennes. http://books.openedition.org/pur/27144
  • Dewaele, A. (2011). Dessine-moi ta ville aujourd’hui et demain… Représentations et imaginaires urbains des jeunes citadins de Chandigarh. Carnets de géographes, 3, Article 3. https://doi.org/10.4000/cdg.2334
  • Fernando Jordi, Morell Sussi. La ciudad educadora = La ville éducatrice. Barcelona: Regidoria d’edicions i publicacions, 1990.
  • Guereña Jean-Louis. El alfabeto de las buenas maneras. Madrid: Fundación Sánchez Ruiperez, 2005.
  • Hamer, N. 2003. The city as a liminal site in children’s literature: enchanted realism with an urban twist. The Looking Glass, 7(1), s/p. 
  • Higonnet, Anne (1998). Pictures of Innocence: the history and crisis of ideal childhood. London: Thames and Hudson.
  • Johnston, Rosemary Ross (2002). A Chronotope of Childhood in Narrative. In: R. D. Sell (Ed.), Children’s Literature as Communication: The ChiLPA Project. New York: John Benjamins, pp. 137–158.
  • Jones, Owain (2002). Naturally Not! Childhood, the Urban and Romanticism. Human Ecology Review, 9(2), pp. 17–30.
  • Jones, Owain (1997). Little figures, big figures: Country childhood stories. In P. Cloke; J. Little (Eds), Contested Countryside Cultures: Otherness, Marginalisation and Rurality. London: Routledge, pp. 158–179.
  • Le Guern, A.-L., & Themines, J.-F. (2011). Des enfants iconographes de l’espace public urbain : La méthode du parcours iconographique. Carnets de géographes, 3, Article 3. https://doi.org/10.4000/cdg.2355
  • Lefebvre, H., Hess, R., Deulceux, S., & Weigand, G. (2009). Le droit à la ville (3e éd). Economica-Anthropos.
  • Lehman-Frisch, S., & Vivet, J. (2011). Géographies des enfants et des jeunes. Carnets de géographes, 3, Article 3. https://journals.openedition.org/cdg/2074#quotation
  • Mallan, Kerry (2012). Strolling through the (post)modern city: Modes of being a flaneur in picture books. Lion and the Unicorn36(1), pp. 56–74.
  • Matthews, H., Limb, M. and Taylor, M. (2000). The street at thirdspace. In S. Holloway and G. Valentine (Eds.), Children’s Geography: Living, Playing, Learning. London: Routledge, pp. 63–79.
  • Meunier, Christophe (2013). Children’s Picturebooks as cultural and geographic products: actors of spatialities, generator of spaces. Text, image, ideology – Picturebooks as meetingplaces, Stockholm University, Sep 2013, Stockholm, Sweden. Available in https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01182365/document
  • Nallari, A. (2011). Louise Chawla (2002), Growing up in an Urbanizing World. Carnets de Géographes, 3, Article 3. https://journals.openedition.org/cdg/2389
  • Oppenchaim, N. (2011). Pourquoi et comment favoriser la participation d’adolescents de ZUS à une recherche sur leurs mobilités urbaines ? Carnets de géographes, 3, Article 3. https://doi.org/10.4000/cdg.2267
  • Pantera. Revista sobre la naturaleza y las persona que la protegen, para los niños y niñas que sí salvarán el planeta. Ed. Savanna Book, n°3, 2020.
  • Paquot, T. (2015). La ville récréative : Enfants joueurs et écoles buissonnières. Infolio.
  • Ramadier, T., & Depeau, S. (2016). Approche méthodologique (JRS) et développementale de la représentation de l’espace urbain quotidien de l’enfant. In I. Danic & O. David (Éds.), Enfants et jeunes dans les espaces du quotidien (p. 61‑74). Presses universitaires de Rennes. http://books.openedition.org/pur/27157
  • Ramos, Ana Margarida (2021). Can a city map be a picturebook? Alternative publishing formats for children. In N. Goga, S. H. Iversen, and A.-S. Teigland, (Eds.),Verbal and visual strategies in nonfiction picturebooks: Theoretical and analytical approaches. Oslo: Scandinavian University Press, pp. 220–234. DOI: 10.18261/9788215042459-2021-15
  • Ramos, Ana Margarida; Ramos, Rui (2012). Urban and rural landscapes in Portuguese picture story books: reification and perceptions. AILIJ – Anuario de Investigación en Literatura Infantil y Juvenil, 10, pp. 105–120.
  • Ramos, Flávia Brocchetto; Volmer, Lovani. (2015). O espaço urbano em narrativas do PNBE 2010. Trama, 11(21), pp. 129–142.
  • Ramos, Rui; Ramos, Ana Margarida (2014). Travelling from the city to the countryside: depictions of urban and rural scenarios in two Portuguese picturebooks.Calidoscópio, 12(3), pp. 265–273. DOI: 10.4013/cld.2014.123.01.
  • Sánchez Diego, Domínguez Luis Ángel(coords.). Identidad y espacio público – ampliando ámbitos y prácticas. Barcelona: Gedisa, 2014.
  • Simay, C. G.-V. & C. R. & P. (2015). Les enfants dans la ville. Métropolitiques. https://metropolitiques.eu/Les-enfants-dans-la-ville.html
  • Tessier, S. (Éd.). (2005). L’enfant des rues : Contribution à une socio-anthropologie de l’enfant en grande difficulté dans l’espace urbain. Harmattan.
  • Tonucci Francesco. La ciudad de los niños. Barcelona: Graó, 2015.
  • Tonucci, F., Michel, C., & Paquot, T. (2019). La ville des enfants : Pour une (r)évolution urbaine. Parenthèses.
  • Visages et paysages du livre de jeunesse. Paris: L’harmattan, 2000.
  • Ward, C. 1990. The Child in the City. London: Architectural Press. / Ward, C., Paquot, T., Kolioulis, A., Golzen, A., & Nicolas-Teboul, L. (2020). L’enfant dans la ville. Eterotopia France.
  1. Loïc Boyer, « Designing spaces for the child in France by the early 1970s according to CRÉE magazine », Strenæ [En ligne], 13 | 2018, mis en ligne le 15 mai 2018, consulté le 30 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/strenae/1856 []
  2. Isabelle Nières-Chevrel, « Écrire dans les richesses de sa langue. Paul Berna et Le Cheval sans tête », Strenæ [En ligne], 14 | 2019, mis en ligne le 05 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/strenae/2481 []
  3. table des matières accessible en ligne : http://apu.univ-artois.fr/Revues-et-collections/Revue-Cahiers-Robinson/Bandes-d-enfants-n-30 []
  4. Delphine Patry, Mathieu Depoil et Sylvain Wagnon, « Des terrains d’aventure pour redessiner la place des enfants en ville », The Conversation. Adresse : http://theconversation.com/des-terrains-daventure-pour-redessiner-la-place-des-enfants-en-ville-159936. Voir aussi le projet ANR TAPLA, qui organise un colloque en décembre 2021 : https://tapla.hypotheses.org/category/presentation []
  5. Eric Lenoir, Petit traité du jardin punk, Mens, Terre vivante, 2018. []
  6. décret n°96-1136 du 18 décembre 1996 – annexe – II. – 1. – b.: “L’aménagement paysagé de l’aire ne doit pas être lui-même une source de dangers pour les enfants et ceux qui les accompagnent. Les végétaux qui peuvent blesser, intoxiquer, voire empoisonner les enfants sont à proscrire sur les aires de jeux. C’est ainsi que les arbres ne doivent pas présenter de branches basses pouvant inciter les enfants à grimper. Les branches ne doivent pas non plus empiéter sur l’espace qui doit rester dégagé en tous sens, autour des équipements. Pour éviter les chutes, les arbres ne doivent pas non plus présenter de racines saillantes dans les zones de sécurité des équipements. On ne doit pas faire voisiner les équipements avec des arbres donnant des fruits à bogues, comme les marronniers et les châtaigniers”. Voir aussi DG CCRF, Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes, Ministère de l’Économie, 1er janvier 2009:

    « L’aire de jeu est un espace où l’enfant fait l’apprentissage du risque. Cependant, les risques liés à une mauvaise conception des équipements et de l’aire ou à leur mauvais entretien ne sont pas acceptables. Tous les ans, pourtant, plusieurs enfants meurent sur une aire de jeux à cause de la défectuosité des équipements ou des sites. Tous les ans aussi, plusieurs centaines d’enfants y sont victimes d’accidents graves nécessitant une hospitalisation. À ces cas tragiques s’ajoutent d’innombrables accidents, heureusement moins dramatiques, mais trop souvent dus au mauvais entretien des équipements ou des aires. Ces accidents peuvent, et doivent, être évités.

    Il est certain que tous les risques ne sont pas évitables. À tout moment, des chutes sont possibles depuis les équipements de jeux et chercher à les empêcher serait illusoire. En revanche, il est possible d’en limiter les conséquences. Tel est le but de la réglementation : empêcher les accidents évitables et limiter les conséquences de ceux qui ne le sont pas. Il est aussi important de rappeler que l’apprentissage du risque doit se faire sous la surveillance des adultes qui accompagnent les enfants, parents et éducateurs. Il leur appartient de vérifier que les équipements sont bien adaptés à l’âge des enfants et que ces derniers n’en font pas un usage anormal. » []


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search