“La ville récréative”: compte rendu d’une 3e journée d’atelier

Le troisième « Atelier de l’Afreloce », coorganisé par l’InTRu, sur la thématique La Ville et l’Enfant s’est déroulé à Arras le vendredi 21 janvier 2022. Il a réuni une dizaine de personnes (+ 4 à distance) pour les communications du matin, et, 8 chercheurs et chercheuses (dont 4 à distance) pour la table ronde de l’après-midi. Les enregistrements des interventions du mati e( de toutes les autres journées) sont disponibles sur le web, à cette adresse : https://magasindesenfants.hypotheses.org/10013.

Matinée

Christophe Meunier a tenté de reprendre les points développés lors des deux premières journées pour présenter les intervenants de cette troisième journée. Lors de la première journée, la ville comme terrain de jeu avait été questionnée par les spécialistes de littérature jeunesse portugaise, espagnole, française et ivoirienne. Adélaïde Boëlle et Nadja Monet se sont alors intéressées, lors de la deuxième journée, à la capacité créative des enfants à travers des expériences conduites dans les années 1970 par des urbanistes ou architectes comme Ricardo Dalisi ou le collectif allemand KEKS ou encore par Gordon Matta-Clark, mais également aujourd’hui à travers des projets d’aménagements urbains au sein desquels les enfants ont été mis à contribution. Leurs interventions ont mis en avant l’existence la renaissance de terrains d’aventure, nés également dans les années 1970, disparus dans les années 1980 et ressuscités en 2019. S’il y a 40 ans, il s’agissait de canaliser les enfants des rues, aujourd’hui, il s’agit davantage de les faire sortir des maisons, de leur faire lâcher les consoles vidéo et les smartphones, pour jouer ensemble et faire de la ville leur “nouveau” terrain de jeu, quel que soit leur âge.

La ville comme terrain de jeu, comme terrain d’aventures, toujours multiples, c’était déjà le propos d’un article de deux philosophes, Guy Hocquenghem et René Schérer, en 1977, dans le catalogue de l’exposition « La ville et l’enfant » organisée par le Centre Georges Pompidou entre octobre 1977 et février 1978. S’appuyant sur le long passage des Misérables dans lequel Gavroche accueille les enfants des rues dans les antres de l’éléphant de la Bastille, « ébauche prodigieuse, cadavre grandiose d’une idée de Napoléon », nous dit Victor Hugo, projet abandonné devenu terrain de jeu et d’aventures pour les gamins de Paris, débris entouré de palissades. Il est, pour nos deux philosophes, le paradigme de ce qu’ils nomment le « naturel urbain », c’est-à-dire l’ensemble des phénomènes urbains dont les enfants savent tirer parti. Ils écrivent : « Avouons-le : la nature, pour un gosse, tant qu’on ne l’empêche pas d’en jouir, tout autant que les champs et les forêts, c’est une cabane au fond d’un jardin, adossée à quelque ligne de chemin de fer, c’est le plain-pied avec du terrain vague ou de l’usine désaffectée dans un univers constamment traversé de transports, de circuits d’énergie. » 

Ce troisième atelier est entièrement consacré à la ville récréative. L’expression est empruntée à Thierry Paquot, philosophe de l’urbain, qui ouvre cette troisième journée en revenant sur cette expression-concept. Florence Gaiotti et Eléonore Hamaide-Jager sont revenues sur la production d’albums pour enfants. Florence Gaiotti interroge la représentation des jardins publics, des parcs urbains, des aires de jeux et des bacs à sable dans les albums narratifs et questionne le regard des auteurs : ces parcs sont-ils vus comme des espaces ludiques contrôlés ou comme des lieux d’affranchissement ? Eléonore Hamaide-Jager interroge les espaces qui semblent être réservés aux enfants dans les albums ainsi que ceux dont il semble être rejetés. Quelle importance, quel sens donner aux « non-lieux » de l’enfance dans les villes des albums ?

Après-midi

La table ronde de l’après-midi, qui réunissait les intervenants et participants du matin, permet de continuer la liste d’axes de réflexion qui structurent l’ensemble des séances d’ateliers.

La ville dans les albums pour enfants : nostalgie ou fantasme ?

La littérature pour enfants ne serait-elle pas en décalage avec la société qui la produit ?

Les diverses communications livrées sur les albums pour enfants qui posent la ville en décor d’aventures ou de récits amènent à se poser plusieurs questions : le thème de la ville est-il considéré comme “porteur” par les éditeurs ? Le premier atelier l’avait déjà soulevé, les albums n’évoquent que très rarement la pauvreté dans les villes, ils n’évoquent que très rarement également les grands ensembles, les pavillons. Les albums parlent certes d’espaces et de lieux mais très peu de social.

Quelques albums, rares, font des SDF les héros des histoires pour enfants. Christian Bruel ne disait-il pas autre chose quand il écrivait : “Le vrai tabou est l’argent”.

  • Sara Gréselle, Ludovic Flament, Bastien, ours de la nuit, Versant Sud Jeunesse, 2021.
  • Claire Lebourg, Pull, MeMo, 2019.
  • Nathalie Palayret, Lucia Tomas Marceau, La Sorcière à roulettes, Laplikili, 2019.
  • Jean-Loup Felicioli, Et si c’était lui ? Syros, 2018.
  • Raphaële Frier, Laurent Corvaisier, Bienvenue, A pas de loup, 2018.
  • Claude K. Dubois, Bonhomme, L’Ecole des loisirs, 2017.
  • Christine Beigel, La Baleine du Bus 29, Motus, 2015.
  • David Dumortier, Le Rêveur qui ramassait des papiers bonbon, Poule qui pond, 2015.
  • Jennifer Coüelle, L’Homme sans chaussettes, Isatis Canada, 2015.
  • Stéphane Henrich, Moi Berlioz, Kaléidoscope, 2010.
  • François Aubin, L’Ogre, l’arbre et l’enfant, Circonflexe, 2009.
  • Guillaume Guéraud, Marc Daniau, Raspoutine, Rouergue, 2008.
  • Anne Herbauts, Sans début ni fin : petite parabole, Esperluète, 2008.
  • Olivier Tallec, Xavier Emmanuelli, Dans la rue, Le Baron perché, 2006.
  • Jean Siccardi, Guth Joly, Miloko, Les éditions du Rocher, 2004.
  • Paolo Marabotto, Daniel qui n’avait pas de maison, Circonflexe, 1999.
  • Rascal, Socrate, L’Ecole des loisirs, 1992.

L’album est-il “encore” un lieu de revendication ?

Pourtant, les albums pour enfants ont certainement leur rôle à jouer sur l’ouverture des lieux urbains, sr leur accessibilité pour qu’ils (re)deviennent des espaces de jeu pour les enfants. Il est noté, par exemple, que le Parc de la Villette, seul espace ouvert, est un des rares espaces où la criminalité a régressé depuis plusieurs années. Cette remarque vient quelque peu égratigner le discours sécuritaire qui régit la création des “parkings pour enfants” (T. Paquot) que sont devenues les aires de jeux dans la ville.

Pour Bachelard, “plus on rêve de quelque chose, plus on s’en approche”. C’est en ce sens que les albums ont très certainement un rôle à jouer pour montrer qu’un enfant dans la ville c’est autre chose qu’un petit être mobile qui se déplace de sa maison vers son école. Les albums ne pourraient-ils pas rendre le “goût de la ville” (Patrick Süskind, Le Parfum, 1985), la rendre plus sensible1. Dans Une brève histoire des lignes, Tim Ingold met en opposition la déambulation et la translation (parcours linéaire).

En définitive, le constat semble cruel mais l’album pour enfants n’est plus, comme il a pu sans doute l’être dans les années 1970, un lieu où l’on revendique. Il est souvent l’image d’une vie d’enfant appartenant à un milieu bourgeois cultivé. “Il faut redonner à la pensée sa turbulence” (G. Bachelard) pourrait être un mantra applicable à la littérature de jeunesse.

 

La ville a-t-elle finalement quelque chose à dire ?

Habitabilité, appropriation

Thierry Paquot2 revient sur différents termes employés lors des présentations par les divers intervenants. En premier lieu, reprenant les travaux de Robert Park, il distingue habitat et habitation, termes empruntés au lexique de la botanique. L’habitat est à rapprocher du milieu de vie. Dans le langage courant, il est souvent confondu avec “habitation” après la Seconde guerre mondiale. L’habitabilité est donc la réunion de plusieurs critères qui permettent la vie d’un individu ou d’une société d’individus dans un même milieu.  

L’appropriation revêt deux acceptions possibles. Pour les sociologues, il s’agit de faire sien un lieu. Pour les philosophes, il s’agit de devenir autre au contact de l’autre. Thierry Paquot préfère recourir davantage au terme “lieu” qu’à celui d'”espace”, terme aporique, qui signifie étymologiquement “intervalle”. Pour Thierry Paquot, l’individu n’habite pas un lieu, mais, en référence à Heidegger, il habite tout court : “Habiter, c’est être au monde et à autrui”.

Quand le temps prend le pas sur le lieu

Les urbanistes, tout comme les adultes, impriment leur chronobiologie aux enfants. Certains lieux-urbains pourraient être envisagés comme de véritables “no man’s time”, des “tiers-lieux” entre le domicile et le travail ou l’école.

En 1997, l’urbaniste et sociologue français, François Ascher3, propose de réfléchir sur le chrono-urbanisme. Il écrit, par exemple : ” Les citadins mobilisent toutes les possibilités, pour accroître la maîtrise individuelle de leur espace-temps, pour répondre à la diversification des pratiques, pour faire face à la multiplication des objets et des relations, pour gérer l’imbrication des temps et des activités : ils se saisissent de tout ce qui peut individualiser les pratiques, accélérer la réalisation de chaque tâche, permettre d’assurer plusieurs fonctions simultanément, de stocker des biens et des informations pour en différer l’usage, de gagner du temps en remplaçant des activités personnelles par des achats de biens industriels et de services spécialisés, de faciliter la gestion de l’ensemble de leurs activités et de leurs relations avec les autres individus. Ils assemblent de fait des séries d’objets et de pratiques dans de nouveaux systèmes techniques quotidiens.”

En 2016, Carlos Moreno, est le premier à parler de la “ville du 1/4 d’heure”, une organisation urbaine polycentrique qui permettrait à tout habitant d’accéder à ses besoins essentiels de vie en 15 minutes de marche ou à vélo depuis son domicile. On quantifier ainsi le temps qui garantirait à lui-seul le bonheur…

La ville récréative : jouer, transgresser, inventer

Les lieux urbains qui offriraient aux enfants des “no man’s time” seraient des lieux de jeu. Ce dernier n’étant pas à considérer dans un hypothétique dimension pédagogique. Le jeu est ce qu’en font les joueurs. Thierry Paquot rappelle la citation de Charles Fourier : “Un enfant de sept ans a déjà 35 métiers : goutteur de marre, boulotteur de fraises…”4.

Le jeu met les enfants “hors du temps”. Il leur permet de transgresser, d’expérimenter. L’enfant est topophile5, bien plus que l’adulte et sa capacité d’appropriation des lieux est saisissante.


(Image d’en-tête extraite de Emma Adbåge, Le repaire, Paris, Cambourakis, 2021.)

  1. Cf. Hervé Marchal ,  Jean-Marc Stébé , « Chapitre IV. Sentir la ville », dans Les grandes questions sur la ville et l’urbain. sous la direction de Marchal Hervé, Stébé Jean-Marc. Paris cedex 14, Presses Universitaires de France, « Quadrige », 2014, p. 227-234. []
  2. Thierry Paquot, Pays de l’enfance, Terres Urbaines, 2022. []
  3. François Ascher, « Du vivre en juste à temps au chrono-urbanisme », Les Annales de la recherche urbaine, vol. 77, no 1,‎ 1997, p. 112–122 []
  4. Charles Fourier, Œuvres complètes, tome 6 : « Nouveau Monde industriel et sociétaire”,Paris, Anthropos, 1966 (réimpression de l’édition de 1845 ; 1re édition en 1829). []
  5. Yi-Fu Tuan, Topohilia. A Study of Environment Attitudes and Values, Columba University Press, 1990. []

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 21 février 2022

    […] Le compte-rendu détaillé de cette première journée, avec sa bibliographie, se trouve à cette adresse. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search