Soutenance d’Adèle Akamatsu: Imaginaires nordiques dans la peinture de paysage en Allemagne, années 1820 – années 1860

Nous avons le grand plaisir d’annoncer la soutenance de thèse d’histoire de l’art d’Adèle Akamatsu, Imaginaires nordiques dans la peinture de paysage en Allemagne, années 1820 – années 1860, sous la direction de France Nerlich et de Pierre Wat, le 8 avril 2022 à 9h30, dans la salle des Actes de l’Université de Tours, site des Tanneurs (TA 203).

Jury :

  • M. Robert Beck, maître de conférences HDR, Université de Tours
  • Mme Dr. Claudia Denk, chargée de recherche à l’Angermuseum d’Erfurt
  • Mme France Nerlich, professeure des universités, Université de Tours
  • M. Carl-Johan Olsson, conservateur, Nationalmuseum de Stockholm
  • M. Pierre Wat, professeur des universités, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
  • M. Prof. Dr. Gregor Wedekind, professeur des universités, Université de Mayence

Des années 1820 aux années 1860, la Scandinavie s’impose comme destination de voyages artistiques entrepris depuis l’espace germanophone, et d’emblée conçus comme contrepoints au voyage en Italie. De Copenhague à Düsseldorf en passant par Dresde et Hambourg, l’invention de paysages danois, suédois et surtout norvégiens par des peintres tels que J. C. Dahl, C. E. B. Morgenstern, Andreas Achenbach ou August Leu renouvelle des imaginaires nordiques qui, autour de 1800, étaient nourris par les poèmes d’Ossian et les tableaux de C. D. Friedrich.

L’expérience vécue du voyage, l’étude en plein air et la confrontation avec l’œuvre d’Everdingen et de Ruisdael nourrissent l’élaboration de paysages de cascades, de haute montagne et de fjords. Conçues en émulation avec d’autres paysages européens, suisses en particulier, ces œuvres posent à nouveaux frais la question du nord : critiques et historiens de l’art du XIXe siècle s’en emparent, qui mobilisent l’opposition esthétique entre nord et sud, débattent de la prééminence du réalisme ou élaborent les filiations artistiques de la modernité.

S’appuyant sur un vaste corpus, ainsi que sur des sources germanophones et scandinaves, cette étude transnationale articule ensemble approche sociale et matérielle du voyage et de la pratique sur le motif, et combine analyse des œuvres et attention aux discours critiques et historiographiques. Les artistes étudiés élaborent un vocabulaire pictural et des procédés mis à l’épreuve de paysages nordiques grandioses. Alors que croît l’ambition de peindre des paysages caractéristiques et donc ancrés dans un territoire, leur portée est en réalité internationale.

—–

From the 1820s to the 1860s, Scandinavia became the destination of artistic travels undertaken from the German-speaking world. They were at once conceived as counterpoints to the Italian journey. From Copenhagen to Düsseldorf, via Dresden and Hamburg, the invention of Danish, Swedish and especially Norwegian landscapes by painters such as J. C. Dahl, C. E. B. Morgenstern, Andreas Achenbach or August Leu renewed Nordic imaginations which around 1800 were nourished by the works of Ossian and C. D. Friedrich. 

The experience of travelling, outdoor study and the confrontation with the work of Everdingen and Ruisdael fed the creation of waterfalls, high mountain and fjord landscapes. Conceived in emulation of other European landscapes, Swiss in particular, these works pose the question of the North in a new way. Critics and art historians of the 19th century seized upon it, mobilising the aesthetic opposition between North and South, debating the pre-eminence of realism or elaborating the artistic filiations of modernity. 

Based on a vast corpus, and on German- and Scandinavian-speaking sources, this transnational study articulates together a social and material approach to travel and to outdoor sketching, and combines an analysis of the works with an attention to critical and historiographical discourses. The artists put their pictorial vocabulary to the test in grandiose Nordic landscapes. At a time when the ambition to paint characteristic landscapes grows, its impact is in fact international.

[illustration: Andreas Achenbach, Paysage norvégien de montagne, 1840, huile sur toile, 91 x 130,9 cm, Düsseldorf, Museum Kunstpalast (détail)]


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search