Les enfants dans la ville: compte rendu d’une 4e journée d’atelier

Le quatrième « Atelier de l’Afreloce », coorganisé par l’InTRu, sur la thématique La Ville et l’Enfant s’est déroulé à Toursas le vendredi 25 mars 2022. Il a réuni une dizaine de personnes (+ 6 à distance) pour les communications du matin, et, 8 chercheurs et chercheuses (+ 6 à distance) pour la table ronde de l’après-midi. Les enregistrements des interventions du matin sont disponibles sur le web, à cette adresse : https://magasindesenfants.hypotheses.org/10013.

Matinée

Christophe Meunier a repris les points développés lors du dernier atelier. Il rappelle que Thierry Paquot avait fait des enfants des chercheurs d’hors, revendiquant pour eux un droit à la ville et un droit à la rue. Il écrit, dans son dernier ouvrage, Pays de l’enfance, que « la rue constitue pour l’enfant des villes le premier territoire extérieur à la maison ou à l’appartement familial » (p.185). « C’est là, ajoute-t-il, qu’il fait l’expérience de sa capacité à devenir un chercheur d’hors (hors de chez soi, de l’école, du quartier…) ». Le philosophe imagine pour l’enfant une ville récréative, une ville où l’on joue, accessible à tous et où on apprend « en apprenant la rue et en la prenant ». Florence Gaiotti abordait la représentation des jardins publics, parcs urbains et aires de jeux dans les albums pour enfants contemporains. Elle montrait combien ces représentations avaient globalement changé entre 1967 avec Martine au parc et 2018 avec Les Rois du parc. Dans le premier, des enfants semblent se mouvoir « librement » dans un parc donc les limites ont été soigneusement précisées et matérialisées par de hautes grilles. Pourtant, partout la présence de l’adulte est palpable : le gardien qui fait ses rondes, les pancartes qui interdisent ici de marcher sur les pelouses, là de nourrir les canards. L’adulte ou le « parent hélicoptère » plane au-dessus des enfants où qu’ils se trouvent dans le parc. L’expression de « parent hélicoptère » est empruntée au psychologue Haim Ginott dans Entre parents et adolescents (1969). Dans Les Rois du parc, de Joseph Kuefler, le parc est ouvert et l’enfant y est roi. C’est une sorte d’hétérotopie qui est décrite dans laquelle le pouvoir oscille entre démocratie et dictature. Florence Gaiotti terminait son propos par un dernier album, Le Repaire d’Emma Adbage, paru en 2019 chez Cambourakis. Le repaire c’est ce trou gigantesque que les enfants de l’école voisine ont choisi pour aire de jeux. Il n’y a rien et pourtant il y a tout. Le repaire est un non-lieu, c’est-à-dire pour Marc Augé un « lieu sans âme et dépourvu de dimension identitaire, relationnelle et historique ». Tout cela, les enfants vont l’apporter au trou, à LEUR trou. Ce dernier se remplira d’âme et deviendra une aire de jeux appropriée par les enfants de l’école, en dépit des interdictions des adultes qui finiront par laisser faire. Eléonore Hamaide-Jager a cherché dans les albums contemporains des représentations de ces non-lieux investis par les enfants. Elle arrive à la conclusion cruelle que dans beaucoup d’albums le non-lieu des enfants c’est la ville et ses quartiers, et c’est encore une fois la rue. La ville impressionne comme dans Perdu dans la ville. La ville attire les dangers comme dans Ballade de Betty Bone.

Ce quatrième atelier est consacré aux déplacements des enfants dans la ville. Nathalie Audas, maîtresse de conférences en aménagement de l’espace et urbanisme à l’université de Grenoble-Alpes, avec Sandrine Depeau, chargée de recherches en psychologie environnementale au CNRS, montrent le « rapport affectif à la ville » que les enfants peuvent tisser lors de leurs trajets quotidiens. Son intervention est issue de la recherche MOBI’KIDS qui vise à comprendre l’évolution des apprentissages de la mobilité et de l’autonomie des enfants en milieux urbains. Marianne Durieux, doctorante en urbanisme et assistante de recherches à l’université de Mons, à partir de l’exemple de la Wallonie, présente les résultats de ses recherches portant sur le ressenti des enfants de 6 à 18 ans sur le chemin de l’école, où la voiture est le mode de déplacement par excellence. Comment ce chemin est-il vécu par les enfants ? Quelles sont leurs habitudes de déplacements ? Quels sont les facteurs influents ? Enfin, Noa Schumacher, doctorante en urbanisme de l’université de Grenoble, rend compte d’une expérience collective, regards croisés de géographe, urbaniste et photographe, sur l’expérience urbaine quotidienne d’enfants de Sfax, en Tunisie, et de Grenoble, en France. Pour rendre compte de la quotidienneté, du banal, des petites choses importantes mais trop importantes pour être dites sans doute, l’équipe à laquelle a participé Noa Schumacher, a confié à des élèves de 9 et 11 ans des appareils photo pendant une journée ou deux en les invitant à photographier de manière libre leurs espaces quotidiens et leurs espaces de jeux.

Après-midi

La table ronde de l’après-midi, qui réunissait les intervenants et participants du matin, a permis de continuer la liste d’axes de réflexion qui structurent l’ensemble des séances d’ateliers.

La place des animaux dans la ville et leur rôle dans les déplacements des enfants

Les commentaires des enfants sur leurs déplacements entre leur domicile et l’école révèlent que les animaux domestiques sont souvent cités comme “lien social”, élément d’interaction. Que ce soit le chat ou le chien, ces deux animaux participent à l’espace des affects. Si le chien garde la maison, le chat circule beaucoup. Les deux sont des liens de sociabilité forts. Si le chien garde la maison, le chat circule beaucoup.

Des études montrent que le chat est surreprésenté dans les foyers de fonctionnaires : sécurité de l’emploi / sécurité des foyers. Notamment, une étude conduite par l’Ifop pour WooPets en juin 2020, conclut que les possesseurs de chat sont à 40% des CSP+ alors que les possesseurs de chiens sont majoritairement des ouvriers (33%). Télécharger l’enquête.

Méthodologies de recherche

Une grande partie des échanges de l’après-midi a porté sur les méthodologies de recherches des sciences humaines et sociales, à la fois sur l’analyse des verbatims, sur les conditions d’observation des enfants sur leurs itinéraires et sur le rôle des enfants dans le dispositif de recherche.

Marianne Durieux évoque quatre logiciels pour analyser qualitativement les verbatims, parmi eux NVivo. Certains chercheurs font parfois la synthèse des résultats obtenus avec quatre logiciels différents, pour éviter les biais dus à la structuration d’un logiciel de traitement de données.

La lecture du Manuel d’analyse qualitative (De Boeck, 2019, 160 p.) de Christophe Lejeune est conseillée. Nathalie Audas souligne les travaux de Michel Conan et Éric Daniel-Lacombe pour l’analyse de problématiques spatiales. Le tableau d’analyse critique permet de faire ressortir des solutions qui pourraient répondre à plusieurs problématiques.

Michel Conan et Éric Daniel-Lacombe, Mémentos des problèmes de l’espace de vie courante et des intentions d’aménagement pour la modernisation des foyers de jeunes travailleurs, 1992, 87 p.

L’agentivité des enfants

L’agentivité (Guilhaumou, 2012) des enfants, ou “agencivité” (Mackenzie, 2012), ou encore “agency” des enfants constitue le point névralgique des “cildhood studies”. On veut parler ici de la “puissance ou capacité d’agir” des enfants dans la recherche. Les travaux de Jean-François Augoyard en 1979, dans Pas à pas. Essai sur le cheminement quotidien en milieu urbain sont sans doute les premiers à donner un rôle aux sujets étudiés dans le dispositif de recherche.

Pour consulter les travaux d’Auoyard sur Gallica : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1004369f/f27.item

D’autres travaux sont à citer dans le même domaine : ceux d’Elisabeth Pasquier-Merlet sur la condition métropolitaine filmée ou ceux menés avec Jean-Yves Petiteau sur l’itinéraire d’un chef de projet dans son quartier.

  • Elisabeth Pasquier-Merlet. La Condition métropolitaine filmée. Lieux Communs – Les Cahiers du LAUA, LAUA (Langages, Actions Urbaines, Altérités – Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Nantes), 2007, Formes et pratiques de l’activité de recherche, pp.217-219. ⟨halshs-03150423⟩
  • Elisabeth Pasquier, Jean-Yves Petiteau. Itinéraire d’un chef de projet dans son quartier. Une méthode d’enquête sociologique appliquée à une nouvelle profession. Les Annales de la Recherche Urbaine, PUCA, 1995, 68 (1), pp.80-92. ⟨10.3406/aru.1995.1900⟩⟨hal-03091707⟩

Ces dispositifs de co-recherche, s’ils sont appréciés par certains sociologues ou géographes, sont en revanche peu appréciés des anthropologues.

[image d’en-tête: Photo by Charu Chaturvedi on Unsplash]


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 25 avril 2022

    […] Le compte-rendu détaillé de cette première journée, avec sa bibliographie, se trouve à cette adresse. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search