Villes et enfants du monde: compte rendu d’une 5e et dernière journée d’atelier

Le cinquième « Atelier de l’Afreloce”, sur la thématique Villes et Enfants du monde, s’est déroulé à Tours le vendredi 20 mars 2022. Il a réuni trois personnes (+ 6 à distance) pour les communications du matin et pour la table ronde de l’après-midi. Il est à signaler que, compte tenue de la provenance des intervenants du matin, cet atelier était prioritairement en distanciel.

Les enregistrements des interventions du matin sont disponibles sur le web, à cette adresse: https://magasindesenfants.hypotheses.org/10013.

Matinée

Christophe Meunier a repris les points développés lors du dernier atelier. Il y a deux mois, Nathalie Audas et Sandrine Depeau s’étaient intéressées au rapport affectif que les enfants pouvaient tisser lors de leurs trajets quotidiens, les conduisant de la maison à l’école. Leur terrain d’étude se situait en Bretagne, à Orgères et à Rennes, et leur méthodologie de recherche s’appuyait sur des parcours commentés. Trois dimensions majeures semblaient retenir l’attention des enfants sur leurs parcours : la dimension environnementale, la dimension sociale et la dimension affective. Cette étude laissait entrevoir certaines questions comme celles sur les improvisations de parcours ou l’influence de la fratrie sur l’itinéraire des plus jeunes ou encore la question de l’utilisation des smartphones lors du parcours par les enfants qui en sont dotés. Marianne Durieux, s’intéressant également au chemin de l’école, avait questionné des enfants et des parents des villes de Mons, Tournai et La Louvière en Belgique. L’étude partait d’un constat initial : l’engorgement des centres-villes entre 7h30 et 8h30, au moment de l’entrée des classes. Alors qu’aucun élève n’est à plus de 4km d’une école pourquoi 72% d’entre eux s’y rendent en voiture ? Les inquiétudes des parents finissent par parler : ils craignent d’accorder leur confiance parentale à une tiers personne, voire que leur enfant soit kidnappé. Il semble acté par les familles que les habitudes de mobilité sont essentiellement en famille. Marianne Durieux reprenait alors l’expression « d’enfants paquets », empruntée à Françoise Dolto. Enfin, pour clôturer la matinée, Noa Schumacher nous rendait compte d’une expérience collective et originale, celle de regards croisés de géographe, urbaniste et photographe, sur la pratique quotidienne de la ville par des enfants de Sfax et de Grenoble. Pour prendre conscience de cette quotidienneté et de ce banal des mobilités quotidiennes, l’équipe à laquelle a participé Noa Schumacher avait confié à des enfants de 9 à 11 ans des appareils photo jetables pendant une journée ou deux en les invitant à photographier de manière libre leurs espaces quotidiens et leurs espaces de jeux. Aléa de la recherche, sur les 396 images recueillies (312 à Grenoble et 86 à Sfax) une grande partie ne purent être accompagnées des commentaires des enfants et certains lots furent même mélangés sans que l’on puisse véritablement savoir ce qu’elles représentaient, où elles avaient été prises et si elles appartenaient à des séries.

Ce cinquième atelier est encore consacré aux déplacements des enfants dans la ville, mais dans des villes extra-européennes. Olfa Ben Medien, docteure en urbanisme, maîtresse assistante à l’Institut Supérieur des Technologies de l’Environnement de l’Urbanisme et du Bâtiment de Tunis cherche à explorer la relation des enfants scolarisés (6-10 ans) aux espaces de la ville de Tunis, en questionnant à son tour les itinéraires maison-école, mais également la fréquentation des espaces de jeux. Son étude porte plus spécifiquement sur deux quartiers de Tunis, l’un aisé avec un aménagement programmé, « Enmaser » ; l’autre spontané et pauvre, « Sidi Hsine ».

Tariq Harroud, architecte et géographe, enseignant-chercheur à l’Institut National d’Architecture et d’Urbanisme de Rabat-Salé s’intéresse, quant à lui, à l’univers sécurisé et festif des centres commerciaux, devenus de nouveaux lieux de socialisation et d’urbanité pour les enfants de Rabat. Qui composent ces groupes de jeunes et d’enfants ? Que viennent-ils chercher dans ces malls à l’américaine qui s’installent dans la périphérie des grandes villes marocaines. Ces lieux clos, absents de la littérature de jeunesse, sont devenus des lieux habités par des populations très diverses, constituant de véritables « lieux de vie ».

Le troisième intervenant, Carlos Rios Llamas, architecte, socio-anthropologue de l’urbain, enseignant-chercheur à l’Université de La Salle Bajío au Mexique, n’a malheureusement pas réussi à se connecter.

Après-midi

La table ronde de l’après-midi, qui réunissait les intervenants et participants du matin, a permis de continuer la liste d’axes de réflexion qui structurent l’ensemble des séances d’ateliers.

Fragmentation et ségrégation spatiale

En Tunisie, dans les petites villes, les espaces publics et notamment les jardins sont essentiellement des espaces masculins. Dans les quartiers aisés, les espaces culturels ou les espaces sportifs sont de plus en plus clos et privatisés.

À travers les différents échanges, on remarque que si la voiture a chassé l’enfant de la rue, la mise en tourisme et la mondialisation (occidentalisation) a également chassé les enfants de la ville. Les centres-villes sont abandonnés par les jeunes familles pour cause de loyers trop chers.

Les centres-villes se gentrifient et se “gériotifient”.

Lieux de vie des jeunes

Dans les quartiers populaires, les concepts de zankra (Maroc) et de humma (Tunisie) sont très manifestes. Il s’agit du quartier à proximité de la maison d’habitation. Les limites sont plus ou moins claires mais l’étendue de ces aires d’espace proche est d’environ 600m². La communauté d’habitants exerce un contrôle social. Les déplacements y sont plus libres et la rue est très souvent investies par les enfants. Il s’agit d’espaces de sécurité pour les femmes, les enfants et les filles.

Olfa Ben Medien met en évidence, dans les quartiers populaires, d’espaces polyfonctionnels et multigénérationnels, sortes de terrains vagues, les batkhra. Ces espaces non aménagés sont très investis par les enfants qui viennent y jouer. Ces espaces sont ouverts et proches des humma/zankra.

Le phénomène des malls au Maroc s’est développé à partir des années 2000. Ces centres commerciaux à l’américaine, ou sur le modèle de ceux qui se sont développés dans les Émirats, se sont surtout implantés à proximité des quartiers aisés. Il s’agit essentiellement de malls “culturels” dans lesquels des galeries commerçantes, dans des espaces climatisés, se déploient autour de mégacinémas ou de FNAC. Ces lieux permettent d’échapper à la surveillance des parents mais également, il s’agit de lieux du “choufing” (chouf = voir en arabe) : des lieux où le paraître est important et lié à la mondialisation (rôle des marques de vêtements). Tariq Harroud montre que les espaces publics, sur le modèle des malls, doivent être pour les habitants des espaces payants, sécurisés et animés.

En Tunisie, la pandémie récente a changé un peu la pratique des malls. La pratique du vélo et des espaces publiques comme les jardins de quartier s’est accrue. Cependant, l’insécurité et l’entretien de ces espaces publics posent des problèmes. Au Portugal, les centres commerciaux périphériques sont souvent ouverts sur des espaces verts publics ou parcs de jeux. En Norvège, ils ferment à 23h. Les Norvégiens cherchent davantage le contact avec la nature (cf. Nina GOGA et al. (dir.), Ecocritical perspectives on children’s texts and culture, Palgram Macmillan, 2018). Cette idée fait écho avec le concept de la friluftsliv, défendue par Fridjof Nansen en 1921 : l’art de la “vie en plein air”.

Sécurité et insécurité : deux ressentis

La sécurité et l’insécurité sont d’abord des “ressentis” pour les habitants. Les femmes, en Tunisie et au Maroc, s’interdisent les jardins (manque d’éclairage).

Pour aller plus loin…

Pour conclure ce cinquième et dernier atelier, les participants ont essayé de lister un certain nombre de sujets qui n’ont pas été pleinement investigués pendant les ateliers :

– le bruit dans la ville/le bruit de la ville

– l’espace à hauteur d’enfant

– la représentation de la ville dans les jeux vidéo

– la question des temporalités

– la représentation de la ville dans les mangas

– l’analyse de la parole des enfants sur la ville et leur évolution en comparant avec les archives de l’INA

https://www.ina.fr/ina-eclaire-actu/1976-paroles-d-enfants-on-vit-en-communaute

https://www.ina.fr/ina-eclaire-actu/video/pac04000083/les-jeunes-et-la-ville-de-paris

https://www.ina.fr/ina-eclaire-actu/video/caf93053111/les-problemes-d-animation-d-une-ville-nouvelle-de-la-region-parisienne


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 5 juin 2022

    […] Le compte-rendu détaillé de cette première journée, avec sa bibliographie, se trouve à cette adresse. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search