L’être femme dans l’espace public, un projet Kaléidoscope porté par Gaëlle Hemeury

Gaëlle Hemeury prépare une thèse portant sur “L’appropriation artistique de l’espace public en Algérie. La ville témoin et support de l’expression de la société civile” sous la direction de Nora Semmoud (CITERES) et la co-direction de Bénédicte Florin (CITERES) et Raphaële Bertho (InTRu).

Elle est lauréate du dispositif d’invitation au dialogue entre la recherche et les arts Kaléidoscope inauguré cette année par l’Université de Tours avec son projet L’être femme dans l’espace public.

L’être femme dans l’espace public est un projet de recherche-création porté par la doctorante en géographie Gaëlle Hemeury en coopération avec l’artiste performeuse Sarah El Hamed et les femmes du Centre social Pluriel(le)s implanté dans le quartier du Sanitas. 

Zakaria Bouatir – 2022 – Digital Witch

L’être femme dans l’espace public est une performance filmée organisée en deux temps qui aborde la place des femmes dans l’espace public et dans l’art public au regard de certains stéréotypes tels que l’invisibilité et la mise sous silence des femmes au sein de l’espace public. À cet effet, les femmes, habitantes du quartier, seront tout d’abord conviées à coudre le drapeau blanc de la paix aux côtés de Sarah El Hamed au cœur du marché de St Paul. Ensuite, elles seront invitées à déambuler depuis le marché vers les rives du Cher pour ululer.

Ainsi, ce projet vise à étudier la production et la réception de l’art public au sein de l’espace public choisi, à évaluer la pertinence de la méthodologie hybride envisagée et à questionner le pouvoir de l’art public.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search