Séminaire “Périphéries”: J.-B.Minnaert, O.Schwerer – Périurbains: à la périphérie des villes, au centre d’une histoire de l’art réinventée ?

Mardi 25 Septembre 2012, 17h-20h

Cette intervention de Jean-Baptiste Minnaert (professeur à l’Université François-Rabelais, équipe InTRu), accompagné d’Odile Schwerer (architecte-urbaniste de l’État, Mission de l’Inventaire général du patrimoine culturel, Ministère de la Culture et de la Communication, équipe InTRu), ouvre le séminaire de méthode 2012-2013 de l’équipe InTRu, intitulé Périphéries.

Depuis sa définition, au cours des années soixante, au statut d’objet distinct de l’urbain et  du rural, le périurbain fait l’objet d’études menées sur la base d’indicateurs plutôt quantitatifs dont la plus grande part stigmatise le gaspillage foncier de son étalement, l’artificialisation des sols, le piètre bilan carbone qui révèle la domination de l’automobile, la faible performance énergétique des bâtiments, l’entre-soi qui y règnerait,  la banalité et la répétitivité des espaces bâtis. Les historiens d’art qui ont eu la prudence de ne pas parler de laideur ont néanmoins considéré longtemps que le périurbain n’était pas un objet d’histoire de l’art, délaissant l’étude de ces territoires aux géographes, aux urbanistes et dans une moindre mesure aux sociologues.
Les chercheurs de l’Inventaire général du patrimoine culturel, qui appliquent au banal architectural et urbain les méthodes de l’histoire de l’architecture – les renouvelant en cela profondément – ont été tôt confrontés au périurbain. Résultant de la production architecturale, urbaine et paysagère de ce dernières décennies, et des politiques publiques d’aménagement du territoire, le périurbain est un objet d’étude incontournable, qu’il convient d’analyser sur la base de critères plus qualitatifs et plus objectifs.

Le projet Périurbains, mené à l’instigation du Conseil national de l’Inventaire du patrimoine culturel, vise à élaborer un vocabulaire du périurbain, capable de décrire ce qui constitue ce territoire (zones commerciales, zones pavillonnaires, infrastructures, friches, etc.), puis un thesaurus multilingue et, avant cela, une méthode de définition, d’analyse et d’évaluation des territoires, paysages et formes bâties du périurbain, à partir de territoires tests en Île-de-France, en Picardie, en Auvergne et en Guyane. Cette méthode est conçue pour être utilisable en d’autres champs de l’histoire de l’architecture et de la ville et par d’autres sciences de l’homme et de la société.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search