Exposition d’albums coréens : un commissariat à mille mains?

Nous avons déjà annoncé sur le blog de l’InTRu qu’une exposition d’albums pour enfants coréens est en cours. Pour rappel: il s’agit d’un donc d’une quarantaine d’albums coréens récents, ayant tous été primés dans des concours coréens ou dans des manifestations internationales, et parus depuis 2019. Ils nous ont été offerts par KBBY, la branche coréenne d’IBBY (International Board on Books for Young people), dont l’objectif est de mieux faire connaître la créativité de l’édition jeunesse coréenne à l’étranger.

LEE Myung-hwan, Le carreleur, Hansol Soobook, 2020.

Nous avons donc monté un petit groupe de travail qui réunit des bibliothécaires, des chercheurs de l’InTRu, et des doctorants intéressés par la littérature en images, et nous en sommes à notre 4e réunion de travail. Autant dire que les questions de commissariat et de fil conducteur de l’exposition commencent à devenir plus concrètes. La contrainte que nous nous sommes imposée, c’est de produire une exposition itinérante: après tout, si ces albums sont venus de Corée jusqu’à nous, il faut leur permettre de rayonner bien au-delà de la ville de Tours.

Il faudra rapidement fixer un titre pour l’exposition, or la particularité de ce projet d’expo, c’est l’idée de croiser les regards sur un corpus d’albums étrangers. Ça peut paraître très banal, mais il y a malgré tout une vraie ambition à la clé : essayer de montrer qu’il n’y a pas une manière de regarder des objets aussi simples que des albums pour enfants, mais que tout regard est informé par des savoirs, des attentes et des représentations. Cette constatation, peut-être banale elle aussi, n’a d’intérêt que si elle débouche sur quelque chose de concret, qui permet son dépassement.

Jeong-saeng Kwon, Cet automne-là (그해 가을), illustration Jae-hong Kim, Chagbi, 2018.

En effet, nos savoirs sont différents (ceux des universitaires et chercheurs, ceux des doctorants-artistes, ceux des bibliothécaires, et à terme ceux des visiteurs de l’exposition: des parents, des enfants) ; nos attentes sont différentes (les parents n’attendent pas forcément la même chose d’un album que leurs enfants ; les bibliothécaires n’attendent pas forcément la même chose que les enseignants, ou les artistes) ; nos représentations diffèrent aussi (quelle image nous faisons-nous de la Corée ?…). Faire le constat de ces différences, en juxtaposant les lectures elles-mêmes disparates qu’elles suscitent, n’a pas trop d’intérêt, à part dans une perspective purement relativiste (« chacun de ses goûts », etc.). En revanche, ce qui me paraît intéressant c’est de croiser les lectures/interprétations sur un même album, ou une même image, dans les cas où la triade « savoirs / attentes / représentations » conduit à des lectures profondément divergentes.

Dans ce cas, alors, nous disposons d’un beau levier pour suggérer aux visiteurs que l’appréciation d’un artefact (album) ne relève ni d’un simple « goût personnel » qui serait complètement subjectif, ni à l’inverse d’une « méthode » scientifique qui pourrait s’apprendre/s’enseigner. De fait, regarder un objet culturel, surtout quand il est un peu éloigné de ses habitudes, ne relève pas de la réception passive et binaire d’un stimulus (j’aime/ je n’aime pas ; je comprends / je ne comprends pas) mais suppose chaque fois une activité interprétative qui invite à un déplacement :

  • cet objet fait référence à quelque chose que je ne connais pas : qu’en faire ? passer son chemin ? chercher à savoir ? imaginer autre chose ?
  • cet objet bouscule mes attentes par rapport à l’album pour enfants : que faire de ce sentiment inconfortable ? rejeter l’album ? interroger mes attentes ? essayer de donner sens ?
  • cet objet confirme la représentation que je me faisais de la Corée / contredit la représentation que je me fais de la Corée : que faire de cette consonance/dissonance ? Renforcer une image ? comparer ?
KIM Hee-kyeong Je suis…, Yeoyoudang, 2019.

Pour bien comprendre, quelques exemples.

Quelques-uns d’entre nous ont célébré l’inventivité graphique des albums du corpus, mais au contraire l’un de nous, de manière peut-être un peu provocatrice, a indiqué que pour lui leur esthétique était « ringarde », un peu dépassée. Comment expliquer cette perception si tranchée ? Comment la mettre en valeur dans le cadre de l’exposition, pour en faire un élément de « pédagogie » du regard sur l’album ? Comment se fait-il que des points de vue puissent diverger à ce point et qu’en faire?

Jieun, Le grand Apaturaïlia (위대한 아파투라일리아), Gloyeon, 2019.

Autre exemple. Nous avons évoqué, en lisant certains de ces albums, la présence forte d’une mémoire de la cassure entre les deux Corées. Pourtant, dans un mail récent, l’un des doctorants manifeste son scepticisme : « au sujet des albums coréens, je sèche un peu. Je ne perçois pas cette “fracture” que vous évoquez ». Comment se fait-il que certains « voient » quelque chose que d’autres ne « voient » pas ? Est-ce parce que « voir » c’est déjà « interpréter » ? Est-ce que c’est parce que « voir » c’est déjà aussi un peu « savoir » (autrement dit : ne voyons-nous cette fracture que parce que nous savons que l’histoire de la Corée est l’histoire d’une rupture encore douloureuse ?) ?… que devons-nous savoir pour voir ? Et quelle implication quand on s’intéresse à des objets pensés pour des enfants, c’est-à-dire par définition des personnes qui ne savent encore pas grand’chose ?

JO Young-ji, Un pot de lune (달항아리), Darim, 2020.

Ce qui nous paraît donc intéressant, c’est de mettre au cœur de cette exposition nos étonnements et nos divergences. L’un de nous a ironiquement suggéré un titre pour cette expo: “On est plein, et on a lu des albums coréens”! Affaire à suivre…



Citer ce billet
Cécile Boulaire (2023, 16 avril). Exposition d’albums coréens : un commissariat à mille mains? InTRu - EA 6301. Consulté le 15 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qegd

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search