Compte-rendu de la séance “Périurbains : à la périphérie des villes, au centre d’une histoire de l’art réinventée ?
”

Compte-rendu Par Estelle Pouillou de la première séance du séminaire « Périphéries », mardi 25 septembre 2012: Jean-Baptiste Minnaert (professeur à l’Université François Rabelais de Tours, équipe InTru), Odile Schwerer (architecte-urbaniste de l’État, Mission de l’Inventaire général du patrimoine culturel, Ministère de la culture et de la communication, équipe InTRu) : Périurbains : à la périphérie des villes, au centre d’une histoire de l’art réinventée ?


 

Créé à l’initiative d’André Malraux en 1962, l’Inventaire général du patrimoine culturel vise à son origine à recenser et décrire les ouvrages (bâtis, objets d’art) présentant un intérêt culturel ou artistique. La loi de décentralisation de 2004 (loi n°2004-809) a confié cette mission d’Inventaire aux régions. Celles-ci mènent ainsi leurs relevés de données tandis que l’État contrôle et coordonne ces différentes actions. L’investigation dont est chargé l’Inventaire recouvre un vaste champs dans la mesure où elle a trait aux espaces aussi bien publics que privés. Elle été réalisée d’une part par les archéologues puis les objets étudiés ont couvert un cadre temporel élargi (les objets d’étude peuvent dater jusque trente ans avant le début de la mission).
Cette recherche ne se veut pas un point de départ aléatoire puisque la visée est d’analyser le territoire en s’appuyant sur les bibliographies existantes. Elle s’établit selon une hétérogénéité étant donné que les aires d’inventaire correspondent à des fractions du territoire. Elle est d’autre part réceptive à l’ouverture : les champs de recherche se sont diversifiés, notamment par l’association de différents acteurs.
 Cette entreprise n’a pour visée que d’être documentaire, il ne s’y trouve pas d’enjeu de préservation. Il s’agit en premier lieu d’enrichir le patrimoine commun.

Cependant, cette étude tend à aller au delà du seul recensement dans la mesure où elle vise à prendre position sur le devenir des objets. Elle a également pour enjeu, notamment par le biais des publications et la constitution de bases de données, la valorisation des objets d’étude. C’est pourquoi elle réunit des données à la fois textuelles, photographiques, cartographiques… L’enjeu est également de privilégier les partenariats afin que ces travaux réalisés à l’échelle régionale atteignent, dans un regroupement national, une certaine homogénéité.
Pouillou Estelle
1
Il s’est avéré que les espaces de ces projets de valorisation étaient notamment des espaces « périurbains ». S’agissant d’un objet spatial, la question s’est rapidement posée quant à la méthode la plus judicieuse pour son appréhension, si cette méthode était de l’ordre de l’urbanisme et/ou de l’histoire de l’art. Il a donc été demandé en 2008 d’établir la potentialité du périurbain à être un sujet d’étude de l’histoire de l’architecture. Il se constate que l’approche du concept s’avère difficile, en particulier du fait de son caractère continuellement évolutif. Trouver des méthodes d’analyse de ce phénomène s’est donc révéler comme l’enjeu sous-jacent de cette mission.

La collecte de données sur cet objet d’étude témoigne d’une association récurrente du périurbain à des jugements esthétiques, à l’exemple de l’article « Comment la France est devenue moche », (Xavier de Jarcy, Vincent Remy, in Telerama, n°3135, 2010). La vision commune est celle d’un espace marginalisé. Les approches sont variées, notamment d’un pays à l’autre (à l’exemple de l’expression allemande « zwischen Stadt und Land »). Au demeurant, cet espace est perçu pour son lien à l’automobile. Les discours sur le périurbain soulèvent donc des enjeux ayant trait à l’occupation de l’espace et aux problèmes environnementaux.
 Face à ces nombreux discours divergents, il s’agit donc de développer une connaissance sur ces espaces et dans un second temps de les définir selon des critères qualitatifs.

Ce travail de définition est établi par le recours à une pluralité d’approches (urbanistiques, paysagère etc.) pour prendre par la suite la forme d’une publication (prévue en 2014).
 Les journées d’études tenues à Amiens en 2010 ont permis de faire le point sur l’évolution de ce projet. Il s’est constaté que celui-ci faisait l’objet d’une bonne réception à l’échelle régionale. En effet, eut égard aux disparités des dynamismes au sein des différentes régions, ces dernières considèrent l’apport valorisant de cette enquête ainsi que la possibilité d’une aide à la maîtrise du phénomène. Il est possible de citer à ce propos l’exemple de la région Picardie. Celle-ci est singularisée par une absence de métropoles mais ce manque est pallié par la mise en valeur des connexions entre ses espaces urbains, ainsi, toute la région se fait en quelque sorte métropole. Entre ces espaces urbains disséminés se trouvent par ailleurs des espaces agricoles atteints par la périurbanisation, c’est pourquoi la région s’intéresse au projet qui pourrait être un apport dans le contrôle et la maîtrise du processus.

Le cas du périurbain a été abordé par les sciences ; il est notamment étudié par les géographes depuis une trentaine d’années. Néanmoins, la contemporanéité, ainsi que le caractère infini du processus, donne lieu à une incertitude quant aux méthodes à adopter. Ainsi, outre les spécificités lui étant attenantes, le périurbain réinterroge les disciplines mêmes.
 
Il est à se demander comment procéder face à un processus pouvant nous échapper, étant à divers endroits manifeste mais sans pour autant avoir de contours précis, autrement dit, un fait global se présentant sous une multitude de formes.
 C’est pourquoi il semble difficile d’appréhender ce type d’abstraction spatiale. En outre, elle est un objet appartenant au banal et dont nous ne percevons pas l’esthétique. La solution prise est de procéder à une logique de chronologie inversée : la recherche contemporaine s’intéresse à ce phénomène discerné et remonte dans le temps pour en trouver des explications. Discipline ne pouvant être fixiste, l’histoire de l’art incorpore ainsi à ces champs d’étude des objets ou phénomènes étant perçus comme vulgaires (pris au sens de banals). De ce fait, le périurbain constitue un objet contribuant à réinventer une discipline.
En dressant un aperçu de l’historiographie du périurbain, il se constate un problème de discernement du processus et des propensions à mêler des phénomènes pourtant morphologiquement bien distincts. Les termes de « rurbanisation » et « périurbanisation » sont bien souvent confondus. Si le premier n’est défini que comme une extension continue autour de la ville, le « mitage » des espaces agricoles qui s’observe depuis les années quarante, le second intègre quant à lui les zones pavillonnaires qui se sont formées pour une classe moyenne travaillant en ville mais intègre également les espaces commerciaux et les espaces de jonction. Ces nouveaux concepts spatiaux font remettre en cause l’ancienne notion de « zonage ». Ces périphéries urbaines, embrassant à la fois l’ancien et le nouveau se caractérisent donc par leur diachronie. Elles semblent se dessiner comme un entrecroisement de zones urbanisées. Ces espaces concernaient le quart du territoire français en 2008. Si le phénomène est avéré, il demeure que sa perception est plus ou moins sensible.

Au demeurant, les jugements de valeurs sur ces espaces abondent au XXe siècle. Leur réception dénote une vision de « franges », de zones « intermédiaires ». Ce caractère plus ou moins rural tend à rendre la mise en forme linguistique quelque peu difficile. Si l’on considérait un instant que le processus n’a pas de lecture directionnelle définie, il serait possible de traiter de « périrural » autant que de « périurbain ». D’autre part, la singularité de ce processus pourrait être analysée avec recul et relativisme. Si, pour certains, le périurbain serait un phénomène perceptible avant la découpe chronologique contemporaine lui étant donné (Annie Fourcaut), d’autres avancent que le phénomène pourrait être dé-singularisé et appliqué à d’autres espaces : un processus de forme similaire pourrait être identifié dans la ville.
L’intérêt réside donc dans cette richesse de sens et de perspectives donnée par l’objet périurbain. Tenter de l’analyser revient à reconsidérer nos méthodes communes d’étude, ainsi que nos a priori.
 À l’instar de Robert Venturi (un des auteurs de l’ouvrage Learning from Las Vegas, 1972, qui analyse la spatialité produite par les enseignes commerciales), analyser le périurbain supposerait une mise en avant d’un objet « ordinaire » dans les champs artistiques.
En outre, la complexité de ce sujet ayant trait à l’histoire contemporaine, à la géographie, à l’urbanisme, à la pratique paysagère, à la sociologie et à l’histoire de l’art implique dans la méthode une interdisciplinarité. Le périurbain constitue donc un enjeu de dialogue entre des acteurs et des modes de pensée diversifiés. Cet échange qui interrogera également l’historiographie des disciplines permettra de mieux comprendre le fait que le périurbain ait été mis de côté par les sciences, bien que la bibliographie la plus contemporaine tende à devenir toujours plus conséquente. En effet, les études liées à cet objet n’ont parfois pas cité le processus comme il est le cas dans l’ouvrage de Bernard Gauthier (Espace urbain, vocabulaire et morphologie, éditions du Patrimoine, 2003). Le fait est que les géographes et urbanistes se sont saisis du processus comme un objet « déjà là ». L’objectif de la mission de l’Inventaire général du patrimoine culturel est donc de réunir tous ces discours en vue de les comparer, les faire dialoguer, les confronter et ce, à différentes échelles, afin d’enrichir notre perception du périurbain et de parvenir à un cheminement méthodologique et à une définition de cet objet pour l’heure semblant insaisissable.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.