« Les livres d’Ed Ruscha. De la forme-codex comme sémiophore fragile » Mercredi 15 janvier à Tours

La journée d’étude diachronique annuelle organisée par le Master du département d’histoire de l’art de l’Université François Rabelais a cette année pour thème « le livre ».
Benoît Buquet (Maître de conférences et membre de l’Intru) y présentera une communication s’inscrivant dans les axes du laboratoire.

Les livres d’Ed Ruscha. De la forme-codex comme sémiophore fragile

« [My books] were like wolf in sheep’s clothing » (Ed Ruscha, 1989)

En partant du plus étrange des rares textes écrits par Ed Ruscha (The Information Man, 1971) et de l’ensemble canonique de livres inauguré avec Twentysix Gazoline Stations (1963), l’intervention propose de porter un nouveau regard sur ces petits livres mythiques édités par l’artiste californien et caractéristiques d’un genre nouveau : « le livre d’artiste ». Il convient de voir en quoi cette forme-codex, à la structure éparse, agrémentée de photographies apparemment banales, truffée de pages vides, pose questions quant au statut culturel du livre. Sous leurs faux airs d’écriture blanche, les livres d’Ed Ruscha interrogent aujourd’hui avec une acuité redoutable les fluctuations de ce que Krzysztof Pomian appelle des sémiophores. « Objets bifaces, à la fois physiques et sémiotiques, les sémiophores se laissent étudier et comparer sous deux aspects : matériel et signifiant. »

Mercredi 15 janvier  à l’Université François Rabelais de Tours (Site Tanneurs Amphi Roger)


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.