23 mai 2010. Journée d’études : “Intermédias, Sons et arts visuels dans la modernité”

Journée organisée par Pascal Rousseau.

Université François-Rabelais, Tours

En 1965, Dick Higgins désigne par intermedia l’espace expérimental ouvert entre les médias traditionnels, notamment à travers les pratiques performatives du mouvement Fluxus : « le meilleur de la production artistique actuelle, écrit-il, semble en grande partie se situer entre les médias. » Ce constat, qui revendique ses antécédants dans les mouvements Dada, futuriste et surréaliste, désigne le lieu de rencontre entre théâtre, danse, arts visuels et musique exploré dans le happening, la performance, le collage et le pop art.
Cette journée d’étude cherchera à revisiter l’histoire de cette hybridation entre les arts, au contact des technologies du lien et de la communication. Par-delà les effets de contamination des arts, telle quelle est envisagée dès l’époque romantique en écho à une confusion des sens (la synesthésie), il s’agit d’identifier ici l’approche matérielle et expérimentale d’une traductibilité ou conversion entre les médias. Si dans les années 1960, telles que les regarde Dick Higgins, le champ de l’intermédia apparaît comme un espace ouvert qui ne cesse de croître en marge des formes artistiques traditionnelles en puisant dans l’expérience de la vie, les premières apparitions de cette idée ont pour foyer l’imagination technique de nouveaux outillages, appelés à transcender les supports et les matériaux de l’art. C’est en relation directe avec l’évolution des technologies que des artistes comme Raoul Hausmann, Lázsló Moholy-Nagy, John Cage ou Nicolas Schöffer ont identifié la fécondité d’un espace intermédiaire entre les techniques existantes.
Cette friction entre les médias permet de revenir sur l’appréciation de l’art abstrait, l’un des faits majeurs de la modernité, encore trop tributaire de la théorie formaliste et de sa réduction à un discours autoréférentiel du tableau. S’appuyant sur quelques exemples emblématiques, en particulier autour de l’optophonie, cette journée d’étude analysera comment le langage pictural dialogue, tout au long du siècle, avec d’autres types de représentations, en particulier les nombreuses tentatives de restitution ou d’enregistrement du son ou du mouvement. C’est là que se joue, dans un vivier d’œuvres parfois oubliées ou minorées, une archéologie de la révolution audiovisuelle de l’art du XXe siècle.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.