4 novembre 2010. Séminaire « Iconotexte(s) » : Thierry Groensteen “Parodie et détournement”

Thierry Groensteen, historien et théoricien de la bande dessinée, éditeur, enseignant à l’EESI d’Angoulême

« Parodie et détournement » (autour de Parodies. La bande dessinée au second degré, Skira/Flammarion, parution novembre 2010).

Répondant : Laurent Gerbier.

Thierry Groensteen est l’invité de la résidence de Marc-Antoine Mathieu pendant toute la journée du 4 novembre. Pour plus d’informations, vous pouvez consulter :

- la page de la résidence de Marc-Antoine Mathieu

- le site personnel et le blog professionel de Thierry Groesteen

Compte-rendu par Laurent Gerbier et Cécile Boulaire :

Autour du livre de Thierry Groensteen Parodies. La bande dessinée au second degré, Paris, Skira / Flammarion, 2010

Parodies. La bande dessinée au second degré (© Thierry Groensteen / Skira-Flammarion)

Après quelques mots d’accueil de France Nerlich, directrice-adjointe de l’équipe INTRU, puis une rapide présentation du parcours de Thierry Groensteen par Laurent Gerbier, l’auteur présente son travail sur la parodie en bande dessinée, qui aboutit à la publication prochaine de Parodies. La bande dessinée au second degré, et à l’organisation d’une exposition sur le même thème au Musée de la Bande Dessinée d’Angoulême à partir de janvier 2011.

Pourquoi la parodie ?

Les différentes formes du comique en bande dessinée constituent depuis longtemps l’un des axes des recherches conduites par Thierry Groensteen, en particulier autour de l’extraordinaire longévité des formes du comique de Töpffer, ou autour de ce qu’il a nommé l’« euphorie citationnelle » chez Gotlib. Ce dernier cas l’a en particulier conduit sur la piste de la « référence » comme moteur efficace du comique : comment la bande dessinée se réfère-t-elle aux autres arts ? Il semble que le mode dominant de cette référence soit celui de la parodie.

Dès les années 1980, Thierry Groensteen avait consacré un dossier des Cahiers de la Bande Dessinée aux pastiches et aux parodies. Cette question avait une acuité particulière dans le paysage français de la bande dessinée dans les années 1980 : marquées par la nostalgie pour un classicisme révolu, ces années voient se multiplier les hommages mi-ironiques mi-respectueux (Th. Groensteen citant en particulier Yves Chaland et sa manière de retravailler l’école de la ligne claire).

L'Homme de Hong Kong (© Veys & Torti / Robert Laffont)

Par ailleurs, une étude de la parodie en bande dessinée se nourrit aussi de la place prépondérante qu’occupe la parodie dans le paysage culturel contemporain : chanson, radio, télévision, internet s’en nourrissent quotidiennement, au point que l’on peut se demander si la génération des adolescents actuels ne risque pas de s’habituer à ne plus distinguer entre premier et second degré. Cette omniprésence de la parodie se traduit aussi, y compris en bandes dessinées, par la recrudescence des affaires portées devant les tribunaux : Th. Groensteen mentionne en particulier la récente parodie de Corto Maltese, L’Homme de Hong Kong, scénarisée par Pierre Veys et dessinée par Rodolfo Torti. L’album, déjà imprimé, a été saisi avant parution sur requête conjointe des éditions Casterman et des ayant-droits de Pratt.

L’« exception de parodie » étant reconnue par le Code de la Propriété (tant qu’elle est « conforme aux usages du genre », ce qui laisse tout de même une large marge d’interprétation au juge), les parties civiles attaquent généralement au motif de contrefaçon. La Fondation Hergé et les éditions Moulinsart sont coutumières de ce type de plaintes, bien que leur politique en la matière soit fluctuante : ainsi la Fondation a récemment fait retirer du catalogue de l’exposition Cent pour Cent, dans laquelle cent auteurs modernes réinterprètent une planche classique de leur choix, les deux planches de Daniel Goossens et de David Prudhomme qui, sans aucune intention de dénigrement par ailleurs, avaient choisi de réinterpréter des planches de Tintin.

Le magazine Mad

Couverture du no. 1 de Mad (© EC 1952)

Thierry Groensteen développe ensuite le cas de Mad, qui constitue à ses yeux le moment où, en 1952, la parodie devient consciente d’elle-même. La quantité de parodies consacrées à une œuvre étant désormais un indice de sa notoriété, il n’est pas étonnant de trouver parmi les œuvres les plus parodiées Tintin, Mickey ou les super-héros. Avec le développement de la contre-culture américaine à la fin des années 1960, la bande dessinée underground s’attaque tout particulièrement à Walt Disney, érigé en emblème de l’american way of life (c’est par exemple la cible des Air Pirates Funnies, dont les deux numéros de comics parodiques donneront lieu à dix années de procédures avant que Disney, qui engloutit des centaines de milliers de dollars dans l’affaire, renonce à poursuivre).

Mad est lancé en 1952 par EC (Educational Comics, rebaptisé Entertainment Comics), éditeur spécialisé dans les comics d’horreur (comme Weird Science) ou les comics de guerre (comme Two-Fisted Tales) : ces comics sont utilisés comme pièces à conviction dans la croisade contre les comics entamée par le psychiatre Fredric Wertham, croisade qui connaîtra son apogée en 1954 avec son Seduction of the Innocent. EC contre-attaque avec Mad (abréviation de Tales Calculated to Drive you Mad), dont Harvey Kurtzman assurera l’intégralité de la rédaction pendant les 23 premiers numéros : la parodie est la matière première de Mad, qui s’attaque d’abord à la littérature (Lewis Carroll, Edgar Poe, Conan Doyle) avant de s’attaquer aux figures emblématiques de la bande dessinée : les super-héros les plus célèbres, mais aussi Prince Valiant ou Popeye sont alors la cible d’une démarche parodique d’autant plus intéressante qu’on ne parodie que ce que le public peut reconnaître. La parodie dote donc involontairement la bande dessinée d’un canon, définissant des « classiques » dans le geste même qui les parodie (on en trouve un exemple frappant en France, avec la bande de pirates récurrents d’Astérix, qui parodient en fait la série Barbe-Rouge animée par Charlier et Hubinon dans Pilote, c’est-à-dire dans le même journal qu’Astérix).

Non seulement Mad institue la parodie comme genre, mais de plus Kurtzman et ses dessinateurs (Wallace Wood, Jack Elder, Bill Davies) fixent l’esthétique de la parodie : saturation graphique, mutations du décor, répétition des stéréotypes, omniprésence de la bande-son fixent des normes que l’on retrouvera en France dans Pilote, par exemple.

L’exposition préparée par Th. Groensteen à Angoulême mettra en évidence ces canons esthétiques, mais elle sera structurée de manière très différente du livre : elle sera organisée par domaines parodiés, avec des focus sur les personnages les plus souvent « ciblés » par la parodie (Robin des Bois, Superman, Tarzan, Conan le Barbare, Harry Potter).

Questions et réponses

Thierry Groensteen répond ensuite aux questions posées par Laurent Gerbier, France Nerlich, Cécile Boulaire et François Fièvre, revenant en particulier sur la différence entre le simple pastiche graphique du style d’un dessinateur et la parodie conservant le style propre du parodiste, et approfondissant l’idée selon laquelle la parodie constitue par elle-même un genre critique, dont une des fonctions tacites consiste à proposer une herméneutique enfin complète de l’œuvre parodiée. La discussion porte également sur Genette (autour de la possibilité d’une « parodie de genre »), ainsi que sur la constitution même des « genres » comme processus de ciblage d’un public dans un marché saturé. Enfin, la discussion revient sur le principe même de la parodie comme stratégie « carnavalesque », produisant en même temps la subversion d’un domaine d’objets culturels et sa réinstitution : de ce point de vue, Thierry Groensteen admet que son livre lui-même, en produisant une histoire de la bande dessinée du point de vue de son travail parodique, obéit finalement à un principe que l’on peut décrire comme carnavalesque : il institue son objet en le saisissant du point de vue de sa subversion.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.