30 septembre 2014, séminaire : Jeong-Houn SON, “Le patrimoine littéraire en Corée du Sud et le modèle français”

Mardi 30 septembre, 17h00-20h00, salle 325, site Tanneurs.

Jeong-Houn Son est associate professor à l’université Ajou (Corée du Sud)

« Les maisons d’écrivains existent-elles aussi en Corée ? » Une question très souvent posée à un Coréen venu en France et qui se présente comme un passionné des maisons d’écrivains. Réponse vague. « Oui, mais… c’est un peu différent. »

Un peu ? À vrai dire, la notion de patrimoine bien évidemment, mais aussi celles de littérature, d’écrivain, de maison, et même d’intérieur, dès que l’on essaie de s’en servir telles qu’on les conçoit en France, nous font nous trouver devant une immense crevasse séparant les deux pays, qui ont des cultures très différentes et trop lointaines.

Les maisons d’écrivains (ou « maisons de la littérature » comme on dit en Corée) sont en plein développement en Corée du Sud. Soixante-quatre nouvelles maisons de la littérature ont ouvert leurs portes au public depuis 2000, soit 83 % des maisons en fonction actuellement (soixante-dix-sept établissements au total). Après une décennie d’expansion, c’est aujourd’hui l’heure de la quête d’identité : qu’est-ce qu’une maison de la littérature ? qu’est-ce qu’on peut y faire ?

Dans un pays ravagé par l’invasion du Japon impérial (1910-1945) puis par la guerre civile (1950-1953), et complètement transformé pendant la période de redressement économique durant la seconde moitié du XXe siècle, les traces du passé sont rarement restées intactes. Que peut-on montrer aujourd’hui des « maisons d’écrivains » en Corée ? Surtout, quels sont les patrimoines littéraires coréens ? C’est seulement après avoir répondu à cette dernière question que les expériences et les modèles français pourraient apporter des éléments de comparaison.

 

Sehando 500dpi 1844x11194_bassedef

Associate professor de l’université Ajou (Corée du Sud) depuis 2008 dans le département de langue et littérature françaises ainsi que le département de Cultural Contents, Jeong-Houn Son est membre du centre de recherche « Digital humanities (Big Data and Text Mining) » et de celui de « Cultural Contents Studies » de l’université Ajou. Après avoir obtenu une licence et une maîtrise de littérature française en Corée, puis un DEA de littérature française à l’université Paris III (2000), une maîtrise de conception et mise en œuvre du projet culturel (2001), il a soutenu une thèse d’art et communication à l’université Paris I (2007), sous la direction de Pierre Fresnault-Deruelle, sur les activités d’animation des maisons d’écrivain en France.

Publications

« “Le Musée de la littérature” de l’Exposition internationale de Paris en 1937 : une nouvelle forme d’accès à la littérature » (2007)
« La deuxième génération des maisons d’écrivain en France » (2007)
« Les activités artistiques contemporaines dans le monument historique : le cas de ACCR en France » (2010)
« L’itinéraire littéraire en France » (2010)
« La représentation de la mémoire de guerre au musée : une étude de cas des mémoriaux français de la Grande Guerre » (2013)


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 26 janvier 2017

    […] de l’InTRu a le plaisir d’accueillir à nouveau, en 2017, un chercheur coréen, après la venue de M. Jeong-Houn Son en 2014. Notre professeur invité est, cette année, M. Sanghoon Kang, architecte et historien de […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.