Conférence à la fondation Napoléon – le Maréchal Berthier et Chambord

alex.berthierTimothée Bartkowiak-Bouvet, doctorante à l’INTRU, fera une conférence le 21 octobre prochain à la fondation Napolélon, à Paris, sur les rapports entre le maréchal d’Empire Berthier et le château de Chambord, intitulée « Le Maréchal Berthier et Chambord : vers une mise en place de la restauration architecturale appliquée à un château sous l’Empire? »

Cette intervention s’inscrit dans le cadre du bicentenaire de la mort du maréchal Berthier, et se déroule à la fondation Napoléon, espace Gourgaud, 7 rue geoffroy Saint-Hilaire, 75005 Paris.

 

S’attaquer à l’histoire de Chambord comme propriété du Maréchal Louis-Alexandre Berthier (1753-1815) revient à parler d’un pan de l’Histoire qui reste encore méconnu du point de vue des travaux de restauration et d’entretien du dit château.

Joyau de l’architecture Renaissance, chef-d’œuvre d’architecture dont la construction remonte à 1519, il est presque inutile de présenter l’objet d’étude en lui-même. Cependant, il est commode de contextualiser la possession du château par Louis-Alexandre Berthier.

Après avoir subi un détachement de la dotation de la Légion d’honneur puis une réunion au domaine de la Couronne, le château et son domaine sont offerts à Berthier en 1809, pour le remercier de ses états de services, sans oublier la rente de 500 000 francs. Napoléon lui offre ainsi la « principauté de Wagram », élevée au titre des majorats. L’Etat reste malgré tout propriétaire de Chambord, quant à Berthier, il lui est réservé de jouir de l’usufruit, ce qui revient à contraindre le Maréchal à entretenir et restaurer le château ainsi que le domaine qui lui est attaché. Il est ici question de s’arrêter sur l’histoire des travaux réalisés sur le château de Chambord afin de juger en quoi il s’agit d’un chantier titanesque auquel souhaitait s’atteler, le Maréchal Berthier et dans quelle mesure celui-ci a permis de remettre en état la demeure royale dont hérite Berthier, marque de la dignité atteinte par le fidèle compagnon de Napoléon. Est-ce un projet illusoire imaginé par Berthier ou plutôt une réalisation envisageable financièrement pour ce maréchal d’Empire élevé au rang de « prince de Wagram » ?

Les comptes de la famille Berthier conservés nous permettent de juger de l’état des travaux réalisés au château ainsi que dans le domaine de Chambord. En effet, il apparaît très vite que priorité est largement donnée à l’entretien et à la remise en état des fermes du domaine, ainsi que des maisons du village et que le château reste plutôt une préoccupation secondaire. Ce dernier est entre 1809 et jusqu’à la mort du Maréchal en juin 1815, entretenu et remis en état afin que le Maréchal puisse y résider, ce qu’il ne fera qu’une seule fois, pour une partie de chasse. Néanmoins, les travaux entrepris dans le château sont bien documentés, qui plus est, nous possédons des plans d’époque qui appuient notre propos. Cette communication est donc l’occasion de présenter l’état de la recherche en cours sur la période comprise entre 1809 et 1815, en l’étendant en guise de conclusion et mise en perspective vers 1819/1820 pour le château de Chambord, mais aussi de faire des passerelles avec le château de Grosbois, l’autre château français de Louis-Alexandre Berthier.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *