Soutenance de thèse d’Audrey Jeanroy

Le vendredi 22 janvier, de 14h00 à 19h00, aura lieu salle des Actes (203, site Tanneurs) la soutenance d’Audrey Jeanroy, doctorante sous la direction de Jean-Baptiste Minnaert devant un jury composé de :

M. ANDRIEUX Jean-Yves, professeur d’histoire de l’art contemporain, université Paris-Sorbonne, Paris
M. BELTRAN Alain, directeur de recherche au CNRS
M. MINNAERT Jean-Baptiste, professeur d’histoire de l’art contemporain, université François-Rabelais, Tours
M. TEXIER Simon, professeur d’histoire de l’art contemporain, université Picardie-Jules Verne, Amiens
M. WAT Pierre, professeur d’histoire de l’art contemporain, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Paris

Claude Parent

Église Sainte-Bernadette du Banlay, Nevers, vers 1966, détail
Paris, MNAM/CCI, BK

Claude Parent, architecture et expérimentation, 1942-1996 :

 

Itinéraire, discours et champ d’action d’un architecte créateur en quête de mouvement

 

 

Consacrer une recherche monographique à un architecte vivant est un exercice d’autant plus ardu que Claude Parent (né en 1923) œuvra à se mettre en scène, autant dans son travail qu’à travers son activité de critique. Le regard historien le plus détaché ne peut être totalement neutre face à des réalisations souvent peu patinées par la mémoire, bien que parfois déjà patrimonialisées. C’est peut-être le moins volontaire des paradoxes que Claude Parent aima à construire autour de sa personne. À travers ses très nombreux écrits, il se construit un personnage de scandale et, pour cela, s’est tôt présenté comme marginalisé par la profession. Il se revendiqua néanmoins « homme de chantier », humble devant la force de l’acte architectural. Cette étude se situe dans le genre consacré de la monographie. Celui-ce est cependant revisité par un croisement avec l’étude des acteurs de la profession d’architecte à l’époque où Claude Parent en débat publiquement, avec l’analyse des structures de maîtrise d’ouvrage et de maîtrise d’œuvre, et avec l’étude des politiques d’urbanisme dans lesquelles l’architecte inscrit ses réalisations autant que ses spéculations théoriques. Cette recherche s’attarde aussi sur la complexité des rapports normatifs que la critique architecturale entretient avec les pratiques projectuelles et constructives. Claude Parent s’étant pensé autant en architecte qu’en homme de médias, sa stature professionnelle et publique composite, ainsi que son regard sur l’époque, non moins complexe, éclairent particulièrement bien les décennies 1950-1990, encore peu étudiées en histoire de l’architecture.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.