Expo-action « Tailleurs d’images » au 6b

Raphaële Bertho organise avec le collectif Tailleurs d’images une expo-action au 6b du 5 au 17 novembre 2018.

A cette occasion seront présentés notamment les travaux photographiques menés sur le territoire du Grand Paris avec les Sismo-graphes.

Le collectif Tailleurs d’images

Tailleurs d’images est un collectif fondé à l’initiative de William Gaye et Pierre Rabardel en 2017. Il réunit des artistes, des chercheurs et des spécialistes des expositions qui réfléchissent ensemble à de nouvelles opportunités pour permettre au public de rencontrer l’art, les artistes et les oeuvres. Des formes accessibles à chacun, quelles que soient sa culture d’origine, ses références et préférences. C’est ainsi qu’au long des journées de travail collectif une forme nouvelle a été conçue : l’exposition-action. C’est cette forme qui verra le jour au 6b pour la première fois en novembre 2018, puis en septembre 2019 enrichie de l’expérience de la première édition. Enfin, l’ensemble donnera lieu à un colloque international à la Maison des Sciences de l’Homme Paris Nord fin 2020.

Les Tailleurs d’images sont: Anne Bationo-Tillon, Alain Bernadini, Raphaële Bertho, Loïce Chambon, William Gaye, Arno Gisinger, Claire Kueny, Karim Lamine, Hadrien Picot, Pierre Rabardel.

Vue de l’installation proposée par Polysémique dans le cadre de l’expo-action.

Qu’est-ce qu’une expo-action?

Une installation entièrement organisée autour et pour les visiteurs venus rencontrer des artistes et leurs œuvres. Un projet de territoire où chacun peut venir et trouver une place légitime. Un espace de vie où arts et cultures riment avec accueil, partage et rencontre. Un lieu où ce que vous apporterez sera le bienvenu, votre culture d’ailleurs et d’ici, vos gestes et vos idées, vos préférences, vos gourmandises.
La contemplation ne sera pas la seule façon de rencontrer les œuvres. Bien d’autres possibilités seront offertes, que vous soyez seul ou avec d’autres. Toutes les œuvres pourront, sans exception, être « activées » par qui le souhaitera. Chaque jour un ou plusieurs artistes vous accueillerons et dialoguerons avec vous face aux œuvres ou en partageant un thé ou ce que vous apporterez.

Voir le dossier de presse de l’exposition.


Les Sismo-graphes et le Grand Paris

Extrait de l’ouvrage en cour « La Ville sédimentaire – Epicentre #1 » par les Sismographes

En 2007, l’annonce de la naissance d’un Grand Paris est une secousse de taille dans une histoire fondée sur la confrontation de deux polarités puissantes et apparemment irréconciliables : la capitale et la banlieue.

Comment se défaire de la force centripète de la capitale parisienne pour la voir en grand ? Comment décoloniser un imaginaire fondé sur une idéologie de l’extension depuis plusieurs siècles ?

Voilà dix ans que chercheurs, artistes, aménageurs, architectes, urbanistes, élus et citoyens s’interrogent sur la forme de cette métropole déjà-là et encore à venir.

En 2017, onze photographes décident de prendre le pouls de ce territoire qui se cherche encore. Ils arpentent ses reliefs, attentifs aux traces laissées par les mouvements tectoniques à l’œuvre dans les pratiques, les aménagements ou l’imaginaire. Ils se font sismographes de ces transformations, parfois brutales, parfois plus lentes.

Car en changeant d’échelle, le Grand Paris change intrinsèquement de nature et la ville laisse place à l’ « après-ville », à une condition urbaine considérée comme informe et infigurable. Il s’agit donc de s’atteler à la tâche de parcourir ces territoires, ces lieux, ces histoires pour en proposer un récit visuel renouvelé.

 Une impulsion qui s’accompagne immédiatement d’une évidence : l’invention d’une nouvelle poétique de l’expérience exige de changer les termes même de cette expérience. Laissant de côté la posture de l’auteur solitaire, les photographes choisissent de travailler en communauté à la recherche de cet « en-commun » grand parisien. Les déambulations urbaines et imaginaires ne suivent pas le tracé d’un itinéraire guidé par l’expertise des lieux ou l’inventaire des sites. Ils se fient aux tremblements ressentis ensemble sur le terrain, moments rares où ces artistes aux parcours parfois divergents se retrouvent dans un même intérêt, où leurs regards convergent. Ainsi se déterminent les épicentres du Grand Paris proposés ici, lieux à la fois singuliers et communs. Marqués par leurs situations géographiques, historiques, politiques particulières, ils acquièrent une dimension métaphorique et incarnent chacun un des versants de l’ « après-ville » émergente.

Au 6b, ils dévoilent leur premier « Epicentre » intitulé la Ville sédimentaire, situé sur l’autre rive du canal. L’ouvrage encore « en travail » est déployé sur les cimaises, et tout un chacun est invité à construire son propre récit photographique à partie des éclats de territoire minutieusement prélevés par les sismographes.

Les sismographes sont: Julie Balagué, Raphaële Bertho, Emmanuelle Blanc, Julie Bourges, Pierre-Yves Brunaud, Claire Cocano, Eric Flogny, Eric Garault, Marie Genel, Florence Joubert, Laure Letinois, Xavier Schwebel et Laurent Villeret.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.