Journée d’étude Archéologie et tourisme en Méditerranée, XIXe-XXe siècles, Jeudi 9 février 2012, l’Institut de Recherche sur le Maghreb Contemporain de Tunis

Journée d’étude organisée à l’Institut de Recherche sur le Maghreb Contemporain de Tunis par :
Myriam BACHA, laboratoire InTRu (EA 2527, université F. Rabelais, Tours ;
Colette ZYTNICKI, laboratoire FRAMESPA (UMR 5136), université Toulouse-Le Mirail ;
Charlotte JELIDI, Institut de Recherche sur le Maghreb Contemporain (IRMC), Tunis (USR 3077) ;
Stéphane MICHONNEAU, Casa de Velázquez de Madrid.
Habib KAZDAGHLI, Université des Lettres, des Arts et des Humanités de La Manouba, Tunis.

 

ARGUMENTAIRE

Les relations entre voyageurs et ruines de l’Antiquité, qui prennent leur source au XVe siècle, connaissent un essor remarquable au XVIIIe siècle avec le Grand Tour, pratique de voyage d’une élite cultivée consistant à parcourir de hauts-lieux historiques, artistiques, voire naturels dans le but de compléter sur le terrain une culture littéraire classique . De cette pratique de confrontation concrète des grands récits classiques aux ruines des cités grecques ou romaines, date le rapport étroit entre le voyageur et le site antique . Ces liens entre voyageurs et sites antiques se trouvent renforcés par le développement de la discipline « archéologie » dont les principes fondateurs sont posés par le comte de Caylus (1692-1765) et par J. J. Winckelmann (1717-1768) .
Si, en Europe, le voyageur retrouve dans les témoignages du passé les origines de la nation, on peut se demander ce qu’il recherche quand il traverse la Méditerranée pour découvrir les antiquités romaines et puniques du Maghreb ? Nourris d’un imaginaire et de mythes alimentés par la lecture d’auteurs classiques, les voyageurs se rendant par exemple à Carthage, viennent à la rencontre de la cité ayant mis Rome en échec pendant plusieurs années .Toutefois, si, comme le démontre Denise Brahimi , les voyageurs du XVIIIe siècle développent des pratiques qui seront reprises par les futurs touristes (visite de sites selon des circuits qui se pérenniseront dans le temps, achat d’antiquités, etc.), on peut légitimement se demander comment le rapport du voyageur / touriste aux vestiges de l’Antiquité a évolué de l’époque précoloniale, à la période coloniale et postcoloniale. Répond-il aux mêmes objectifs de confortation d’une culture classique livresque, ou encore à la volonté de découvrir un passé mythique sublimé ? Car entre le siècle des Lumières et le nôtre, le contexte dans lequel se découvrent les antiquités n’a cessé d‘évoluer : les ruines anciennes sont ainsi passées dans les mains d’une puissance coloniale qui les a exploitées le plus souvent au service de sa gloire avant de passer sous la tutelle d’États indépendants. Dans le même temps, le statut de voyageur a été bouleversé : voyageur éclairé et isolé, il cède la place au touriste bourgeois du XIXe siècle avant de s’effacer devant la figure du client du Tour Operateur. Et le tourisme lui-même, réservé à quelques privilégiés, développé outre-Méditerranée par les milieux d’affaires puis les autorités politiques au temps colonial, est devenu une activité de masse, génératrice de flux importants, une véritable industrie, sur laquelle repose, en large partie, le sort de certains pays du sud de la Méditerranée. Quelles lectures et quels usages de l’Antiquité, on a pu faire au cours de ces trois moments de l’histoire des pays du Maghreb ?

Dans le prolongement du programme de recherche lancé sur le tourisme au Maghreb par des chercheurs du laboratoire FRAMESPA de l’université de Toulouse-Le Mirail, et du laboratoire Patrimoine de l’Université de Tunis-La Manouba, la journée organisée sur le tourisme et l’archéologie au Maghreb à l’époque coloniale et postcoloniale, entend développer les thématiques ouvertes depuis quelques années en associant des chercheurs de de l’IRMC de Tunis, de la Casa de Velasquez de Madrid, et de l’équipe de l’InTru de l’université de Tours. L’objectif est d’établir comment l’attrait pour l’Antiquité et ses ruines a joué un rôle dans la mise en tourisme du Maghreb, mais aussi de comprendre la place prise par les ruines antiques et l’archéologie dans le développement touristique du Maghreb.

Le rôle des amateurs et des professionnels de l’archéologie
L’analyse des rôles respectifs des acteurs professionnels, des amateurs de l’archéologie ainsi que des sociétés savantes constitue une entrée heuristique d’importance pour aborder ces questions. Si le développement du tourisme en Afrique du Nord n’est pas le décalque du développement touristique en Europe , il s’avère que les initiatives de particuliers, d’associations et de sociétés savantes dans la mise en tourisme de sites antiques ont, des deux côtés de la Méditerranée, été déterminantes . Les particuliers, amateurs d’archéologie investis au Maghreb, ont joué un rôle fondamental dans la définition de projets touristiques s’appuyant sur les sites antiques, bien avant que les autorités officielles ne s’emparent de la question. Des personnalités telles que le Docteur Louis Carton, archéologue amateur, actif défenseur du patrimoine archéologique tunisien pendant la première moitié du protectorat, se sont avérées essentielles dans la mise en tourisme de sites antiques pendant le protectorat  L’étude de la mise en tourisme des sites archéologiques, qui a connu un début de développement dans le cas tunisien, gagnerait à être poursuivie dans les autres pays du Maghreb, le but étant d’établir si, de la même façon, les particuliers et les associations ont devancé les scientifiques dans la théorisation d’un tourisme archéologique.
L’articulation des initiatives privées et des initiatives publiques apparaît comme un thème central de la question du tourisme et de l’archéologie au Maghreb. Il est fondamental de revenir sur les motivations de ces différentes catégories d’acteurs qui ont participé à penser, à définir et à concrétiser l’organisation touristique des sites antiques maghrébins. Etudier le rôle de chaque partie permettra d’analyser les motivations des différents acteurs : étaient-elles d’ordre scientifique (sauver un site de la disparition en y faisant venir les touristes), idéologique voire politique (diffusion de l’idéologie coloniale de légitimation de l’entreprise coloniale, comme le montre Nabila Oulebsir  dans le cas de la mise en valeur des sites archéologiques algériens lors de la célébration du centenaire de la colonisation) ?

Comment l’argument touristique influence-t-il les pratiques des scientifiques ?
Si l’hypothèse de l’antériorité de l’action des amateurs se confirme pour l’ensemble du Maghreb, il serait intéressant d’étudier la façon dont l’argument du tourisme rejaillit sur les scientifiques (archéologues et administrateurs des monuments historiques) et sur leurs pratiques professionnelles. Comment l’intrusion de la problématique touristique dans l’archéologie influence-t-elle les scientifiques et leurs projets de mise en valeur des ruines sur le terrain et leurs choix de restauration. Les recherches ayant révélé que la création des premiers musées archéologiques du Maghreb était une entreprise d’abord scientifique, il faudrait se demander comment l’insertion de la problématique touristique dans cette sphère savante modifie la présentation des collections muséales et le discours élaboré à l’attention des visiteurs. Par ailleurs, la nécessité d’offrir aux touristes des sites esthétiquement attractifs a-t-elle entraîné des choix de restauration plus séduisants ? La pratique de l’anastylose a-t-elle davantage été privilégiée au fil du XXe siècle et dans quelles proportions : remontage de quelques éléments isolés ou reconstruction quasi intégrale de bâtiments ruinés ?

Comment l’argument touristique rejaillit-il sur les politiques officielles ?
Dès le début du XXe siècle, les autorités coloniales algériennes, marocaines et tunisiennes ont pris conscience que l’ensemble du patrimoine bâti, des cités antiques aux monuments et villes de l’époque islamique, constituaient un moyen d’attirer les touristes et donc un outil de développement économique. Ce paradigme a guidé de façon sous-jacente les choix politiques et économiques des autorités au pouvoir bien après les indépendances . C’est dans ce cadre que, dans les années 1960, la jeune République tunisienne sollicite l’UNESCO pour relancer une campagne de fouilles à Carthage et, surtout, pour mettre en valeur et aménager l’ensemble du site . Ce programme aboutit d’ailleurs au classement de Carthage sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO en 1979, sorte de consécration des ambitions touristiques et économiques de l’Etat. Toutefois, on peut se demander si, au moment où la Tunisie misait plutôt sur l’héliotropisme pour développer son activité touristique, la place accordée aux sites antiques dans la politique touristique n’était pas marginalisée par rapport à la période antérieure. Le discours porté par les autorités tunisiennes en charge du tourisme semblait en effet davantage mettre en valeur les plages ensoleillées plutôt que les sites antiques. La question du développement économique par le tourisme gagnerait à être développée dans une optique comparative entre les différents pays du Maghreb pour la période postcoloniale. Comment ces différents Etats ont investi dans l’archéologie et dans la mise en valeur de sites antiques, pour répondre à un projet de développement économique ?

Le point de vue des touristes : quelles valeurs attachées aux ruines de l’Antiquité ?
Evoquer le discours attaché aux ruines de l’Antiquité par les acteurs officiels pose la question de la réception par le touriste de ces valeurs insufflées d’en « haut ». Comment le touriste regarde-t-il et envisage-il les cités antiques qu’il visite ? Quel rapport intellectuel entretient-il avec ces ruines ? Quelle place accorde-t-il aux cités antiques dans son circuit par rapport aux villes islamiques et à sa quête « d’Orient » ? L’hypothèse selon laquelle les voyageurs du XXe siècle n’auraient pas les mêmes motivations que leurs prédécesseurs, issus de l’élite cultivée du XVIIIe et du XXe siècle, reste à confirmer. L’analyse des pratiques des hiverneurs du tournant du XIXe et du XXe siècle et de celles des touristes appartenant à des catégories plus populaires arrivant en plus grand nombre en Afrique du Nord à partir du milieu du XXe siècle et après les indépendances, apporterait des éléments pour répondre à ces questions. L’étude des habitus et des pratiques de voyage des différentes catégories de voyageurs, du début du XIXe à nos jours, de leur pérennisation ou, au contraire, de l’invention de nouveaux usages touristiques, pourrait être entreprise par le biais des récits de voyages, d’entretiens voire même des guides imprimés.

 

PROGRAMME

8h45 Accueil des participants

Séance sous la présidence de Stéphane Michonneau,
EHEHI, Casa de Velázquez, Madrid.

9h00-9h15 Présentation du programme et de la journée d’étude.

9h15-9h30 Introduction.
Myriam Bacha, laboratoire InTru, université F. Rabelais, Tours.

9h30-10h00 En quête de l’Antiquité : naissance du tourisme archéologique.
Ève Gran-Aymerich, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres.

10h00-10h30 Archéologie et tourisme au Maroc (XIXe siècle).
Enrique Gozalbes, universidad de Castilla-La Mancha.

10h30-10h45 Discussions.

10h45-11h00 Pause

11h00-11h30 Tourisme et patrimoine en Égypte : Louxor, un haut lieu disputé.
Sandrine Gamblin, université Française d’Egypte.

11h30-12h00 Des villes d’or à Cyrène : la perception des ruines chez Louis Bertrand.
Jacques Alexandropoulos, laboratoire PLH, université Toulouse Le Mirail.

12h00-12h30 Diagnostic de l’archéologie algérienne après l’indépendance.
Nedjma Serradj, Institut d’archéologie, université d’Alger 2 Bouzareah.

12h30-12h45 Discussions

12h45-14h30 Déjeuner

APRES-MIDI

Séance sous la présidence d’Habib Kazdaghli,
faculté des Lettres, des Arts et des Humanités de La Manouba, Tunis.

14h30-15h00 La vulgarisation du savoir comme invitation au tourisme archéologique en Tunisie, au tournant du XXe siècle.
Houcine Jaïdi, faculté des Sciences Humaines et Sociales de Tunis.

15h00-15h30 Amateurs, associations et sociétés savantes, actifs promoteurs du tourisme culturel en Tunisie, tournant XIXe-XXe siècles.
Myriam Bacha, laboratoire InTRu, université François Rabelais de Tours.

15h30-16h00 Querelles autour de la réutilisation du théâtre de Carthage pour des spectacles contemporains.
Christian Landes, Musée d’archéologie nationale, Saint-Germain en Laye.

16h00-16h15 Discussions

16h15-16h30 Pause

16h30-17h00 Regards de femmes sur la ville de Didon : le Comité des Dames Amies de Carthage (1920-1924).
Antonella Mezzolani, Istituto Italiano per l’Africa e l’Oriente.

17h00-17h30 Les installations hydrauliques antiques et le tourisme en Tunisie coloniale. Jean Coignet, itinéraire d’un pionnier.
Lassaad Dandani, laboratoire Régions et Ressources Patrimoniales en Tunisie, faculté des Lettres, des Arts et des Humanités de La Manouba.

17h30-17h45 Discussions

17h45-18h15 Conclusions
Colette Zytnicki, laboratoire FRAMESPA, université Toulouse le Mirail.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.