Appel à communication “Les formes visuelles du collectif XIXe-XXIe siècles” 7-8 novembre 2019

Appel à communication pour le colloque “Les formes visuelles du collectif, XIXe-XXIe siècles” organisé par le laboratoire InTRu à Tours les 7 et 8 novembre 2019 en partenariat avec le Jeu de Paume.

La Liberté guidant le peuple… rhabillée en “gilet jaune”. Capture d’écran du groupe Facebook “Gilet jaune” © Sebastien Fevrier

Comité d’organisation
Raphaële Bertho (MCF Histoire de l’art, Tours/Intru), 
Cécile Boulaire (MCF HDR Littérature, Tours/Intru)
Louis Boulet (Doctorant Histoire de l’Art et Philosophie, UQAM/Intru)
Laurent Gerbier (MCF HDR Philosophie, Tours / Intru)
Margot Renard (Docteur Histoire de l’Art, Intru et LARHRA)

Comité scientifique : 
Alain Bonnet (PR Histoire de l’art, Université de Bourgogne/Centre George Chevrier)
Laurent Cailly (MCF géographie, Université de Tours/CITERES) 
Vincent Lavoie (PR Histoire de l’art, UQAM)
Eric de Chassey (PR Histoire de l’art, Directeur de l’Institut National d’Histoire de l’Art)
Delphine Robic-Diaz (MCF histoire du cinéma, Université de Tours/Intru)


« Un des conflits les plus profonds inhérent au modernisme :
celui de la dialectique historique entre l’autonomie individuelle et la représentation d’un collectif à travers des constructions visuelles. »
[1]

Des peintures d’histoire du XIXe siècle jusqu’aux grandes productions cinématographiques contemporaines, les œuvres visuelles ont constamment tendance à traiter des actions, des émotions ou des événements collectifs en les incarnant dans une figure individuelle qui les emblématise. Cette stratégie a prouvé sa très grande efficacité, du point de vue visuel et du point de vue narratif ; cependant, elle a pour conséquence la rareté des formes visuelles du collectif comme tel. Plus difficile à représenter et peut-être aussi plus difficile à lire, le « collectif » est cependant un thème constant des représentations et des narrations visuelles contemporaines : peuples, masses, foules,multitudes, groupes, classes traversent l’histoire du monde contemporain en ne cessant d’y reposer le problème de l’existence d’un sujet collectif, rendant ainsi aigu et passionnant celui de sa figuration.

Comment est-il possible de donner une forme visuelle au collectif sans le transformer en masse anonyme et sans le réduire à un individu qui simultanément l’emblématise et l’abolit ? Comment affronter visuellement la polyphonie de la multitude ? La ville constitue de toute évidence un des cadres dans lesquels ces questions prennent tout leur sens : lieu même où se concentrent et se croisent les multitudes, la ville fait l’objet de traitements narratifs et visuels qui ont constamment affronté le problème des figurations du collectif dans sa diversité, du Paris de Victor Hugo à la série télévisée The Wire (2002-2008)[2] en passant par le Sin City de Frank Miller (1991-2000) ou les Chroniques de Jérusalem de Guy Delisle (2011)[3],œuvres dans lesquelles la ville s’érige en personnage de fiction à part entière.

D’autre part,la question de la représentation du collectif touche aussi celle des valeurs,des perceptions et des idées collectives qui le traversent :représentations collectives, au sens exprimé par Émile Durkheim[4],les « formes du collectif » prennent alors un sens directement politique et affrontent la question même de ce qui nous unit et de ce qui nous distingue[5] :ainsi, dans l’exposition The Family of Man (1955), Edward Steichen construit, à partir de nombreuses images, une définition de « la grande famille des hommes » très marquée par l’idéologie humaniste. Or, à l’heure de l’urgence écologique et de la transversalité des problèmes géopolitiques, la représentation de notre appartenance à une communauté qui s’élève à l’échelle de l’humanité toute entière est peut-être une des plus actuelles que l’on puisse concevoir.

Enfin, la question de l’identité se pose aussi à propos des représentations de la contestation collective, de la révolution et de la guerre, qui appellent particulièrement une iconographie du pluriel. De La Liberté guidant le Peuple (1830) de Delacroix aux représentations du corps collectif des combattants que propose Horace Vernet,une topique de la figure collective se construit qui connaîtra avec la première guerre mondiale un basculement fondamental, dont témoignent entre autres les œuvres de Fernand Léger ou d’Otto Dix. Plus proche de nous, la multiplication des luttes pour la reconnaissance des identités culturelles, ethniques ou sexuelles offrent un terrain nouveau aux réflexions sur la figuration du collectif comme force politique[6] : le film Black Panther (2018) a par exemple été reçu par une grande partie du public comme un outil d’empowerment de la cause noire dans le sillon notamment du mouvement Black Lives Matter. Il faut alors se poser la question de la place du visuel dans ces luttes, et de son instrumentalisation politique dans la constitution symbolique d’un collectif.       

Le colloque s’attachera à traiter des formes visuelles du collectif à travers tous les médiums visuels du XIXe au XXIe siècle, avec une attention particulière (mais non exclusive) pour les thèmes suivants :

  • Le collectif dans la ville et la ville comme collectif.
  • La représentation visuelle de l’identité collective.
  • La tension entre les exigences narratives et le collectif.
  • La représentation du collectif en conflit (révolution, guerre, contestation, revendication).
  • Les formes visuelles du collectif dans leur lien avec l’engagement politique.

Les propositions de communications de 2000 signes, assorties d’une courte bio-bibliographie de 500 signes, sont à envoyer à : margot.renard@univ-tours.fr

Date limite d’envoi des propositions : 15 mars 2019

Retour aux participants : 15 avril 2019

Les organisateurs informent les intervenants que leurs frais de mission ne seront pas pris en charge, et les invite donc à se rapprocher de leur laboratoire ou université de rattachement.


[1] « […] one of the most profound conflicts inherent in modernism itself: that of the historical dialectic between individual autonomy and the representation of a collectivity through visual constructs », Benjamin Buchloch, « From Faktura to Factography », October, n° 30, 1984, p.114. Nous traduisons. L’auteur évoque ici la transformation du modernisme soviétique de Lissitkzy ou Rodchenko en arme de propagande massive.

[2] Voir par exemple l’analyse d’Antoine Faure, « ‘The Wire’ : le fil d’Ariane sociologique de la complexité urbaine américaine », Nuevo Mundo Mundos Nuevos, 2009, http://journals.openedition.org/nuevomundo/55671, consulté le 25 août 2018. L’auteur y décrit comment le « héros Baltimore » est constitué par la multitude.

[3] Ces questions ont été explorées par Denis Mellier dans« From Hell to Sin city : imaginaires urbains et signatures figuratives dans le roman graphique contemporain », dans Hélène Menegaldo ; Gilles Menegaldo, Les imaginaires de la ville, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, coll. Interférences, 2007, p. 401-416.

[4] Voir notamment Les Formes élémentaires de la vie religieuse (1912), Paris, PUF, 2013.

[5] Le philosophe controversé Carl Schmitt fait même de l’opposition ami/ennemi le fondement de la politique. Voir La notion de politique ; Théorie du partisan, Paris, Flammarion, 2009 (1932 et 1962).

[6] Ce sujet a fait l’objet d’un colloque à l’EHESS en 2007,organisé par l’EHESS, le CADIS et l’INA, « Représenter les minorités : visibilité, reconnaissance, et politique des représentations ». C

English version below :

Call for papers. The visual forms of the collective, 19th-21st centuries

InTRu Lab (Tours)

7-8 November 2019

« […] one of the most profound conflicts inherent in modernism itself: that of the historical dialectic between individual autonomy and the representation of a collectivity through visual constructs »[1]

            From 19th century history painting to the contemporary cinematographic super-productions, visual works have a consistent tendency to deal with collective actions, emotions and events, by embodying them and emblematizing them in a single character.

This strategy has proven its great efficiency, both from the visual and the narrative perspectives; nevertheless, it induces very few visual forms of the collective in itself.

More difficult to represent, and maybe tougher to read, the « collective » is, however, a constant topic of contemporary visual representations and narrations. Peoples, masses, crowds, multitudes, groups, classes, through their importance in the world’s contemporary history, never cease to question of the existence of a collective subject, thus making its reprensentation an urgent and captivating issue.

            How can the collective be given a visual form without it being transformed into an anonymous mass? And without it being reduced to a single individual who would simultaneously represent it and erase it ?

How can we render the polyphony of the multitude on a visual level? The city is a frame in which those questions make sense : as the very place where crowds gather and cross paths, the city is an issue for visual and prose narratives in that they have to deal with the representation of the multitudes’ diversity, whether it be in Victor Hugo’s Paris or in the TV show The Wire (2002-2008), Frank Miller’s Sin City (1991-2000), or Guy Delisle’s Chroniques de Jérusalem (2011) – in all these works, the city emerges as a full-fledged fictional character.

Moreover, the representation of the collective also raises issues regarding the representation of the collective values, perceptions and ideas through it: collective representations, as Emile Durkheim defined them, are « forms of the collective » and, as such, carry political meanings and adress the critical issue of what gathers and distinguishes us[2]. Thus Edward Steichen in the exhibition The Family of Man (1955), through a collection of various images, shapes a definition of the « great family of men », drawn by the humanist ideology. Yet, at a time of ecological urgency and shared geopolitical issues, the representation of our common belonging to humanity might be a matter of outmost relevance.

Finally, one might raise the issue of identity in representations of collective protests, revolutions, or wars, which call for an iconography of plurality. From Eugène Delacroix’s La Liberté guidant le peuple (1830) to the representations of the collective body of the soldiers given by Horace Vernet, a topical figure of the collective emerges. After the First World War, this pattern undergoes a strong shift, witnessed in the works of Fernand Léger and Otto Dix. Closer to us, the growth of the fight for the acknowledgment of cultural, ethnical and sexual identities leaves room for new reflections on representation of the collective as a political force[3]: for instance, the film Black Panther (2018) has been received by a large part of its audience as an empowering medium for Black people, following the steps of the Black Lives Matter movement’s mediatic impact. Therefore, we need to question the place and role of the visual in these struggles, and its political use in the symbolic shaping of a collective.

The symposium will deal with all visual medias from the 19th to the 21st centuries, and all visual forms of the collective. We will particularly, but non-exclusively focus on the following themes:

  • The collective in the city and the city as a collective.
  • The visual representation of collective identities
  • The tension between the narrative requirements and the collective.
  • The representation of the collective in conflict (revolutions, wars, demonstrations, protests).
  • The visual forms of the collective inasmuch as they imply a political commitment.

[1] Benjamin Buchloch, « From Faktura to Factography », October, n. 30, 1984, p.114. The author adresses the transformation of Lissitkzy’s or Rodchenko’s Soviet modernism into a massive weapon of propaganda.

[2] The controversial philosopher Carl Schmitt even deems the antagonism between friend and enemy to be the foundation of politics. See Schmitt, The Concept of the Political (1932) and Theory of the Partisan (1962).

[3] This issue has been the theme of a symposium of the EHESS in 2007, organized by the EHESS, the CADIS and the INA, entitled “Représenter les minorités : visibilité, reconnaissance, et politique des représentations”.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.