L’InTRu associé au projet RITA – Recherche en images : Tours archéologique

Le laboratoire InTRu est associé au programme RITA – Recherches en images – Tours archéologique – financé par la région Centre-Val de Loire, dans le cadre de son APR IR 2018. Il s’appuie sur les compétences du Laboratoire Archéologie et Territoires (LAT) de l’UMR CITERES pour les domaines de l’archéologie urbaine et des techniques informatiques appliquées à l’archéologie, sur celles du laboratoire InTRu pour les domaines de la culture visuelle et de l’urbanisme. RITA a également le soutien financier, scientifique et technique de l’Institut national de recherches archéologiques préventives (INRAP), enfin celui de la Ville de Tours et de partenaires du département d’Indre-et-Loire et de la région Centre-Val de Loire. Tous voient dans ce projet l’opportunité de construire de nouveaux processus de travail et un outil commun autour du patrimoine.

Le programme RITA a pour objectif d’enrichir les connaissances sur l’archéologie et le bâti disparu de la ville de Tours à travers ses représentations dans les archives photographiques. Cette documentation visuelle ancienne constitue en effet aujourd’hui une source d’information majeure pour la recherche archéologique et plus largement pour l’étude du patrimoine urbain. Dans une ville comme Tours, marquée par les sinistres de la Seconde Guerre mondiale et de nombreux réaménagements, confronter les traces archéologiques conservées de manière parfois ténues aux archives photographiques pourrait permettre de porter un nouveau regard sur son passé. C’est d’ailleurs une des finalités du projet que de proposer aux habitants et touristes une exposition, des récits et des outils qui leur permettent de s’approprier une histoire de la ville.

Pour parvenir à ses objectifs, le projet fait intervenir les nouvelles technologies numériques en élaborant une plateforme numérique interinstitutionnelle, à destination des chercheurs et de tous les publics, qui permette la mise en ligne d’un corpus d’images patrimoniales physiquement dispersées. Les dernières avancées en matière d’indexation, de géolocalisation et d’exposition d’archives numérisées seront mises en œuvre. Les préceptes de pérennité et d’interopérabilité des données (principes FAIR) seront suivis pour des ambitions de partage et de préservation des données.


Le programme se déroule sur deux années, en 2019 et 2020. Il a débuté  avec la tenue d’un séminaire sur « Les archives photographiques et la recherche archéologique ». Les objectifs scientifiques (recherche, publications, séminaires) autour de l’analyse du corpus d’archives photographiques seront complétés par des actions de valorisation (expositions physiques et virtuelles, outils pédagogiques, application mobile) conçues pour le grand public. Il s’agira d’exploiter et de valoriser les fonds patrimoniaux de la région notamment, et de favoriser leur appropriation par les acteurs de la recherche et la population.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.