« Le signe et la peau » – Résidence d’Alban Lécuyer à l’Intru et au CAUE Touraine

Dans la suite de journée organisée à Tours en janvier 2017 à l’occasion du colloque France, Face et Profil, le photographe Alban Lécuyer a bénéficié en novembre 2018 d’une résidence artistique d’une semaine coordonnée par le laboratoire Intru et le
Conseil d’architecture, d’urbanisme et de l’environnement de Touraine. Celle-ci correspond à la première rencontre de l’artiste avec le territoire du département d’Indre-et-Loire où il reviendra au cours de l’année 2019 pour une seconde semaine de résidence.

Du 5 au 10 novembre 2018, Alban Lécuyer a donc été reçu au sein des locaux du CAUE Touraine, à la rencontre des pratiques professionnelles de cet organisme investi d’une mission d’intérêt public qui a pour objectif de promouvoir la qualité de l’architecture, de l’urbanisme et de l’environnement dans le territoire départemental.  A cette occasion, il a lui-même présenter son travail d’auteur à l’occasion de l’atelier de lecture de planche organisé par le laboratoire Intru. A l’issu de cette première semaine de résidence, Alban Lécuyer nous livre son regard sur le travail d’invention du territoire, au croisement du corps et de l’espace, des pratiques et des imaginaires dans une série intitulée Le signe et la peau.

LE SIGNE ET LA PEAU

par Alban Lécuyer

Saule pleureur (salix babylonica)
Vue aérienne de Parçay-Meslay (échelle 1_7500e)

« Plein de mérites, mais en poète, l’homme habite sur cette terre. »
En bleu adorable, Friedrich Hölderlin

En modifiant le paysage, les politiques d’aménagement du territoire redéfinissent notre rapport à l’espace vécu. Ce qui est à l’œuvre, c’est un dépaysement involontaire, une invention lointaine et sibylline de nos géographies domestiques. Réalisé dans le périmètre d’intervention du CAUE Touraine, Le signe et la peau explore la dimension transcendantale qui préside à la conformation d’un territoire, à la recherche de l’esprit des lieux et des manifestations tacites de sa présence dans le paysage. En convoquant les figures qui peuplent l’imaginaire de la projection architecturale – des stéréotypes féminins et masculins issus de banques d’images en ligne –, ce récit allégorique interroge les mimétismes mystérieux qui relient l’individu à la forme de son habitat. Le signe, c’est la carte et l’échelle, un motif, un ésotérisme. C’est une esthétique de la transparence et du calque, de la distance au réel – une incantation. La peau, c’est la texture humaine qui peuple les maquettes virtuelles des architectes et des urbanistes. C’est l’éventualité d’une occupation des lieux, une empreinte – une incarnation. Ainsi recadrés et portraitisés, ces personnages hors-sol portent les charges affectives, mythologiques ou intuitives d’une nature ritualisée, amorçant l’idée d’une colonisation des corps par leur environnement.

Phragmitaie, étang d’Assay
Etude de voie verte de Chinon à Richelieu (saules pleureurs, étang d’Assay)
Saule blanc (salix alba), plan de Tours et de son agglomération (échelle 112500e)
Résidence du Lac, quartier des Rives du Cher à Tours
Projet de réhabilitation de l’église Saint-Pierre de Parçay-Meslay
Atlas des paysages d’Indre-et-Loire (Le Richelais) #1
L’Ile-Bouchard (saules pleureurs, Île Macchabée)
Croquis sur plan
Etude de voie verte de Chinon à Richelieu (Bois des Ravognes)
Atlas des paysages d’Indre-et-Loire (Le Richelais) #2
Proposition d’aménagement des espaces de liberté au collège Stalingrad de Saint-Pierre-des-Corps
Etude de la maîtrise du débit et de l’écoulement des eaux pluviales à Francueil
Mairie de Parçay-Meslay, salle du conseil municipal

Toutes les citations visuelles proviennent des travaux menés par les architectes et les paysagistes du CAUE et de l’Adac 37.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.