La résidence d’artiste de Marc-Antoine Mathieu (2010-2011)

Auteur de bandes dessinées et scénographe, Marc-Antoine Mathieu a été accueilli en résidence d’artiste à l’Université de Tours en 2010-2011. Organisée par le Service Culturel de l’Université, la résidence d’artiste a été pilotée par Laurent Gerbier pour l’InTRu. Retour sur une année de travaux, d’expositions, de rencontres et de conférences.

La résidence d’artiste de Marc-Antoine Mathieu a occupé toute une année universitaire, principalement construite autour d’un atelier animé par l’artiste auquel ont participé une vingtaine d’étudiants issus de toutes les filières de l’université (lettres, langues, sciences, droit, médecine). Consacré à au détournement d’images, l’atelier a élaboré au fil de ses dix-sept séances, d’octobre à avril, le matériau d’une exposition, Détournements, présentée au public en avril 2011 à l’Université de Tours. Le principe qui gouvernait ces travaux était simple : à partir d’une vaste collecte d’images de propagande ou de publicité, de catalogues et de magazines, de prospectus et de « publi-reportages », opérer le détournement de ces images en leur appliquant les instruments de la bande dessinée. Mises en séries, découpées, réarrangées, commentées de bulles, les images utilisées se trouvaient littéralement forcées dans le dispositif de la bande dessinée, qui brisait la fausse transparence de leurs énoncés, fragmentait leur monologue ripoliné, et les recomposait en mosaïques ironiques, absurdes, grinçantes, parfois glaçantes.

Affiche annonçant l’exposition (détail)

Pour célébrer l’ouverture de l’exposition, et parachever le geste de « retour à l’envoyeur » de ces images médiatiques, toutes les pièces de l’exposition, sous forme de tracts, d’affiches et d’autocollants, ont été placardées un peu partout dans l’Université et dans la ville de Tours, avec la complicité de la municipalité (des images de ce collage sauvage sont disponibles dans le port-folio mis en ligne par Marie Pétry, photographe qui, avec le soutien du Service Culturel, a accompagné toute la résidence). Les travaux de l’atelier, accompagnés de quelques textes d’introduction et d’analyse, ont ensuite été réunis dans un catalogue intitulé Retour à l’Envoyeur.

Marc-Antoine Mathieu, Super bonheur, Tours,
Service Culturel de l’Université de Tours, 2011, 24 p.

Édité par le Service Culturel, Retour à l’envoyeur était accompagné d’un fascicule de 24 pages, intitulé Super Bonheur, et réalisé par Marc-Antoine Mathieu à l’occasion de l’exposition (Super Bonheur et Retour à l’Envoyeur sont tous deux épuisés : on les trouve en bibliothèque, et on peut télécharger ci-dessous la couverture et l’introduction de Retour à l’Envoyeur).

Cependant, si l’atelier et ses productions ont bien constitué l’épine dorsale de la résidence d’artiste de Marc-Antoine Mathieu, elle ne s’y est pas limitée. Articulée à des interventions dans plusieurs cours de licence et de master, la résidence a également été liée au séminaire de méthode de l’InTRu qui, pour l’occasion, portait sur les iconotextes, et qui a vu intervenir certains invités de la résidence : en effet, autour de l’atelier, ont été organisées avec la complicité du Service Culturel six conférences publiques (avec des théoriciens et des historiens de la bande dessinée, comme Thierry Groensteen, Pierre Fresnault-Deruelle ou Thierry Smolderen, mais aussi avec des dessinateurs, comme Christopher, Étienne Lécroart ou François Ayroles), ainsi que deux projections publiques (d’abord, en décembre 2010, In Girum Imus Nocte et Consumimur Igni, de Guy Debord, puis en janvier une sélection de courts métrages de Valérie Mréjen).

Certains de ces invités ont à l’occasion de leur passage à Tours co-animé une séance de l’atelier avec Marc-Antoine Mathieu lui-même : c’est par exemple le cas de Thierry Groensteen ou d’Étienne Lécroart. Ce dernier, outre sa participation à l’atelier, a contribué d’une manière plus engagée encore à cette résidence, puisque l’Université de Tours a accueilli en février 2011 son exposition « Planches en vrac et à la découpe », créée à Angoulême peu avant, et qui devait ensuite rejoindre le festival de Bastia (voir la présentation de l’exposition sur le site web de la Cité de la Bande dessinée d’Angoulême).

Enfin, l’année de résidence s’est conclue sur un colloque international, organisé par Cécile Boulaire, Laurent Gerbier et France Nerlich : « Hybridations texte et image », qui s’est tenu du 11 au 13 mai 2011 (voir le programme), et dont les actes ont été publiés en 2014 dans la collection « Iconotextes » des PUFR (voir la présentation de l’ouvrage).

• Marie Pétry, photographe qui a suivi toute la résidence, a mis en ligne un port-folio qui retrace le travail de l’atelier, l’exposition, et l’affichage sauvage en ville.



Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.