Programme de recherche Tailleurs d’images 2019-2020

L’InTRu est associé au programme de recherche « Tailleurs d’images: Nouvelles voies d’expériences artistiques, quels espaces, quelles pratiques pour quels territoires ? » financé par la Maison des Sciences de l’Homme Paris Nord en collaboration avec les laboratoires EPHA (Esthétique, Pratique et Histoire des Arts – Laboratoire Arts des images et art contemporain) et Paragraphe de l’Université Paris 8 et en partenariat avec le 6b, Fabrique d’art et de culture (Saint-Denis).

Ce projet de recherche–action est porté par un collectif d’artistes, chercheurs et professionnels du monde de l’art. Il est issu du travail de réflexion et d’action mené par le groupe « Tailleurs d’images », initié par William Gaye et Pierre Rabardel en 2017 et qui s’est réuni en séminaire d’une
journée à cinq reprises. L’ensemble des contributions aux séminaires a fait l’objet d’une transcription et a donné lieu à une exposition de préfiguration au 6B en novembre 2018.

Ce projet vise à explorer et mettre en oeuvre des chemins inédits
d’expériences artistiques dans une perspective de recherche-action participative. Par expériences artistiques nous entendons des expérimentations proposées par des artistes qui elles-mêmes ont pour vocation de se propager, se partager et résonner à l’échelle du territoire. Il s’agit ici d’interroger le rôle social et politique de la création à travers la rencontre entre des habitants d’un territoire du nord-est parisien (les dionysiens, les habitants de Plaine commune), des associations de ce même territoire (par exemple des associations d’alphabétisation qui oeuvrent
auprès de migrants économiques et politiques qui ont une expérience vécue de la migration, des frontières), une institution artistique et culturelle (le 6B) par l’entremise de démarches artistiques et d’oeuvres d’art.

Son ancrage conceptuel dans le champ de l’ergonomie et de l’éducation populaire constitue une position novatrice dans le paysage des recherches sur la médiation culturelle, puisqu’elle s’attache à documenter l’activité réelle du maillage d’acteurs ainsi qu’à identifier les déterminants favorables et défavorables à la mise en espace, à la rencontre avec les oeuvres d’art. À ce titre, le projet s’inscrit dans la dynamique évolutive de la médiation culturelle qui, après s’être longtemps préoccupée de l’élargissement des publics, s’achemine vers une approche territoriale et citoyenne qui relie la dimension culturelle et artistique au développement des individus, des collectifs et du territoire dans une perspective d’éducation populaire où la circulation des hommes, des idées, des biens et des savoirs transforme les territoires.

Le projet poursuit une double finalité : la conception participative d’une exposition-action au 6B et à la MSH en 2019 ainsi que l’organisation d’un colloque scientifique international en 2020 à la MSH Paris Nord.

Avec le soutien de l’EUR Artec, le projet de recherche s’articule avec un dispositif pédagogique hybride (atelier-laboratoire) impliquant des étudiants de master ergonomie et photographie de l’université Paris 8 et d’histoire de l’art de l’Université de Tours.

Les membres de l’équipe du projet

Anne Bationo-Tillon, chercheure en ergonomie HDR associée au laboratoire Paragraphe -équipe C3U à l’université Paris 8.

Alain Bernardini, artiste plasticien, professeur associé (PAST) au département Photographie et Art contemporain à l’université Paris 8, juré de la commission du CNAP « La photographie documentaire contemporaine ».

Raphaële Bertho est maîtresse de conférences en Arts à l’Université de Tours et directrice du laboratoire InTRu (EA 6301). 

Loïc Chambon. Responsable des relations avec les artistes, de la coordination des expositions et des projets hors les murs au sein de la galerie d’art contemporain Michel Rein pendant dix ans, manager indépendant d’artistes plasticiens français et étrangers.

William Gaye, photographe, artiste plasticien, régisseur, Ingénieur chimiste. Scénographe pour la galerie du Leica Store Paris.

Arno Gisinger, artiste photographe et enseignant-chercheur (MCF) à l’Université Paris 8.

Claire Kueny, critique d’art et docteure en histoire et théorie de l’art. Enseignante contractuelle et membre de l’équipe de recherche EPHA à l’Université Paris 8. 

Karim Lamine, titulaire d’un Master 2 Arts et Sciences de l’art à l’université Paris I (2016). Artiste plasticien, il est régisseur technique de la Galerie Perrotin à Paris.

Hadrien Picot artiste plasticien, prépare un doctorat (Institut Acte, Paris 1 Panthéon Sorbonne).

Pierre Rabardel, Professeur des universités en retraite (ergonomie et psychologie), artiste plasticien, résident permanent au 6B à Saint-Denis.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.