Penser l’iconotexte de l’effondrement – Multitudes n° 76 – Bertho et Gerbier

Raphaële Bertho et Laurent Gerbier signent conjointement un article dans le n°76 de la revue Multitudes  au sein du dossier Est-il trop tard pour l’effonfrement? coordonné par Laurence Allard, Alexandre Monnin et Cyprien Tasset. Dans ce dossier les trois auteurs invitent à « décadrer et à recadrer la thématique de l’effondrement, popularisée et médiatisée par la théorie dite ‘collapsologie’, vers le plan des acteurs, des terrains, des temporalités, et des régimes d’énonciation. Nous appelons à documenter empiriquement ce que fait l’effondrement, et ce qu’en font celles et ceux à qui cette idée « fait » quelque chose. En effet, l’effondrisme pose la question des façons de se positionner non pas uniquement par rapport à une théorie, mais également par rapport à des expériences individuelles et collectives. Le dossier vise à comprendre comment la réception de la ‘collapsologie’ donne lieu à des jeux complexes entre désemparement et capacités d’agir. L’atterrissage sur un sol anthropocénique de plus en plus critique mérite une décisive discussion collective. L’hypothèse de cette majeure est que les expériences effondristes ont une valeur d’expérimentation à cet égard, notamment en créant un zone discursive et praxique où des cultures et des expériences politiques différentes sont amenées à se rencontrer et à collaborer ».

Dans leur article intitulé Penser l’iconotexte de l’effondrement: une image de l’imminence, Raphaële Bertho et Laurent Gerbier se demandent comment figurer visuellement les effets des bouleversements qui marquent notre entrée collective dans l’Anthropocène : comment saisir l’imminence de ces transformations, sans verser dans une forme de voyeurisme de la catastrophe qui, en se soumettant aux formes du spectaculaire, stérilise toute forme d’action efficace au lieu de la favoriser ? 

Ils évoquent alors des images devenues iconiques, comme celles des ours blancs faméliques.

En août 2015, la photographe Kerstin Langenberger poste sur son compte Facebook une photographie représentant un ours polaire décharné, malade et sale, visiblement moribond, sur une langue de glace à la dérive. Le cliché a été pris dans l’archipel de Svalbard, entre la Norvège et le Groenland. Dans le petit texte qui accompagne le cliché, Langenberger écrit : « I do not have scientific data to proof my observations, but I have eyes to see – and a brain to draw conclusions »

L’équipe de Paul Nicklen, photographe et vidéaste pour le National Geographic, filme au début de décembre 2017, sur l’île de Baffin, un ours décharné et moribond qui se traîne à proximité des habitations humaines, à la recherche de nourriture ; l’émotion provoquée par la diffusion des images est intense et rejoint celle de l’équipe qui a filmé la scène : « We stood there crying – filming with tears rolling down our cheeks », dit Nicklen dans l’article du National Geographic qui relate la scène (Sarah Gibbens, « Heart-Wrenching Video Shows Starving Polar Bear On Iceless Land », National Geographic, 8 décembre 2017).

L’hypothèse de Laurent Gerbier et Raphaële Bertho est que cet iconotexte de l’effondrement doit peut-être plutôt se construire avec des images en creux, des images inquiètes, incomplètes, qui suscitent l’interrogation et l’exercice projectif de la pensée et de l’imagination : des images qui ne représentent pas les effets des bouleversements, mais les laissent flotter à la lisière de la représentation.

Celles de Sylvain Duffard réalisées au pied du Mont-Blanc apparaissent comme exemplaires de cette inquiétude qui s’immisce dans nos banalités partagées.

Sylvain Duffard, Observatoire photographique du paysage du CAUE Haute-Savoie, La Forge, Arthaz-Pont-Notre-Dame, 29 avril 2015, 19h30.

 

Laurent Gerbier et Raphaële Bertho veulent ainsi définir les contours possibles d’un iconotexte de l’effondrement qui constitue un nouveau régime d’articulation du visible et du lisible, propre à l’imminence des transformations qui nous guettent.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.