Julie GUILLAUMOT

jguillaumot[at]yahoo.fr

Doctorante en études cinématographiques : Le cinéma amateur entre 1939 et 1945 : pratique culturelle et source pour l’histoire de la Seconde Guerre mondiale, sous la direction de Valérie Vignaux à l’Université François-Rabelais de Tours, depuis septembre 2016.

Parcours universitaire

2015 : Master 2 « Culture et médiation des arts du spectacle », Université François-Rabelais de Tours.

Mémoire de recherche sous la direction de Valérie Vignaux : Des films pour se souvenir : la contribution des cinéastes amateurs à la mémoire et aux représentations de la Seconde Guerre mondiale (1944-1945) (mention très bien)

2003 : Maîtrise d’Histoire, Université Lumière Lyon 2 (mention bien)

Parcours professionnel

2016 : Admise au concours d’attaché-e de conservation du patrimoine, spécialité Archives

2006-2015 : Chargée de collecte et de valorisation, puis responsable du pôle patrimoine de Ciclic, agence régionale du Centre pour le livre, l’image et la culture numérique (service d’archives audiovisuelles en région Centre-Val de Loire) – www.ciclic.fr/patrimoine

2002-2006 : Documentaliste et chargée de projet au sein de l’association Kyrnéa, en charge des collections de films d’atelier réalisés dans le cadre du dispositif national d’éducation à l’image Passeurs d’images

2002-2004 : Diplôme technique de documentaliste, spécialité documentation audiovisuelle (INA – INTD)

Publications

« Des films monuments pour dire « l’Histoire de chez nous » : souvenirs et récits de la guerre par les cinéastes amateurs dans l’immédiat après-guerre (1944-1945) » in Valérie Vignaux et Benoît Turquety (dir.), L’Amateur en cinéma, un autre paradigme : histoire, esthétique, marges et institutions. Paris : AFRHC, décembre 2016.

« Travailler l’absence » in Profane, revue semestrielle, n°3, octobre 2016.

Autres

Depuis 2013 : Membre du conseil d’administration de l’association européenne INEDITS, qui encourage la collecte, la conservation, l’étude et la mise en valeur des films amateurs : http://www.inedits-europe.org

Janvier-mars 2016 : Contributions au carnet de recherche du séminaire universitaire « Vidéo des premiers temps (1968-1981) » (BnF, Paris 3 et Paris 8) : https://earlyvideo.hypotheses.org/

v

PRÉSENTATION DU PROJET DE RECHERCHE :

Le cinéma amateur entre 1939 et 1945 : pratique culturelle et source pour l’histoire de la Seconde Guerre mondiale

Si plusieurs historiens ont publié des ouvrages de référence sur le cinéma français pendant la Seconde Guerre mondiale, ils n’abordent presque jamais le cinéma amateur. Pourtant, cette question semble avoir été un enjeu pour les autorités allemandes d’occupation puisque dès 1940, elles interdisent la prise de vue cinématographique en format réduit, c’est-à-dire l’emploi d’un matériel simplifié et miniaturisé dédié aux amateurs. Quelques mois plus tard, le gouvernement de Vichy crée également un service administratif pour réguler ce secteur. Malgré ces mesures, des films ont été tournés, en quantité importante. En effet, la constitution de collections régionales de films amateurs à partir des années 1980, confirme l’existence de milliers de films tournés entre 1939 et 1945, jusqu’alors conservés dans les familles et désormais disponibles pour les chercheurs.

Ce projet de doctorat vise donc à explorer cette production, à comparer les profils des cinéastes, leurs démarches, mais aussi les formes et les sujets récurrents qu’ils abordent au fil des cinq années de guerre, avant d’examiner ce que leurs documents révèlent aujourd’hui des événements, des comportements, de l’opinion et de l’imaginaire des Français pendant la Seconde Guerre mondiale.

La première étape de cette recherche proposera de reconstituer précisément le contexte dans lequel les cinéastes amateurs opèrent pendant la guerre, les institutions et les règles auxquels ils sont soumis, mais aussi l’histoire dont ils sont issus, notamment le développement économique et culturel de cette pratique dans l’entre-deux-guerres. Après cette première étude menée grâce au dépouillement de la presse et de fonds d’archives publiques, la deuxième étape consistera à rassembler un corpus de films en s’appuyant sur les collections de plusieurs institutions françaises (Ciclic, la Cinémathèque de Bretagne…), en considérant chaque fois l’ensemble de la production d’un auteur, mais aussi en veillant à retenir des documents dans l’ensemble du territoire français, dans des zones où les conditions de vie et les règles ne sont pas toujours les mêmes, où les épisodes du conflit ne résonnent pas de la même manière. À partir de ce corpus, les profils des cinéastes seront comparés, puis leurs films seront analysés en s’attachant aux motifs récurrents, aux ruptures ou aux continuités par rapport aux pratiques d’avant-guerre.
Ces documents longtemps négligés seront particulièrement étudiés dans ce qu’ils montrent du rapport à la guerre de ces cinéastes. Nous interrogerons notamment ces films comme une source pour approcher l’opinion et les sentiments d’une partie des Français pendant la Seconde Guerre mondiale, ainsi que leurs relations à la mémoire, au souvenir et à la commémoration. La variété des fonctions que peuvent prendre ces films pour leur auteur ou pour le public permettra enfin de mettre en évidence des modes de création et d’expression populaires nouveaux face à l’événement, dans des représentations spécifiques aux images animées.